Culture

Étant donné nos technologies actuelles, serait-il possible de devenir Batman?

Temps de lecture : 7 min

Dans quelle mesure aurait-on besoin de s'entraîner? De quoi le costume serait-il fait? Qu'en est-il des autres ressources?

La barre est haute. | Serge Kutuzov via Unsplash
La barre est haute. | Serge Kutuzov via Unsplash

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Étant donné nos technologies actuelles, serait-il possible de devenir Batman? Dans quelle mesure aurait-on besoin de s'entraîner et où pourrait-on le faire? De quoi son costume serait-il fait et combien sa fabrication coûterait-elle? Qu'en est-il des autres ressources?»

La réponse de Mark Hughes, fan inconditionnel de Batman et expert en la matière:

Je sais bien que tout le monde déteste qu'on réponde à une question par «ça dépend», et pourtant... Ça dépend. De QUEL Batman parle-t-on? Celui de la franchise de cinéma actuelle, des bimestriels du moment, de la Justice League... Lequel?

Afin de répondre au mieux à la question, je vais émettre une hypothèse. Nous allons mettre de côté le fait que Batman est formé par des ninjas dans les films et passer sous silence la question de savoir si, dans les BD, Batman est doté d'espèces de superpouvoirs lorsqu'il interagit aux côtés de Superman et d'autres personnages du même genre.

Quand vous dites «devenir Batman», vous faites référence au concept de base de Batman, sur lequel nous pouvons tous tomber d'accord: un maître des arts martiaux, formé au métier de détective et possédant des compétences en médecine légale, en sport, en sciences et en chimie, en histoire et en géographie, au fait du fonctionnement du crime organisé, de la psychologie et de la physiologie criminelle, vêtu d'un costume qui le protège non seulement des balles, des couteaux et des risques d'électrocution, mais qui lui permet également de se déplacer avec l'agilité d'un acrobate et la vitesse d'un coureur olympique.

La réponse simple est non. À moins de réduire Batman à sa version la plus élémentaire, à savoir un bon combattant vêtu d'une armure et d'un masque, très fort et très rapide, capable de sauter loin et avec une bonne connaissance de la rue, du crime et de la psychologie.

Des années de formation

Le génie de Batman tient à ce qu'il fait semblant d'être réaliste et nous laisse nous convaincre qu'avec suffisamment d'argent et d'entraînement, nous aussi, nous pourrions devenir Batman. Mais ça reste de la fiction. Une fiction simplement plus séduisante et convaincante, et donc plus amusante.

Si vous vous enrôlez dans l'armée et rejoignez les forces spéciales tout en continuant à étudier le soir pour obtenir un double diplôme en justice pénale et en psychologie (avec option chimie), peut-être aurez-vous aussi le temps de prendre des cours d'investigation le week-end pour devenir enquêteur privé.

Après dix ans passés à mener tout cela de front, vous aurez alors 28 ans (si vous avez commencé tout de suite après le lycée) et il vous faudra entretenir votre forme physique tout en décrochant un emploi au sein de la police, afin d'apprendre à résoudre de vrais crimes et à enquêter sur le terrain en vue d'acquérir l'expérience nécessaire pour passer maître en la matière.

Admettons que vous êtes très doué et que devenir un enquêteur de haut rang ne vous prend que trois ans. Vous avez maintenant 31 ans et vous venez seulement de terminer le niveau le plus élémentaire de la préparation nécessaire pour devenir un expert dans quelques-uns des domaines les plus évidents pour égaler Batman.

À ce stade, vous devriez avoir 32 ans. Et vous êtes seulement sur le point de vous aventurer dans la nuit pour la première fois en tant que Batman.

Vous devez désormais démissionner des forces de police et vous concocter une bonne couverture pour que personne ne soupçonne que vous êtes Batman, vous l'expert dans tous les domaines que Batman maîtrise.

