Monde

Qui veut la peau de Jon Venables?

Temps de lecture : 2 min

Depuis quelques jours, le Royaume-Uni est dans tous ses états: le criminel le plus haï du pays est de retour derrière les barreaux, après avoir violé les termes de sa liberté conditionnelle.

Libéré en 2001 après avoir été condamné 8 ans auparavant pour le meurtre de James Bulger, 2 ans (il en avait 10), Jon Venables a eu droit à une nouvelle identité. Mais depuis l'annonce de cette deuxième incarcération, le Royaume débat avec ardeur pour déterminer s'il faut révéler ou non les raisons de cette arrestation, ainsi que le nouveau patronyme du meurtrier.

Alors que les tabloïds émettent des hypothèses sur la nature du délit (le Sunday Mirror parle de pédopornographie, le Daily Mail évoque des violences liées à la toxicomanie), certains citoyens s'activent pour faire eux-mêmes toute la lumière sur cette nouvelle affaire. Et ces initiatives collectives causent des dommages collatéraux. Ainsi, le Daily Mail raconte le calvaire de David Calvert, un père de famille pour 27 ans, soupçonné par plusieurs internautes d'être Jon Venables. Pris pour cible par des groupes sur Facebook (qui ont rassemblé jusqu'à 2.000 personnes), il a été obligé d'intervenir, en signalant qu'il avait déjà subi ces accusations en 2005.

Dans le Guardian, Elizabeth Butler-Sloss, la juge qui a garanti l'anonymat aux deux jeunes criminels au moment de leur libération, a mis en garde le public contre les risques de la transparence. «Il est extrêmement important de protéger son identité maintenant, notamment s'il est de nouveau libéré, parce que ceux qui voulaient sa peau en 2001 n'ont probablement pas changé d'avis», a-t-elle déclaré. Ses propos font suite aux prises de position du ministre de la Justice, Jack Straw, qui déclarait lundi: «Dévoiler des informations prématurément pourrait nuire à l'intégrité du processus judiciaire, et même mettre en péril les poursuites éventuelles».

[Lire l'article complet sur le Daily Mail]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Jon Venables et James Bulger / Reuters, HO Old

Newsletters

À New York, il est possible d'acheter des tests Covid dans un distributeur automatique

À New York, il est possible d'acheter des tests Covid dans un distributeur automatique

Ces tests salivaires, à réaliser chez soi, sont disponibles en libre-service au prix de 149 dollars.

Pourquoi Le Pen et Salvini ne considèrent plus l'Europe comme un problème

Pourquoi Le Pen et Salvini ne considèrent plus l'Europe comme un problème

Amorcé en 2019 avec l'abandon du Frexit et de la sortie de l'euro, le virage politique de Marine Le Pen par rapport à l'Union européenne semble se confirmer. En Italie, Matteo Salvini, patron de la Ligue –mouvement populiste, souverainiste et...

Aux États-Unis, on trouve parfois des lames de rasoir dans les murs des vieilles maisons

Aux États-Unis, on trouve parfois des lames de rasoir dans les murs des vieilles maisons

Un employé d'une entreprise de construction raconte en avoir même trouvées dans les plafonds.

Newsletters