Sciences

Limiter la vitesse des navires n'a que des avantages

Temps de lecture : 2 min

Autant pour les humains que pour la planète que pour les animaux marins.

Même une réduction de 20% serait très efficace | Rob via Pxhere
Même une réduction de 20% serait très efficace | Rob via Pxhere

Une nouvelle étude commandée par les associations Seas at Risk et Transport & Environment confirme les effets bénéfiques de la réduction de la vitesse des navires sur l'environnement, la faune maritime et la santé humaine.

Responsables du transport de 80% des marchandises mondiales en volume, les bateaux sont à l’origine de 3% des émissions de gaz à effets de serre mondiales. En 2018, l’industrie maritime s'est accordée pour réduire de 50% ces dernières d’ici à 2050 –en prenant en référence les niveaux enregistrés en 2008.

Réduire la vitesse des transporteurs de 20% aurait déjà de nombreux avantages conclut l'étude. En roulant moins vite, les bateaux utilisent moins de pétrole ce qui restreint les niveaux de noir de carbone, de souffre et le dioxyde d’azote qui sont particulièrement nocifs pour les humains dans les zones portuaires.

De plus, les particules de noir de carbone déposées sur la neige limitent considérablement la capacité des sols à refléter le soleil et accélèrent donc le dégel.

La faune maritime devrait aussi bénéficier d’une réduction de la vitesse des navires. En abaissant celle-ci de 20%, la pollution sonore sous l'eau serait diminuée de deux tiers, évitant ainsi la collision avec les baleines.

Cette mesure de réduction semble de plus très facile à contrôler grâce aux satellites et aux antennes déjà présentes sur les bateaux de transport qui permettent de tracker leurs mouvements et donc de déduire leur vitesse. De même qu’elle ne requiert aux propriétaires des bateaux aucun investissement particulier. Cette initiative devrait être discutée cette semaine à Londres lors du rendez vous de l’Organisation maritime internationale.

Newsletters

Parler de «climato-sceptiques», c'est leur faire une faveur

Parler de «climato-sceptiques», c'est leur faire une faveur

Qualifier celles et ceux qui nient le changement climatique de sceptiques est non seulement un non-sens, mais également une défaite dans la bataille des mots et des idées.

Une étude donne son feu vert pour utiliser l'urine comme engrais

Une étude donne son feu vert pour utiliser l'urine comme engrais

Des scientifiques de l'Université du Michigan estiment que ce liquide ne favorise pas l'émergence de micro-organismes résistants aux antibiotiques dans les plantations.

Est-il éthique de créer des animaux chimériques pour faire progresser la médecine?

Est-il éthique de créer des animaux chimériques pour faire progresser la médecine?

La naissance de porcelets contenant des cellules de singe relance les débats sur la bioéthique.

Newsletters