Vous devez faire attention à vivre votre vie sans jamais révéler votre véritable opinion sur le crime et les justiciers. Vous devrez même la dissimuler, à moins que vous ne cherchiez à vous faire arrêter la première fois que Batman débarquera en ville.

Vous devez prendre le temps de vous entraîner à blanc en ville afin de vous familiariser avec les toits et les issues de secours, d'apprendre à courir la nuit sans vous faire remarquer et, vraisemblablement, à utiliser vos cordes et vos crochets, et tout autre équipement dont vous pourriez avoir besoin pour vos patrouilles de nuit. Vous entraîner, donc, et vous occuper des derniers préparatifs en cas d'urgence.

Pendant tout ce temps, vous devrez avoir investi et amassé une fortune, car les technologies dont vous aurez besoin pour vous approcher d'une version de Batman dans le monde réel coûteront des millions. Et c'est ce que vous avez fait, alors vous commencez à dépenser votre argent pour vous faire faire une armure équipée de dispositifs électroniques pour communiquer avec vos assistants, d'une vision de nuit et d'autres fonctionnalités.

Vous avez maintenant besoin d'une base opérationnelle, alors vous achetez l'un de ces vieux silos à missile vendus par l'armée (oui, l'armée en vend vraiment, et c'est plutôt cool à l'intérieur) et vous en faites votre quartier général secret, où vous stockez vos ordinateurs, vos équipements de surveillance, votre voiture et votre moto, et tout autre matériel dont vous pourriez avoir besoin pour votre mission de justicier.

À ce stade, vous devriez avoir 32 ans. Et vous êtes seulement sur le point de vous aventurer dans la nuit pour la première fois en tant que Batman. Bon, le processus a été laborieux et a pris un peu plus de temps que prévu, et pour être honnête, vous ne maîtrisez pas autant tous les domaines que Batman. Mais vous avez les bases, vous êtes plutôt bien entraîné, vous êtes malin et équipé. Et vous voilà dehors, en quête de criminels...

Le passage à l'action

Vous cherchez... encore et encore. Oh, attendez! Vous entendez une sirène de police ou vous captez un appel radio de la police: une querelle de ménage... Bon, ce n'est pas vraiment du ressort de Batman, alors vous laissez la police s'en charger.

Puis vous recevez un autre appel, à propos d'un cambriolage. Ha, ha! Batman va enfin passer à l'action! Vous traversez la ville en courant, sautant de toit en toit –oh là, c'est plus dangereux que ça en a l'air dans les BD! Mais vous avancez, vous êtes à plein régime, vous atteignez sans doute, quoi, les 15 km/h? Peut-être un peu moins, étant donné que vous devez esquiver les obstacles et vous arrêter bord du toit avant de vous élancer à nouveau.

Quoi qu'il en soit, vous sautez de toit en toit quand, soudain, vous réalisez que les voitures de police sont tellement loin que vous n'entendez presque plus leurs sirènes. Vous vous dites: «Pas étonnant que Batman ait sa voiture, cette histoire de toits, c'est plutôt cool, mais je n'arriverai jamais à temps pour stopper un crime s'il n'a pas lieu à une ou deux rues.»

Un homme se prenant plus ou moins pour Batman à Dubaï. | Denis Harschi via Unsplash

Et en effet. Les premières nuits, lorsque vous débarquez enfin sur le lieu d'un délit, le cambriolage, la fusillade ou autre est déjà terminée et vous réalisez que c'est plutôt logique, puisque la plupart des délits sont généralement signalés une fois qu'ils se sont produits, et pas pendant.

Vous vous souvenez aussi que quand vous étiez policier, vous ne tombiez presque jamais sur un crime au moment même où il avait lieu. Vous n'étiez qu'un policier parmi des milliers, et la plupart d'entre vous n'étiez jamais témoin d'un flagrant délit.

