Monde

Son partenaire battait leurs enfants: elle a fait 15 ans de prison, lui 2 ans

Temps de lecture : 2 min

Dans l'Oklahoma, une Américaine emprisonnée pour non-assistance à personne en danger a été libérée après 15 ans de prison, alors que l'auteur des violences n'a passé que deux ans en prison.

Allégorie de la justice devant un tribunal | TIM EVANSON via Flickr CC 
Allégorie de la justice devant un tribunal | TIM EVANSON via Flickr CC 

Lorsqu'elle avait dix-neuf ans, Tondalao Hall a été arrêtée dans l'Oklahoma après avoir amené ses enfants à l'hôpital pour des blessures infligées par son compagnon de l'époque, Robert Braxton. Également victime des coups de son partenaire, Hall a malgré tout été considérée comme responsable de ne pas avoir protégé ses enfants et condamnée à trente ans de prison. Braxton a aussi été inculpé mais il a écopé de dix ans pour les coups et blessures (et a été relâché après deux ans).

La peine de Tondalao vient d'être commuée et elle a été libérée après quinze ans derrière les barreaux suite aux efforts de l'ACLU, une association de défense des droits civiques.

«C'est un parfait exemple du manque de compréhension des violences conjugales dans le système judiciaire de l'Oklahoma» a déclaré Megan Lambert, l'avocate de Hall.

En effet, une loi dite de «non protection» fixe des peines particulièrement lourdes pour des femmes qui sont elles-mêmes victimes de violence mais ne dénoncent pas leur partenaire à la police. Selon l'avocate, une douzaine de femmes détenues en Oklahoma ont des histoires qui ressemblent à celle de Tondalao Hall.

L'année dernière, une députée de l'Oklahoma a introduit une proposition de loi qui aurait fixé à quatre ans de prison la peine maximum pour ce genre de crimes de non-assistance. Mais la loi n'a pas été adoptée.

La libération de Tondalao Hall a eu lieu dans le cadre de la plus grande commutation de peine de l'histoire américaine: plus de 460 détenu.es de l'Oklahoma ont vu leurs peines réduites et ont été libéré.es au début du mois de novembre. Il s'agit d'une initiative visant à réduire la surpopulation carcérale et à aider les personnes coupables de délits non violents à se réinsérer.

Newsletters

La Barbade ne veut plus de la reine d’Angleterre comme cheffe d'État

La Barbade ne veut plus de la reine d’Angleterre comme cheffe d'État

Le mouvement Black Lives Matter relance le débat sur l’héritage du colonialisme. D’autres pays caribéens pourraient suivre l’exemple.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 12 au 18 septembre 2020

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 12 au 18 septembre 2020

Guérisson du chef de l'opposition russe Alexei Navalny, visite nudiste à Paris, manifestations de migrant·es plus démuni·es que jamais à Lesbos… La semaine du 12 au 18 septembre 2020 en images. 

Face à la Chine et au reste du monde, l'Europe se réveille enfin

Face à la Chine et au reste du monde, l'Europe se réveille enfin

Ce mercredi 16 septembre, la présidente de la Commission européenne Ursula Von Der Leyen prononçait son premier discours sur l'état de l'Union européenne devant les eurodéputé·es réuni·es à Bruxelles. Écologie, droits des personnes LGBT+, fin des...

Newsletters