Égalités / Société

À la campagne, la double épreuve des victimes de violences conjugales

Temps de lecture : 9 min

Peur de parler, maillage associatif faible, mobilité réduite... En milieu rural, les femmes victimes de violences conjugales ont plus de mal à sortir du silence. Le sujet reste cependant peu étudié.

Dans les campagnes, les femmes victimes de violences conjugales ont du mal à sortir du silence. | Andrew Neel via Unsplash
Dans les campagnes, les femmes victimes de violences conjugales ont du mal à sortir du silence. | Andrew Neel via Unsplash

Se rencontrer dans ses jeunes années, cohabiter dans un appartement, puis faire construire une maison dans une bourgade à la campagne. Pour certains couples, la trajectoire paraît idyllique. Elle a été un calvaire pour Elsa*. En 2013, la jeune femme quitte la banlieue havraise avec son compagnon pour emménager dans un village normand de quelques centaines d'habitant·es. Victime de violences, elle a porté plainte quelques mois auparavant contre celui qui l'accompagne. Elle raconte le procès, la condamnation, puis son retour auprès de son compagnon.

«J'ai très mal vécu la campagne. Je me suis retrouvée seule, loin de mes proches, dans un lieu où je ne connaissais personne», se souvient Elsa qui préfère taire son identité à cause de son divorce. Personne, sauf son «bourreau», comme elle le surnomme parfois.

De cette période, Elsa retient les «humiliations» et les «insultes» et se souvient s'être sentie comme un «chien», selon la nouvelle plainte qu'elle déposera ensuite. «Au début, j'avais un emploi au Havre, mais j'ai dû l'abandonner. Je n'avais plus la force de prendre la route», ajoute-t-elle. Sa plainte sera classée sans suite, faute de preuves.

«C'est un impensé social»

Lancé début septembre, le Grenelle contre les violences conjugales se déroule jusqu'au 25 novembre en France. Il donne lieu à une centaine d'événements locaux rassemblant les acteurs de la lutte contre ces violences qui peuvent notamment être verbales, sexuelles, physiques et psychologiques. Des violences encore peu étudiées à travers le prisme de la ruralité.

«C'est un impensé social», tranche Maya de Chantérac de Paroles de femmes. Très investie sur le sujet, cette association située à Gaillac, une ville du Tarn d'environ 15.000 habitant·es, a organisé un colloque en septembre sur la réalité des violences conjugales faites aux femmes en milieu rural.

«La question des violences conjugales en milieu rural a longtemps été un gros angle mort.»
Clémentine Comer, docteure en sciences politiques

L'association est aussi à l'origine d'une des premières et rares publications sur le sujet, «Les violences faites aux femmes en milieu rural, une étude en Midi-Pyrénées et en Pays de la Loire», diffusée dès 2014. Selon l'étude, qui s'appuie sur des données du ministère de l'Intérieur, entre 45 et 55% des féminicides ont ainsi été commis dans la zone de compétence de la gendarmerie nationale chaque année entre 2011 et 2014, c'est-à-dire plutôt dans des espaces ruraux ou périurbains.

«La question des violences conjugales en milieu rural a longtemps été un gros angle mort. Il y avait très peu de ressources documentaires disponibles jusqu'à la parution d'études récentes», confirme Clémentine Comer, docteure en sciences politiques à l'université de Rennes 1 et intervenante du colloque à Gaillac.

En campagne comme en ville

Parmi ces études, le rapport 2019 «Femmes et ruralité, pour l'égalité entre les femmes et les hommes dans les territoires ruraux franciliens» du centre Hubertine-Auclert rapporte des chiffres de la Miprof (la mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences) selon lesquels la prévalence sur deux ans des violences commises par le conjoint ou ex-conjoint et subies par les femmes est identique en commune rurale et dans l'agglomération parisienne (avec respectivement 1,7% et 1,6% des femmes concernées par au moins un acte de violence physique ou sexuelle).

Des études fatalement centrées sur les femmes: elles représentent 72% des victimes de violences conjugales et la quasi-totalité des victimes en cas de violences sexuelles, selon le rapport d'enquête «Cadre de vie et sécurité» 2018 réalisé par le ministère de l'Intérieur à partir d'un travail de l'Insee et de l'Observatoire national de la délinquance, et des réponses pénales.

En outre, sur un total de 149 victimes au sein de couples l'année dernière, 121 victimes étaient des femmes. Et «sur trente-et-une femmes auteurs d'homicide, quinze d'entre elles avaient déjà été victimes de violences de la part de leur partenaire», précise l'étude nationale sur les morts violentes au sein du couple 2018 du ministère de l'Intérieur.

«Pour cacher mes blessures, je portais des lunettes de soleil»

Si peu d'attention reste accordée à cette problématique, les femmes en milieu rural peuvent pourtant subir une double épreuve: aux souffrances des violences s'ajoutent des conditions plus difficiles d'accès aux droits.

