Santé / Sciences

Comme les ours, les êtres humains pourraient un jour hiberner

Temps de lecture : 2 min

Les scientifiques cherchent à percer les mystères de l'hibernation pour pouvoir l'appliquer à notre espèce.

Pendant l'hibernation, seuls les tissus adipeux des grizzlys changent. | Daniele Levis Pelusi via Unsplash
Pendant l'hibernation, seuls les tissus adipeux des grizzlys changent. | Daniele Levis Pelusi via Unsplash

Quand on parle d'hibernation chez l'être humain, on ne parle pas de la personne qui fait le tour du cadran sous la couette un dimanche d'hiver, mais bien d'une léthargie prolongée de plusieurs mois, à l'instar d'un grizzly.

Réussir à adapter le processus d'hibernation des animaux à l'espèce humaine permettrait à terme de multiplier les avancées dans le domaine spatial et les innovations dans le secteur médical.

Multiples gènes responsables

Quand l'ours hiberne, il ne défèque pas et n'urine pas, sa fréquence cardiaque baisse, la quantité d'azote dans son sang augmente fortement et l'animal devient résistant à l'insuline, rapporte l'étude d'une équipe de recherche de l'université d'État de Washington (WSU). Il se réveille après l'hiver, un chouia groggy, prêt à profiter pleinement du printemps.

Les scientifiques ont prélevé des échantillons de foie, de graisse et de muscle de six grizzlys en captivité trois fois par an, en espérant trouver un «déclencheur physiologique», tel un gène qui pourrait être isolé et «injecté à un animal non hibernant», a expliqué Charles Robbins, directeur du centre de recherche WSU Bear Centre.

Les résultats montrent que seuls les tissus adipeux des animaux changent pendant l'hibernation; les cellules musculaires, elles, restent actives pour que les tissus ne s'atrophient pas. Plus surprenant encore, la graisse de l'ours ne contient non pas un seul type de gène permettant l'hibernation mais «un nombre énorme de gènes diffèrents», qui modifient leur niveau d'expression au cours de l'année.

Cette avancée est importante, souligne le professeur Heiko Jansen, l'auteur principal de l'étude, qui imagine un jour «manipuler les cellules» humaines pour hiberner et faciliter les voyages spatiaux. Il reconnaît cependant que «nous en sommes encore loin».

Un aller-retour vers Mars pouvant être effectué en un peu moins de trois ans, l'hibernation permettrait d'économiser de la nourriture, de l'air, de l'eau et des médicaments dont ont besoin les astronautes.

Applications médicales

Les grizzlys ne sont pas les seuls animaux à jouir d'un tel repos. En étudiant la biologie des écureuils terrestres en hibernation, Matt Andrews de l'université du Nebraska à Lincoln a réussi à mettre au point un traitement contre le choc hémorragique.

Les écureuils utilisent de la mélatonine, un puissant antioxydant, afin de protéger leurs cellules pendant l'hibernation. L'équipe menée par Andrews s'est servie de cette découverte pour mettre au point un cocktail de mélatonine et de cétone pouvant être injecté à une personne en état de choc hémorragique, afin de réduire les dommages sur les tissus au moment du retour de l'irrigation sanguine.

L'hibernation pourrait également s'appliquer aux greffes d'organes, pour conserver plus longtemps un rein ou un foie avant une opération. À l'heure actuelle, ceux-ci ne peuvent être gardés que vingt-quatre heures dans une solution froide, quand un cœur ou un poumon n'est viable que quatre à six heures.

Newsletters

Pologne: des milliers de poissons morts dans le fleuve Oder. Un empoisonnement chimique?

Pologne: des milliers de poissons morts dans le fleuve Oder. Un empoisonnement chimique?

En quelques semaines, des tonnes de poissons morts ont été retrouvées dans ce fleuve qui coule de la Pologne à l'Allemagne.

Le cerveau humain ne devrait pas être éveillé après minuit

Le cerveau humain ne devrait pas être éveillé après minuit

Au milieu de la nuit, le monde peut parfois sembler terrifiant. Les pensées négatives sont omniprésentes et votre esprit tente de leur résister, tel Ulysse face aux sirènes.

Les hommes sont plus exposés au cancer que les femmes en raison de différences biologiques

Les hommes sont plus exposés au cancer que les femmes en raison de différences biologiques

Une découverte scientifique vient remettre en cause l'influence majeure du mode de vie dans le développement de la maladie, et penche davantage pour les particularités des sexes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio