Monde

Au Japon, des déguisements d'Halloween sur la banalité du quotidien

Temps de lecture : 2 min

Depuis 2014, des Japonais célèbrent le «Halloween banal», l'occasion de se déguiser en «homme dont le stylo a fui» ou encore en «femme qui a oublié de descendre les poubelles.»

Déguisement de «couple qui s'est disputé à Disneyland» via Dailyportalz
Déguisement de «couple qui s'est disputé à Disneyland» via Dailyportalz

En 2014, le site japonais Daily Portal Z a créé la fête de «jimi Halloween», soit le «Halloween banal». Au lieu de se déguiser en princesse, en monstre, ou en super-héros, les adeptes du «Halloween banal» se déguisent en personnes normales qui font des choses du quotidien.

Et comme l'intérêt des costumes du Halloween «banal» n'est pas immédiatement compréhensible, les participants doivent porter des pancartes d'explication autour de leur cou, comme ici: «Femme qui a bu une boisson chaude.»

L'idée de base était de créer un événement pour «les gens qui veulent participer aux festivités d'Halloween mais n'osent pas se déguiser en sorcière ou en zombie.» Ce défi a créé une sorte de sous-culture drôle et créative, avec des déguisements décalés et ironiques, tels que «mec dans une boutique de lunettes qui est pris à tort pour un employé».

Parmi les créations devenues virales cette année, beaucoup parviennent à saisir un moment du quotidien dans lequel tout le monde se retrouve, comme la «femme qui ne trouve pas sa place à la cafétéria».


Certains déguisements sont de véritables petites scènes, comme celui du trio de «personnes qui deviennent nostalgiques en plein déménagement et commencent à lire des bande-dessinées».

Plus le déguisement entre dans le détail de la banalité quotidienne, plus il est réussi. Il y a par exemple le «couple qui s'est disputé à Disneyland», la «personne qui a fini cinquième au bingo du bureau» ou encore «l'homme qui a acheté un parapluie et il s'est arrêté de pleuvoir.»

Newsletters

Les dirigeants chinois comprennent Poutine, mais ne peuvent pas le soutenir

Les dirigeants chinois comprennent Poutine, mais ne peuvent pas le soutenir

Ne pas se ranger du côté des États-Unis, ni apporter de soutien inconditionnel à Moscou... L'invasion russe de l'Ukraine ne facilite pas la position de Pékin.

Ces soldats russes qui refusent de combattre en Ukraine

Ces soldats russes qui refusent de combattre en Ukraine

Ils s'appuient sur le fait que puisque la Russie n'est pas officiellement en guerre, les dirigeants ne peuvent les forcer à aller grossir les troupes.

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

Ouvrir un tel lieu est un acte de défiance envers les talibans.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio