Monde

Un million de dollars australiens collecté pour les koalas victimes des incendies

Temps de lecture : 2 min

Des centaines seraient déjà morts au milieu des immenses feux de brousse qui ravagent le pays depuis septembre.

Un koala déshydraté et blessé est soigné à l’hôpital de Port Macquarie, le 2 novembre. Ces marsupiaux sont répertoriés comme une espèce vulnérable dans de nombreuses régions d'Australie à cause, entre autres, de la déstruction de leur habitat. | Saeed Khan / AFP
Un koala déshydraté et blessé est soigné à l’hôpital de Port Macquarie, le 2 novembre. Ces marsupiaux sont répertoriés comme une espèce vulnérable dans de nombreuses régions d'Australie à cause, entre autres, de la déstruction de leur habitat. | Saeed Khan / AFP

La vidéo d'une femme australienne sauvant des flammes un koala aux oreilles brûlées et aux pieds calcinés a fait le tour du net, provoquant une forte réaction des internautes. Des dons venus des quatre coins du monde ont afflué à la suite d'une collecte de fonds en ligne pour venir en aide à ces marsupiaux pris au piège au milieu des feux de brousse qui ravagent la côte est de l'Australie depuis septembre.

La campagne Aidez les koalas assoiffés dévastés par les incendies lancée par l'hôpital Koala Port Macquarie, situé à environ quatre heures au nord de Sydney, a dépassé le million de dollars australiens (plus de 600.000 euros), ce qui en fait la plus grande campagne australienne hébergée sur la plateforme GoFundMe en 2019.

Son principal objectif est d'approvisionner en eau les koalas sauvages frappés par la déshydratation due à ces incendies, qui auraient déjà causé la mort d'au moins 350 d'entre eux dans le seul État de Nouvelle-Galles du Sud. L'hôpital en a déjà sauvé trente-et-un ces dernières semaines.

Alors que l'objectif initial du crowdfunding était de 25.000 dollars australiens (environ 15.000 euros), les fonds excédentaires provenant de plus de 20.000 personnes habitant les États-Unis, la France ou encore la Grande-Bretagne serviront à «établir un programme de reproduction des koalas sauvages», a déclaré l'hôpital.

Une centaine de feux encore actifs

Au moins six personnes sont mortes en Australie depuis le début de ces violents incendies, le 8 novembre. Des centaines de maisons ont été rasées et des milliers de personnes ont été contraintes à fuir leur domicile. Plus d'un million d'hectares ont déjà brûlé en Nouvelle-Galles du Sud, l'État de la côte est le plus touché avec Queensland, soit trois fois plus que l'an dernier.

La centaine d'incendies toujours actifs dans la région ont profité de circonstances très favorables pour s'étendre rapidement: températures caniculaires, atteignant parfois 40°C, vents forts en provenance de l'ouest et sols extrêmement secs.

La combinaison de ces trois facteurs a entraîné une saison des feux, qui se produit chaque année en Australie au printemps et en été, particulièrement précoce et violente. Selon les experts, elle pourrait être l'une des pires jamais enregistrée dans le pays. Mardi 19 novembre, la capitale de Nouvelle-Galles du Sud, Sydney, était enveloppée dans un épais brouillard toxique. Le taux de concentration de particules fines PM 2,5 a atteint des sommets dangereux pour la santé, jusqu'à 186 parties par million dans le nord-ouest de la ville. Des taux comparables à ceux observés le 3 novembre dans la capitale indienne New Delhi.

Newsletters

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

Selon des témoignages recueillis par Amnesty International, des officiels ont demandé à certaines familles de donner de l'argent pour obtenir la dépouille des personnes tuées.

Newsletters