Politique / Société

«Le président de la République a eu besoin des maires face à la révolte des “gilets jaunes”»

Temps de lecture : 2 min

André Laignel, vice-président de l'Association des maires de France, s'exprime sur le congrès des maires qui se déroule à Paris du 18 au 21 novembre.

Le 18 novembre 2019, André Laignel était l'invité de Gilles Bornstein sur le plateau de «L'Instant politique.» | Capture d'écran via Franceinfo
Le 18 novembre 2019, André Laignel était l'invité de Gilles Bornstein sur le plateau de «L'Instant politique.» | Capture d'écran via Franceinfo

Un an après le début des manifestations hebdomadaires des «gilets jaunes», André Laignel, maire PS d'Issoudun (Indre) et vice-président de l'Association des maires de France, affirme que ce mouvement «a été un révélateur» pour la France des petites communes. «Ils ont mis au jour un symptôme que nous, les maires de France, avions évoqué avant. La verticalité du pouvoir, nous l’avions constatée.» L'élu dénonce en outre le désintérêt du gouvernement pour les territoires. «Le refus de la proximité se constatait.»

Alors que le congrès des maires de France se déroule à Paris du 18 au 21 novembre, André Laignel regrette l’absence d’Emmanuel Macron l’année dernière et salue «la session de rattrapage» du président en 2019. «J’attends qu’enfin les actes suivent les paroles, ce qui n’est absolument pas le cas. Aucun vrai progrès n’a été accompli, mais il y a eu beaucoup de discours.» Et de conclure: «Les mots se sont fracassés sur les réalités.»

Le vice-président de l'Association des maires de France rappelle également que «le président de la République a eu besoin des maires face à la révolte des “gilets jaunes”». Ces dernier·es ont répondu présent·es «parce que les institutions étaient en cause». Mais des gestes forts de la part du gouvernement sont attendus. «Notre liberté fiscale, notre capacité à répondre aux attentes de nos concitoyens, est aujourd’hui réduite dans des proportions très graves pour les libertés locales», dénonce le maire d’Issoudun.

Répondant à la question de Slate sur une interdiction totale de l’alcool au volant, André Laignel estime que la législation actuellement en vigueur est «équilibrée». «Je ne suis pas pour une société qui serait une société de contraintes permanentes», précise-t-il.

Slate est partenaire de L'Instant politique, sur la chaîne France info, tous les jours à 11h20

Newsletters

Un jour sans fin

Un jour sans fin

Vouloir réformer tous les régimes de retraite, c'est s'exposer à toutes les colères

Vouloir réformer tous les régimes de retraite, c'est s'exposer à toutes les colères

La grande réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron a un défaut majeur: son ambition. Elle touche tout le monde et fait donc des perdant·es dans beaucoup de catégories sociales.

La démocratie sociale, l'autre victime de la réforme des retraites

La démocratie sociale, l'autre victime de la réforme des retraites

La gouvernance du nouveau régime universel de retraite remet en question le rôle des partenaires sociaux, essentiellement réduit à une fonction de conseil et d'appui technique.

Newsletters