La deuxième semaine, vous commencez à en avoir marre que 90% des délits dont vous êtes témoin soient de simples junkies pathétiques en train d'acheter du crack à d'autres junkies pathétiques vendant des drogues pour se procurer leurs doses. Quand vous faites peur à un camé sans abri, vous êtes LOIN de vous sentir comme Batman.

Vous avez essayé de poursuivre un gosse que vous aviez vu frapper une femme et lui piquer son sac à main, mais ce n'est pas évident de mener une course-poursuite depuis les toits. Vous devez employer la méthode traditionnelle: à pied dans la rue... dans votre costume de Batman, à la vue de tous. Les gens prennent des photos avec leur téléphone et une voiture de police au croisement semble vous avoir vu. Elle allume son gyrophare, c'est après VOUS qu'elle en a maintenant. Super, vous voilà obliger de laisser filer le gosse pour vous faufiler dans une allée et grimper sur le toit afin de vous enfuir.

Au cours de la troisième semaine, la chance vous sourit: un vol à main armé, de l'autre côté de la rue! Vous sautez sur le capot de la voiture, votre cape sur le pare-brise comme dans The Dark Knight Returns. Pris de panique, un ado côté passager tire un coup de feu à travers le pare-brise, faisant exploser votre torse [cette histoire se passe aux États-Unis, ndlr].

Ah ah, heureusement que vous portez une armure! La balle s'est contentée de déchirer votre costume et de vous faire tomber par terre, mais bon sang, comme ça fait mal! Vous en avez le souffle coupé, juste assez longtemps pour que la voiture démarre en trombe. Vous vous levez, en colère, juste à temps pour constater que tout le monde est en train de vous prendre en photo et de fixer votre costume en lambeaux.

Puis la police débarque, et vous voilà de nouveau en fuite, sauf que cette fois-ci, vous êtes blessé, car bien que l'armure ait stoppé la balle, vous êtes contusionné et vous vous êtes cassé une côte. Vous êtes rapide, mais pas assez.

Les officiers de police dégainent leur arme et vous ordonnent de vous arrêter. Vous vous retournez et tentez d'attraper le fumigène suspendu à votre ceinture afin de dissimuler votre fuite. Malheureusement pour vous, les officiers remarquent votre geste et ouvrent le feu... Votre armure est déjà dans un sale état. Oh oh.

Lorsque vous vous réveillez aux urgences, votre masque et votre costume ont disparu. Vous souffrez, mais les médecins sont parvenus à retirer les balles et à regonfler votre poumon. Par contre, vous êtes menotté au lit.

Grâce à vos talents d'enquêteur, vous pourriez facilement vous détacher pour vous enfuir, mais l'infection au staphylocoque que vous avez contractée après l'intervention est plutôt sérieuse et vous vous sentez vraiment mal. Vous décidez donc d'attendre qu'il fasse nuit pour vous faufiler dehors. Sauf que vous vous endormez à cause des médicaments, et à votre réveil le lendemain matin, la police vient vous chercher pour vous emmener à l'infirmerie de la prison.

Vous y passerez un mois en convalescence, jusqu'à ce que vous puissiez être transféré en vue de votre première comparution au tribunal. À cette occasion, votre seule remarque au juge sera la suivante: «Je suppose que ce n'est pas vraiment possible de devenir Batman...»

Na-na-na-na-na-na-na-na-na! Batman!

Newsletters

Programme

Programme

«Les Enfants d'Isadora» ou le cinéma qui danse

«Les Enfants d'Isadora» ou le cinéma qui danse

Autour d'un solo composé par Isadora Duncan il y a un siècle, le film de Damien Manivel déploie au présent un très bel ensemble d'émotions dont la quête de beauté illumine le quotidien.

En Chine, Macron a joué la carte du soft power

En Chine, Macron a joué la carte du soft power

Entouré de personnalités du monde artistique, le président a profité de son séjour à Shanghai puis Pékin pour concrétiser un certain nombre de partenariats entre institutions françaises et chinoises.

Newsletters