Culture

Cinq podcasts pour Halloween, sélectionnés par les membres du Slate Podcast Club

Temps de lecture : 2 min

«Dr LaMort», «Ars Moriendi», «Le Grêlé»... Cette semaine, les membres du Slate Podcast Club vous partagent des podcasts qui vont vous glacer le sang.

Cette année pour Halloween, oubliez les films d'horreur et écoutez des podcasts. | Patrick Tomasso via Unsplash
Cette année pour Halloween, oubliez les films d'horreur et écoutez des podcasts. | Patrick Tomasso via Unsplash

Vous avez des podcasts à recommander? Vous voulez échanger et débattre avec d'autres passionné·es? Rejoignez le Slate Podcast Club! Une seule règle: répondre aux deux questions à l'entrée du groupe.

Cette semaine, les membres du Slate Podcast Club vous recommandent...

  • Dr LaMort par Wondery

Impossible de parler de podcasts qui font peur sans penser à Dr LaMort. Ce documentaire, première adaptation du studio américain Wondery, retrace l'histoire de Christopher Duntsch, un charmant neurochirurgien ayant bousillé la vie de trente-trois patient·es lors d'atroces opérations chirurgicales.

«Je l'ai écouté la nuit avec les oreillettes... et là, j'ai eu peur d'avoir le même docteur», raconte Rémy, du Slate Podcast Club. Le podcast est également recommandé par Hélène, l'administratrice du Club, qui a trouvé la voix de la narratrice particulièrement efficace. Avertissement: après avoir écouté ce podcast, vous risquez de ne plus jamais avoir envie d'aller chez le docteur. À écouter sur Podtail.

  • Ars Moriendi

Qui n'a jamais passé de soirée à se raconter des histoires d'horreur sous la tente ou dans le grenier? Ars Moriendi, c'est le genre d'histoires qui commencent par la phrase «Ceci est l'histoire vraie d'un tueur en série...», prononcée par une voix qui vous tétanise à l'instant même où vous l'entendez.

Le podcast a été conseillé par Célia sur le Club: «Les sujets choisis sont des histoires vraies, malsaines et effrayantes, généralement précédées d'une réflexion sur le vice humain, détaille-t-elle. Mais surtout, l'histoire est racontée telle une pièce de théâtre radiophonique, avec des acteurs, ce qui permet à l'auditeur de prendre un peu de recul... et d'oublier qu'il s'agit d'événements qui ont vraiment eu lieu.»

Plus de trente épisodes sont déjà disponibles. De quoi passer une bonne soirée (macabre).

  • Le Grêlé de Sybel

Dans ce podcast, Patricia Tourancheau se penche sur l'affaire non résolue du «Grêlé», un tueur et violeur parisien actif de 1986 à 1994. Il reste à l'heure actuelle le seul serial killer français à n'avoir jamais été identifié.

En huit épisodes, la journaliste retrace cette enquête passionnante qui a duré plus de trente ans. Le podcast, recommandé par Thomas, est à retrouver sur la plateforme Sybel.

  • In Tenebris

Écrit par la journaliste web Marine Benoit, In Tenebris revient sur des faits divers restés sans réponse. Chaque épisode se divise en deux parties: dans un premier temps, un comédien relate les faits, avec des archives sonores à l'appui, puis la journaliste invite un·e ou plusieurs spécialistes à percer l'énigme.

Plus angoissant que terrifiant selon Thomas, membre du Club, mais idéal pour passer la soirée d'Halloween. Six épisodes d'une cinquantaine de minutes sont en ligne sur Ausha.

  • Le Bureau des mystères

Si vous aimez les fantômes, les ovnis et autres monstres en tous genres, ce podcast est fait pour vous. Dans Le Bureau des mystères, Mathias et Charles décortiquent des histoires paranormales, toutes plus angoissantes les unes que les autres.

L'épisode 11, intitulé «Terreurs Sonores» et qui réunit plusieurs archives audio à l'origine de théories troublantes, a particulièrement marqué Thomas: «Certains sons sont vraiment effrayants», prévient-il sur le Club. Une vingtaine d'épisodes sont à écouter sur Ausha.

Pour ne rien rater de l'actualité de Slate Podcasts, abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez-nous sur Facebook et Instagram.

Newsletters

Programme

Programme

«Les Enfants d'Isadora» ou le cinéma qui danse

«Les Enfants d'Isadora» ou le cinéma qui danse

Autour d'un solo composé par Isadora Duncan il y a un siècle, le film de Damien Manivel déploie au présent un très bel ensemble d'émotions dont la quête de beauté illumine le quotidien.

En Chine, Macron a joué la carte du soft power

En Chine, Macron a joué la carte du soft power

Entouré de personnalités du monde artistique, le président a profité de son séjour à Shanghai puis Pékin pour concrétiser un certain nombre de partenariats entre institutions françaises et chinoises.

Newsletters