Égalités / Politique

Ce qu'il se passerait si les femmes étaient inscrites dans la Constitution américaine

Temps de lecture : 2 min

Cela changerait considérablement la façon dont la loi les traite.

L'Equal Rights Amendment aurait pu inscrire l'égalité entre les hommes et les femmes aux États-Unis dès 1923. Mais il n'a jamais été ratifié. | Alice Donovan Rouse via Unsplash
L'Equal Rights Amendment aurait pu inscrire l'égalité entre les hommes et les femmes aux États-Unis dès 1923. Mais il n'a jamais été ratifié. | Alice Donovan Rouse via Unsplash

Depuis près d'un siècle, des Américain·es se battent pour que l'amendement sur l'égalité des droits (Equal Rights Amendment, ERA) soit inscrit dans la Constitution américaine. Si cela venait à se produire, les inégalités entre les hommes et les femmes seraient considérées comme anticonstitutionnelles.

Portée par la suffragette Alice Paul en 1923, la proposition d'amendement n'a jamais été ratifiée par le nombre d'États minimum, soit trente-huit. Le délai de ratification avait été fixé à 1982. Cette année-là, il ne manquait plus que la signature de trois États pour que l'amendement soit ajouté à la Constitution.

Depuis, l'amendement a toujours été proposé à la ratification par le Congrès, en vain. Mais entre 2017 et 2018, deux États, le Nevada et l'Illinois, le signent. Ce sera ensuite au tour de la Virginie de créer la surprise, après les élections remportées par les Démocrates le 5 novembre 2019, en rendant possible la ratification de l'amendement par un trente-huitième État.

Quels effets à la suite d'une ratification aussi tardive?

Mais quatre-vingt-seize ans après la proposition d'Alice Paul, cela a-t-il encore du sens de ratifier l'Equal Rights Amendment? Certain·es affirment que le quatorzième amendement interdit déjà la discrimination sur le territoire américain. C'est d'ailleurs cet amendement qui a servi à légaliser le mariage entre personnes de même sexe en 2015.

«Les femmes ont été intentionnellement exclues de la Constitution», déclare Jessica Neuwirth, présidente de la Coalition ERA, en ajoutant que cela a perpétué l'idée qu'elles sont «des citoyennes de seconde classe». Et de rappeler que «le quatorzième amendement n'a pas vraiment été efficace, parce qu'il est lié à l'action de l'État; une grande partie de la discrimination à laquelle nous sommes confrontées se trouve dans le secteur privé». Si l'Equal Rights Amendment entrait en vigueur, ses partisan·es estiment qu'il contribuerait à lutter plus efficacement contre les violences sexistes dans les tribunaux. Les victimes auraient alors les moyens de poursuivre leurs agresseurs devant un tribunal fédéral.

Dans le milieu professionnel, l'ERA pourrait améliorer les droits des travailleuses, notamment concernant le salaire et la grossesse. Les inégalités salariales et les discriminations dont sont victimes les femmes qui tombent enceinte sont déjà illégales aux États-Unis, mais il est également avéré qu'elles sont extrêmement difficiles à prouver. L'ERA établirait une base législative fédérale qui rendrait les contournements de la loi par les entreprises plus difficiles.

Toutefois, l'Equal Rights Amendment est critiqué pour ne pas assumer ses positions vis-à-vis de l'avortement, pourtant considéré comme fondamental dans la défense des droits des femmes concernant la reproduction. Idem pour le mariage entre personnes de même sexe. «Les batailles qui restent à gagner sont celles qui traitent les femmes différemment en raison des idées sur le rôle qu'elles jouent dans la société», observe Kelsy Kretschmer, professeure de sociologie à l'université d'État d'Oregon avant de poser la question: «Si vous n'allez pas jusqu'à mener ces batailles, à quoi peut donc bien servir l'ERA?»

Newsletters

Ces séries et films faits par des femmes méritaient une place aux Golden Globes

Ces séries et films faits par des femmes méritaient une place aux Golden Globes

Aucune réalisatrice n'est nommée. Aucune scénariste non plus. Les femmes sont encore une fois les grandes absentes des Golden Globes 2020, et c'est une injustice évidente.

Quelles histoires trans le cinéma peut-il raconter?

Quelles histoires trans le cinéma peut-il raconter?

Avec la sortie en salle, le 11 décembre, de «Lola vers la mer» de Laurent Micheli, la question de la représentation des personnes trans à l'écran se pose à nouveau.

Quand les gays devaient draguer dans les toilettes publiques

Quand les gays devaient draguer dans les toilettes publiques

Les pouvoirs publics ont longtemps tenté d'endiguer l'homosexualité masculine, ouvrant une longue tradition de rencontres en extérieur, dans les vespasiennes en particulier.

Newsletters