Dans les campagnes, les victimes citent très souvent le poids de la proximité d'autrui comme un des principaux obstacles à la sortie du silence. «Tout le monde se connaît dans un village, tout le monde observe tout le monde», décrit Valérie, qui habite dans une commune de quelques milliers d'âmes dans le Finistère. Elle confie avoir subi, pendant plusieurs années et jusqu'au début des années 2000, les violences de son compagnon: «J'étais commerçante. Pour dissimuler mes blessures aux yeux des clients, je me maquillais ou je portais des lunettes de soleil.»

Dans les associations d'accueil des victimes, on mentionne aussi la possible difficulté de se confier au médecin de famille, à la fois proche de l'auteur des violences et de la victime ou, par exemple, de porter plainte quand un gendarme joue dans le même club de football que le conjoint.

Un isolement accentué

«Ces formes d'interconnaissance existantes dans le monde rural peuvent contribuer à enfermer la femme dans la cellule conjugale», observe Clémentine Comer. «À la campagne, les violences conjugales sont également davantage un tabou ou banalisées, en raison de la prégnance des stéréotypes sexistes et d'une société encore très patriarcale», affirme Maya de Chantérac.

D'autres facteurs peuvent aussi favoriser l'isolement des victimes, à l'instar de la mobilité. «Certaines femmes n'ont pas le permis de conduire ou pas accès au véhicule familial. Et il est compliqué de compter sur les transports en commun dans les territoires ruraux», explique Yassia Boudra, directrice de l'association Femmes debout localisée à Dole, dans le Jura.

«Quitter la ferme peut être considéré par ces femmes comme une mise en péril économique de l'exploitation»
Clémentine Comer

Pour certaines femmes, des situations de précarité financière compliquent également la sortie des violences. «Chez les agricultrices, il y a encore une zone grise concernant la reconnaissance statutaire, voire une absence de statut tout court, qui peut favoriser une dépendance à l'égard de la ferme familiale», renseigne Clémentine Comer, qui a fait sa thèse sur les groupes professionnels féminins actifs au sein des organisations agricoles en Bretagne.

«Quitter la ferme, par exemple en cas de violences, peut aussi être considéré par ces femmes comme une mise en péril économique de l'exploitation, alors que c'est leur fiston qui est destiné à la reprendre, poursuit-elle. Cette imbrication entre le familial et le professionnel existe aussi chez les commerçants et les artisans.» À en croire Maya de Chantérac, les néorurales représentent aussi une partie de ces femmes précaires, car elles peuvent être contraintes, à l'instar d'Elsa, de démissionner de leur emploi citadin.

Disparité des aides sollicitées

Quand bien même «il importe que l'accompagnement [des victimes] soit pluriel» en raison de la multiplicité des conséquences des violences conjugales, selon un travail de la Miprof de 2014, seules 18% des femmes en situation de violences conjugales graves (au moins un acte de violence physique ou sexuelle, commis en l'occurrence par le conjoint) et résidant en communes rurales ont sollicité au moins deux services d'aide, contre 24% pour celles vivant dans une unité urbaine de 100.000 à moins de 2 millions d'habitant·es et 31% pour celles de l'agglomération parisienne. Les femmes vivant en communes rurales sont en fait plus nombreuses à solliciter de l'aide, mais elles le font principalement auprès d'un seul service.

Elles ne sont que 12% à choisir de se rendre à la gendarmerie ou au commissariat, contre 30% pour les femmes de l'agglomération parisienne

La répartition des services sollicités n'est également pas la même en fonction du lieu de résidence des femmes victimes. Dans les communes rurales, beaucoup (41%) se tournent vers un médecin généraliste, un psychiatre ou psychologue, ou un hôpital. À l'inverse, elles ne sont que 12% à choisir de se rendre à la gendarmerie ou au commissariat, contre 30% pour les femmes de l'agglomération parisienne. En outre, les femmes des campagnes ne sont que 6% à contacter un numéro d'aide aux victimes ou une association, contre 15% dans les unités urbaines de 100.000 à moins de 2 millions d'habitant·es.

Cela s'explique notamment par un réseau associatif peu répandu et une méconnaissance du numéro d'écoute national destiné aux femmes victimes de violences, le 3919, dans les zones rurales. «Quand je cherchais des associations pour trouver de l'aide, il n'y avait rien à proximité de mon village», rapporte d'ailleurs Elsa. Dans les rangs associatifs, on estime que cette situation découle de ressources financières trop concentrées dans les métropoles. Quant à la création d'un fonds Catherine contre les féminicides d'un million d'euros à destination des associations locales, et annoncée fin août par la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa, elle est jugée insuffisante a minima.

En revanche, la mise en place du Grenelle reste un élément positif pour Yassia Boudra, qui «pense que cet événement permet à l'information d'arriver auprès des femmes devant leur télé». Pour couvrir l'ensemble du territoire, les centres d'information du droit des femmes et des familles (CIDFF), implantés essentiellement dans les préfectures, mettent en place des permanences d'accès au droit ailleurs dans leurs départements.

