Monde

Une «Nouvelle Star» pour hackers

Temps de lecture : 2 min

Alors que les Etats-Unis dépensent des milliards de dollars pour leur sécurité informatique, le pays connaît comparativement une pénurie d'experts en cybersécurité pour mener la lutte au sein du gouvernement ou pour le sécteur privé.

Pour répondre à ce problème, l'administration de George W. Bush avait lancé la Comprehensive National Cybersecurity Initiative (CNCI) dans le but d'améliorer la formation des cyber-experts de demain. Mais selon Newsweek, les 1.000 experts que compte le pays actuellement sont loin des 20.000 dont les Etats-Unis ont réellement besoin pour répondre efficacement à la menace des hackers.

L'hebdomadaire américain a rencontré Alan Paller, fondateur du Sens Institute, qui forme des jeunes passionés de nouvelles technologies depuis 20 ans pour devenir les défenseurs des réseaux américains de demain. Paller organise depuis 2009 des Cyber Challenge, sortes de Nouvelle Star pour les geeks, afin de «rechercher les talents dans des endroits peu communs»: au lieu de chanter, il est demandé aux jeunes de hacker des serveurs.

Ce genre de concours, qui existent déjà en Russie et en Chine depuis plusieurs années, sont critiqués par certains, qui y voient un encouragement à utiliser des méthodes illégales. «Quand l'armée entraîne des jeunes hommes et femmes au maniement des armes, il n'y a pas de garanties que certains ne s'en serviront pas de manière inappropriée», répond Paller.

[Lire l'article complet sur newsweek.com]

À LIRE AUSSI SUR SLATE: «Les hackers nationalistes passent à l'attaque»

Faut-il avoir peur des cyberattaques?

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Réserves d'empathie de Donald Trump

Réserves d'empathie de Donald Trump

La Chine interdit des pub qui sous-entendent que l’alcool aide les femmes à se désinhiber

La Chine interdit des pub qui sous-entendent que l’alcool aide les femmes à se désinhiber

«Ces publicités sont le reflet d’une vision complexe de la sexualité des femmes chinoises», indique Quartz.

Aquarius: «Je veux témoigner de ce qui s’est passé, de ce que j’ai vu, moi, puisque j’y étais»

Aquarius: «Je veux témoigner de ce qui s’est passé, de ce que j’ai vu, moi, puisque j’y étais»

Newsletters