Monde

Des marchés aux esclaves sur Instagram et autres applications

Temps de lecture : 3 min

Des travailleuses domestiques sont vendues comme des marchandises pour quelques milliers d'euros pour aller travailler dans des familles loin de leur pays d'origine.

Des travailleuses domestiques philippines quittent le Koweït, après le meurtre d'une domestique, le 18 février 2018, à Manille. | Noel Celis / AFP
Des travailleuses domestiques philippines quittent le Koweït, après le meurtre d'une domestique, le 18 février 2018, à Manille. | Noel Celis / AFP

Sur l'écran du smartphone, les photos défilent par milliers: des portraits de femmes, la plupart originaires de pays d'Afrique (Guinée, Ghana, Éthiopie, Soudan…) ou d'Asie (Philippines, Népal, Inde…), répertoriées par ethnies, avec un prix affiché: elles sont disponibles à l'achat, pour quelques milliers d'euros.

Le commerce illégal de travailleuses domestiques, qui fonctionne comme un réseau de trafic d'êtres humains, prospère tranquillement sur les applications mobiles. Sur Instagram par exemple, propriété de Facebook, on peut trouver des publications boostées par certains hashtags, proposant d'acheter une femme et ses services domestiques –la négociation aura tout simplement lieu par message privé.

D'autres applications, comme 4Sale ou Haraj, approuvées et disponibles sur Google Play et l'App Store d'Apple, proposent des offres similaires.

Marché aux esclaves

«Ce qu'ils font, c'est promouvoir un marché aux esclaves en ligne», alerte Urmila Bhoola, rapporteuse spéciale de l'ONU sur les formes contemporaines d'esclavage. «Si Google, Apple, Facebook ou toute autre société héberge des applications comme celles-ci, elles doivent être tenues pour responsables», ajoute-t-elle.

De fait, les ventes illégales, de quelque nature qu'elles soient, constituent une violation des règles qui s'appliquent aux entreprises de technologie, aussi bien du côté des développeur·euses que des utilisateur·ices des applications concernées.

Contactée par la BBC, Facebook a annoncé l'interdiction de l'un des hashtags en cause, et Google et Apple ont déclaré faire des efforts pour empêcher toute activité illégale sur les applications qu'elles promeuvent. En dépit de ces déclarations, le commerce de travailleuses domestiques se poursuit en ligne.

Ces femmes sont destinées à travailler comme domestiques au sein de familles, le plus souvent dans des pays du Moyen-Orient comme le Koweït, le Liban, les Émirats arabes unis ou encore le Qatar, où le système dit de la «kafala» (parrainage) permet aux locaux d'acheter les services de travailleurs et de travailleuses immigrées en se portant garants pour elles.

Travailleuses précaires et exploitées

Dans la majeure partie des cas, cela se traduit par une exploitation de ces travailleur·euses, privé·es de leur passeport comme de leurs droits dans le pays d'accueil. Au Koweït, neuf foyers sur dix possèdent au moins une employée de maison. Les conditions dans lesquelles ces femmes rejoignent les familles et travaillent pour elles sont le plus souvent à la limite de la légalité, si ce n'est tout à fait illégales.

Des journalistes de BBC Arabic se sont fait passer pour un couple à la recherche d'une domestique au Koweït, et ont contacté via l'application populaire 4Sale cinquante-sept personnes proposant de vendre des femmes. Presque toutes leur ont recommandé de confisquer le passeport de leur future domestique, de la confiner à la maison, de lui refuser tout congé et de limiter drastiquement son accès à un téléphone.

«Croyez-moi, elle est très gentille, elle rit et a un visage souriant. Même si vous la gardez éveillée jusqu'à cinq heures du matin, elle ne se plaindra pas», argumentait un vendeur, policier de son état.

Selon les profils, classés sur les applications selon des critères racistes, moins de 2.000€ peuvent suffire pour s'acheter une domestique. Les femmes, qui sont ramenées dans ces pays avec l'espoir de pouvoir subvenir par la suite aux besoins de leur propre famille, restée dans leur pays d'origine, seront ensuite payées quelques centaines d'euros par mois, selon le bon plaisir de leurs employeur·euses, quand encore elles reçoivent un salaire. Elles ne sont pas toujours majeures, alors même que la loi koweïtienne fixe l'âge minimal des travailleuses domestiques à 21 ans.

Officiellement, elles doivent passer par des agences et être enregistrées auprès du gouvernement pour intégrer le système de la kafala, mais l'usage d'applications comme 4Sale ou Instagram permet de contourner ces obligations via un marché noir, qui augmente encore la précarité de ces femmes.

Fatou, une jeune guinéenne de 16 ans dont le prénom a été modifié, a été renvoyée dans son pays d'origine après avoir travaillé neuf mois au Koweït, dans trois famille différentes: «Ils avaient l'habitude de me crier dessus comme un animal. Cela me blessait, me rendait triste, mais je ne pouvais rien faire», témoigne-t-elle. Au total, elle n'a été payée que pour deux mois de travail. «Ma vie est meilleure maintenant. J'ai l'impression d'être revenue de l'esclavage

Depuis l'enquête de la BBC, la section dédiée aux annonces de travailleuses domestiques a été enlevée de 4Sale. Via d'autres canaux, le trafic continue.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Attentat terroriste sur le London Bridge, démission du Premier ministre maltais soupçonné d'ingérences dans l'enquête sur le meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia, manifestations en France contre la réforme des retraites....

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

Newsletters