«Ils peuvent aussi proposer un accompagnement vers l'emploi», renseigne Nora Husson, responsable réseau de la Fédération nationale des CIDFF. Citant l'exemple du CIDFF de l'Essonne, le rapport du centre Hubertine-Auclert estime toutefois que «les territoires ruraux restent sous-représentés dans les taux de fréquentation des permanences».

Former au repérage

Pour faire face au «désert associatif», dixit Maya de Chantérac, les structures présentes en milieu rural œuvrent à renforcer le maillage territorial par des biais divers. Dans le Finistère, les bénévoles de l'Abri côtier de Quimperlé proposent de se déplacer dans les mairies des seize communes de la communauté d'agglomération pour rencontrer une victime qui en ferait la demande.

Dans le Tarn, l'association Paroles de femmes a mis en place en 2016 un réseau de relais ruraux pour aiguiller les victimes de violences conjugales vers des services d'aide. Ces relais sont aujourd'hui environ quatre-vingt-dix. «Ce sont des personnes –maires, employés de mairie, médecins, pharmaciens, épiciers, policières et citoyennes– que nous formons au repérage de ces violences», détaille Maya de Chantérac, qui les coordonne.

«Pour améliorer ce maillage, on insiste beaucoup sur la formation des professionnels», indique également Françoise Brié, directrice générale de la Fédération nationale solidarité femmes, un réseau de près de soixante-dix associations spécialisées dans l'accueil, l'accompagnement et l'hébergement des femmes victimes de violences, dont Paroles de Femmes et l'Abri côtier.

La quête de logements

C'est aussi le cas de Femmes debout, une association indépendante de toute fédération qui organise, grâce au financement de la direction régionale aux droits des femmes et à l'égalité entre les femmes et les hommes de Bourgogne-Franche-Comté, des sessions de formation de deux jours à l'attention de professionnels –gendarmes, personnel soignant, avocat·es et autres, sur le repérage et l'accompagnement des femmes victimes de violences conjugales.

Dans plusieurs départements, à l'instar du Finistère, des «bons taxis» peuvent aussi être proposés aux victimes afin de faciliter, grâce à un financement public, leurs déplacements dans le cadre d'une sortie des violences.

Concernant le logement, «un facteur clé du processus de réparation», selon l'étude réalisée par Paroles de femmes, des actions continuent d'être entreprises afin de trouver des solutions alternatives aux nuitées d'hôtel. «Dans notre département, un partenariat vient de débuter avec l'association Civam [Centre d'initiatives pour valoriser l'agriculture et le milieu rural, ndlr] afin que des personnes formées puissent héberger des victimes sur leur propriété, illustre Marion Clément, déléguée départementale aux droits des femmes et à l'égalité entre les femmes et les hommes du Finistère. Une convention a aussi été passée avec les Gîtes de France dans le même but.»

«Nous recevons une cinquantaine de messages par jour»

Faute de maillage rural, la toile fait figure d'échappatoire pour certaines femmes. Créée fin 2017, l'association Putain de guerrières, en plus d'apporter une aide par téléphone, a ainsi investi trois réseaux sociaux majeurs: Facebook, Instagram et Twitter. «En ce moment, nous recevons une cinquantaine de messages par jour, affirme Caroline Boisnoir, sa présidente. Il nous arrive de financer une nuit d'hôtel ou un trajet en taxi. Grâce à nos référentes à Paris, Marseille, Le Havre et Annecy, nous pouvons aussi proposer des rencontres en cas de besoin.» Pour Maya de Chantérac: «Il ne faut toutefois pas oublier que certaines personnes ont des difficultés pour utiliser les réseaux sociaux.»

Après s'être séparée de son compagnon il y a quelques années, Elsa a, elle, retrouvé un emploi et une vie familiale stables. Elle a également rejoint une association d'aide aux victimes de violences conjugales. «Je me suis engagée, car je suis la preuve vivante qu'un après est possible, explique-t-elle. Et c'est beau, de vivre l'après.»

* Le prénom a été changé.

Newsletters

Trois semaines de violences conjugales en France

Trois semaines de violences conjugales en France

Tous les jours, partout sur le territoire, des femmes sont menacées, battues et tuées. C'est pour elles que nous marcherons demain samedi 23 novembre contre les violences sexistes et sexuelles.

Le monde n'est pas habitué aux voyageuses noires

Le monde n'est pas habitué aux voyageuses noires

Cette dernière décennie a démocratisé la manière de voyager, notamment pour les femmes. Pourtant, les Noires sont encore sur le carreau, malgré une meilleure représentation.

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

L'hyperémèse gravidique, cette maladie qui provoque des vomissements incoercibles pendant la grossesse, peut se soigner. Mais pour ça, il faudrait écouter les femmes qui en souffrent.

Newsletters