Monde

Selon son fils, Trump n'est pas raciste car il l'a laissé traîner avec Michael Jackson

Temps de lecture : 2 min

Dans son nouveau livre, Donald Jr. raconte qu'il a souvent joué aux jeux vidéo avec le roi de la pop.

Donald Trump Jr., le fils de Donald Trump, à New York en septembre 2019. | Saul Loeb / AFP
Donald Trump Jr., le fils de Donald Trump, à New York en septembre 2019. | Saul Loeb / AFP

Le fils de Donald Trump, Donald Jr., vient de sortir un livre intitulé Hystériques - Comment la gauche se nourrit de haine et veut nous faire taire, un ouvrage dans lequel il se plaint que son père est constamment attaqué par les Démocrates.

Il y fait plusieurs déclarations mensongères, comme lorsqu'il écrit que la présidence de son père est «un grand sacrifice qui nous a coûté des millions et des millions de dollars chaque année».

En réalité, la famille Trump dirige toujours la Trump Organization et les enfants du président américain se sont beaucoup enrichis grâce à la présidence Trump.

Photos avec des rappeurs

L'un des grands thèmes du livre est que les Démocrates hurlent constamment au racisme et au fascisme, mais que ces accusations sont exagérées. Donald Jr. maintient en effet que son père n'est pas raciste, malgré la cruauté de la politique de Trump envers les migrant·es et sa rhétorique virulente qui a inspiré plusieurs actes de violence.

Pour prouver cette absence de racisme, Donald Jr. raconte que quand il était petit, il lui arrivait de jouer aux «Tortues Ninjas» sur Nintendo avec Michael Jackson, qui habitait alors à la Trump Tower de New York.

«Et au fait, étant donné que mon père a été traité de tous les noms, y compris de “raciste”, c'est quand même bizarre qu'il ait laissé son fils passer des vacances avec un homme noir ou passer du temps avec Michael Jackson, non?», peut-on lire dans l'ouvrage.

Les vacances avec l'homme afro-américain sont une référence au fait que Trump avait une relation amicale avec l'ancienne star de football américain Herschel Walker.

En 2018 déjà, après que Trump avait qualifié plusieurs nations africaines de «pays de merde», son fils l'avait défendu contre les accusations de racisme en rétorquant que «tous les rappeurs, tous ses amis afro-américains [...] ont été pris en photo avec lui».

Dans son livre, Donald Jr. assure également que sa propre blague sur Twitter comparant les réfugié·es syrien·nes à des bonbons empoisonnés n'était pas raciste.

Newsletters

Chroniques trumpiennes: semaine du 29 juin au 5 juillet

Chroniques trumpiennes: semaine du 29 juin au 5 juillet

Aperçu hebdomadaire de la vie tweeto-mentale du président américain.

De Phyllis Schlafly aux électrices de Trump, les contradictions des antiféministes américaines

De Phyllis Schlafly aux électrices de Trump, les contradictions des antiféministes américaines

Phillys Schlafly valorisait la femme au foyer alors que sa carrière professionnelle était bien remplie. Pourtant, si elle avait été un homme, elle serait allée très loin dans son parti.

Black Lives Matter pourrait bien être le plus grand mouvement de l'histoire des États-Unis

Black Lives Matter pourrait bien être le plus grand mouvement de l'histoire des États-Unis

On estime entre 15 à 26 millions le nombre d'Américain·es ayant participé à des manifestations contre les violences policières et le racisme systémique à travers tout le pays.

Newsletters