Sciences / Monde

Un mystère de l'Égypte antique s'épaissit encore

Temps de lecture : 2 min

D’où provenaient les millions d’ibis placés en offrandes dans les tombes égyptiennes?

Un ibis au zoo de Lille, en février 2019. | Philippe Huguen / AFP
Un ibis au zoo de Lille, en février 2019. | Philippe Huguen / AFP

Dans l’Égypte antique, les êtres humains n’étaient pas les seuls à être momifiés. Les catacombes égyptiennes sont remplies d’animaux momifiés, d’insectes, de singes, d’oiseaux, parfois même placés dans des sarcophages.

On imagine qu’ils servaient d'offrandes, placées afin d’honorer différents dieux. «De la même manière que l’on installe une bougie dans une église», explique Sally Wasef, une paléo-généticienne australienne. Parmi ces offrandes, les ibis, un oiseau échassier africain, sont particulièrement représentés.

Probablement placés en offrandes à Thot, le scribe des dieux à la tête d’ibis dans la mythologie égyptienne, ces oiseaux sont l'un des mystères qui entourent l'Égypte antique.

Car le nombre de carcasses présentes à certains endroits est impressionnant. Des millions et des millions d’ibis momifiés s’entassent du sol au plafond dans certaines tombes, à tel point que les chercheurs se demandent où les Égyptiens pouvaient à l'époque se procurer un tel nombre d’oiseaux.

Pas de traces d'élevage intensif

Dans une nouvelle étude dirigée par Sally Wase, des chercheurs et chercheuses pensent avoir trouvé un élément de réponse. Leur équipe a réussi à identifier les génome mitochondriaux complets de quatorze ibis momifiés. Et surprise, les génomes étaient très différents les uns des autres.

C’est surprenant car la théorie qui prévalait jusqu’alors était que les ibis étaient élevés en batterie, quasi-industriellement par des prêtres, afin de les vendre comme offrandes. Or, si ça avait été le cas, les génomes auraient été très proches, «comme des poulets provenants de la même ferme aujourd’hui».

Au contraire, la diversité génétique des momies est comparables à celle des ibis sauvages d’aujourd’hui, qui se déplacent et se reproduisent librement. Les scientifiques estiment donc plus probable que, plutôt que par un élevage en batterie, les oiseaux aient été obtenus par un apprivoisement à court terme, le temps d’en récupérer assez pour les rituels.

Newsletters

Les trottinettes électriques sont-elles écologiques?

Les trottinettes électriques sont-elles écologiques?

Les émissions évitées grâce à leur usage ne compensent pas le surcoût carbone dû à leur fabrication et à leur gestion.

Une intelligence artificielle pourrait-elle éradiquer l'espèce humaine?

Une intelligence artificielle pourrait-elle éradiquer l'espèce humaine?

Encore faudrait-il qu'elle ait une conscience.

Les bienfaits de la lecture à haute voix

Les bienfaits de la lecture à haute voix

Vous pouvez commencer par les articles de Slate.

Newsletters