Monde

La Chine cherche à instaurer un enseignement «patriotique» à Hong Kong

Temps de lecture : 2 min

Ce projet avait déjà provoqué des manifestations étudiantes massives en 2012.

Des étudiantes participant à une chaîne humaine à Tsuen Wan, à Hong Kong, le 20 septembre 2019, en protestation contre les violences policières. | Philip Fong / AFP
Des étudiantes participant à une chaîne humaine à Tsuen Wan, à Hong Kong, le 20 septembre 2019, en protestation contre les violences policières. | Philip Fong / AFP

Alors que les manifestations de Hong Kong débutées en mars dernier se poursuivent à travers des revendications pro-démocratiques face à l'influence de la Chine continentale, le Parti Communiste Chinois (PCC) entend traiter ses problèmes à la source, en s'adressant aux jeunes générations.

Selon un communiqué publié ce jeudi 31 octobre par le Comité central du PCC, qui annonce dans des termes assez vagues vouloir «établir et améliorer les systèmes légaux et leurs mécanismes d'application afin de préserver la sécurité nationale dans les régions administratives spéciales» de Hong Kong et de Macao, un changement du système éducatif est également prévu. Il s'agirait d'instituer une éducation «patriotique» dans l'ancienne colonie britannique:

«Nous renforcerons l'éducation à la Constitution et à la Loi fondamentale, ainsi qu'aux conditions nationales de la Chine, dans la société de Honk Kong et Macao, en particulier parmi les fonctionnaires et les jeunes personnes. À travers une éducation historique et culturelle, nos compatriotes de Hong Kong et de Macao devraient renforcer leur conscience nationale et leur patriotisme», a déclaré Shen Chunyao, le président du Comité de la Loi fondamentale, qui définit le statut particulier des deux villes.

Prêter allégeance à la Chine continentale

Depuis la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, les réformes touchant l'éducation et la sécurité nationale constituent les sujets les plus sensibles, et ont provoqué les plus grandes crises politiques de la région.

L'annonce d'une éducation patriotique à venir relance un projet vieux de sept ans, qui avait déjà inauguré des manifestations étudiantes massives à Hong Kong, en 2012. Beijing avait à l'époque été forcée d'abandonner son programme d'«éducation morale et nationale» visant à encourager un sentiment patriotique envers la Chine continentale, dans une région plutôt rétive face à la doctrine du PCC.

Sur le territoire de la République populaire de Chine, le Parti conserve une autorité totale sur le système scolaire à tous les niveaux, et applique depuis 1994 une politique visant à dispenser «une éducation patriotique profonde, durable et vive chez les jeunes gens».

Ce n'est pas le cas dans les régions autonomes de Hong Kong et de Macao, qui bénéficient d'un régime spécial. Cette tentative de réhabilitation et de diffusion de la doctrine officielle du Parti par le biais des institutions scolaires est pourtant loin d'être gagnée. De fait, les étudiant·es sont très largement présent·es dans les manifestations qui animent Hong Kong depuis sept mois, et les campus ont été des lieux privilégiés de protestation.

Une opposition durable

Alors que l'opposition s'était d'abord formée contre l'amendement de la loi d'extradition proposé par le gouvernement de Hong Kong, les revendications se sont élargies, multipliant les appels à la démocratie voire à l'indépendance face à la Chine continentale.

De son côté, le gouvernement chinois agite l'argument d'une révolte pilotée de l'extérieur pour favoriser les mouvements dissidents dans le 3ème centre financier au monde. Shen Chunyao a ainsi déclaré que la Chine «s'emploiera résolument à empêcher et freiner les forces étrangères qui tâchent d'interférer et de saboter les affaires de Hong Kong et de Macao en s'engageant dans des activités séparatistes, subversives et d'infiltration».

En savoir plus:

Newsletters

É.-U.: Un cabinet de conseil suggérait de dépenser moins en nourriture pour les migrants

É.-U.: Un cabinet de conseil suggérait de dépenser moins en nourriture pour les migrants

Même les agents de la police de l'immigration ont trouvé que les réductions de dépenses recommandées par le cabinet de conseil McKinsey étaient exagérées. 

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Attentat terroriste sur le London Bridge, démission du Premier ministre maltais soupçonné d'ingérences dans l'enquête sur le meurtre de la journaliste Daphne Caruana Galizia, manifestations en France contre la réforme des retraites....

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Newsletters