Politique / Monde

Pour Trump, les souffrances de la guerre sont une bonne chose

Temps de lecture : 5 min

Aux yeux du président américain, les tourments connus par les Kurdes après la trahison de l'Amérique étaient utiles et nécessaires.

Donald Trump à Chicago, le 28 octobre 2019. | Brendan Smialowski / AFP
Donald Trump à Chicago, le 28 octobre 2019. | Brendan Smialowski / AFP

Le président Donald Trump est connu pour le peu de cas qu'il fait de la vie humaine. Il approuve les violences contre les journalistes, les exécutions en cas de délits qui n'entraînent pas la mort, le recours aux gaz toxiques et le ciblage délibéré de membres de la famille de personnes soupçonnées de terrorisme.

Voici que désormais, Trump propose une nouvelle justification de ces atrocités: la mort et la souffrance en temps de guerre sont bonnes pour la paix.

«Parfois, faut les laisser se battre»

Le dimanche 6 octobre, après une conversation téléphonique avec le président turc Recep Tayyip Erdoğan, Donald Trump a annoncé qu'il retirait les troupes américaines de la frontière syrienne avec la Turquie. Cette initiative laissait le champ libre à une invasion turque de territoires jusqu'ici occupés par les Kurdes –qui, jusqu'à la trahison de Trump, étaient des alliés de l'Amérique en Syrie.

Selon l'Observatoire syrien des droits humains, cette invasion a tué des dizaines de civil·es et des centaines de combattant·es. Elle a généré une vague d'incendies, de pillages, de kidnappings et d'exécutions sommaires au bord des routes, et poussé 300.000 personnes à quitter leur foyer.

Trump admet qu'il aurait pu éviter ce carnage. Pourtant, il s'en félicite.

Le 17 octobre, les États-Unis ont annoncé un accord visant à arrêter l'invasion et qui, essentiellement, entérine le contrôle par la Turquie du territoire dont elle s'est emparée. Mais selon le président américain, cet accord –davantage une reddition qu'autre chose– n'aurait pas pu voir le jour sans toute la violence qu'il a autorisée.

«Sans ces coups de feu dans tous les sens, sans ces roquettes qui partaient dans les deux directions, sans les autres pays qui intervenaient et potentiellement intervenaient et provoquaient virtuellement une guerre mondiale [sic] –sans tout ça, on n'aurait jamais pu avoir cet accord», a-t-il déclaré.

Donald Trump attribue le mérite de son faux progrès non seulement à la violence, mais aussi aux effusions de sang que celle-ci a engendrées. «S'ils n'étaient pas passés par deux jours et demi d'enfer, je ne pense pas qu'ils l'auraient fait», a-t-il avancé à propos des Kurdes et de la Turquie.

Mercredi 23 octobre, il a fanfaronné: «C'est directement grâce à la douleur et aux souffrances des trois jours de combats qui se sont déroulés que nous avons pu organiser un accord avec la Turquie et les Kurdes qui n'aurait jamais pu se faire sans cette courte crise.»

Le président américain revendique que ces souffrances s'inscrivent dans le cadre d'une stratégie géniale. «C'était pas très conventionnel, ce que j'ai fait», a-t-il confié lors d'un meeting politique à Dallas, le 17 octobre. Il a indiqué qu'avant l'invasion, «[il a] dit: “Ils vont devoir se battre un petit moment.” Parfois, faut les laisser se battre. […] Comme deux gosses dans un parking, faut les laisser se battre, et ensuite vous les séparez».

Quatre jours plus tard, au cours d'une interview accordée à Fox News et menée par Sean Hannity, Trump a réutilisé cette métaphore. Par trois fois, il a qualifié sa politique «d'amour vache».

«Nous voulons garder le pétrole»

Il n'a pas été utile de faire un gros travail de persuasion pour convaincre la Turquie d'accepter un accord qui lui octroyait le contrôle du territoire kurde. En revanche, il en a fallu pour décider les Kurdes à fuir, et c'est précisément ce qu'a fait Trump en ouvrant la voie à Erdoğan.

«Les Kurdes ont tendance à partir, et c'est une bonne chose», a assuré Trump le 12 octobre. Lundi 21 octobre, il a crâné et affirmé que si «les tirs n'avaient pas commencé, je ne crois pas que les Kurdes auraient bougé». Le jeudi suivant, il a twitté qu'ils feraient bien de continuer à courir: «Peut-être que le temps est venu pour les Kurdes de commencer à partir dans la Région du Pétrole!»

Les soutiens des Kurdes opposent qu'ils se sont courageusement battus avec les États-Unis contre l'organisation État islamique, qu'ils les ont aidés en surveillant des combattants de Daech capturés et que Trump récompense leur loyauté en invitant la Turquie à les tuer.

«Ils ont plein de sable, là-bas. Y a plein de sable pour qu'ils s'amusent.»
Donald Trump, le 16 octobre 2019

Mais Trump affirme que les Kurdes méritent ce qui leur arrive. À cinq reprises depuis le début de l'invasion, il a gloussé que ce n'était «pas des anges». Il les a accusés de relâcher des prisonniers de l'EI «juste pour frimer», afin de mettre les États-Unis dans l'embarras et leur faire peur. La Turquie avait parfaitement le droit d'envahir les territoires kurdes jouxtant leur frontière, a décrété Trump: «Il fallait qu'ils fassent le ménage

Et tous ces gens chassés de chez eux? «C'est plein de sable, a rétorqué le président américain avec désinvolture, en parlant de la Syrie et des pays qui se battaient pour ses territoires. Ils ont plein de sable, là-bas. Y a plein de sable pour qu'ils s'amusent.»

La seule chose qui l'intéresse, c'est ce qu'il y a dans le sous-sol: du pétrole. Lundi 21 octobre, il a rappelé que pendant la guerre en Irak, «[il a] toujours dit: “Si vous y allez, gardez le pétrole.” C'est pareil ici: gardez le pétrole. Nous voulons garder le pétrole».

Il a proposé un accord «en cash» entre les Kurdes et un conglomérat pétrolier qu'il choisirait. «Nous allons trouver un truc à faire avec les Kurdes pour qu'ils puissent avoir un peu d'argent, a-t-il expliqué. Peut-être qu'on va y envoyer une de nos grandes compagnies pétrolières pour faire les choses bien.»

Vendredi 25 octobre, il a menti: «Nous venons de faire un truc formidable en Syrie... Nous avons pris le pétrole. Plein de trucs géniaux sont en train de se passer.»

«Ils vont s'évader en Europe»

Tout en célébrant les souffrances des Kurdes et en proposant de les exploiter financièrement, Trump a suggéré que les pays européens méritaient les actes de terrorisme que les prisonniers de l'EI libérés par l'invasion seraient susceptibles de leur infliger.

Il a déclaré avoir donné à la France, à l'Allemagne et à d'autres pays de multiples chances d'accepter ces prisonniers. Lors du Values Voter Summit du 12 octobre, le président a raconté sur le ton de la plaisanterie avoir menacé de lâcher des terroristes de Daech sur l'Europe. Il a soutenu avoir dit aux dirigeants européens lors de conversations téléphoniques: «Il faut que vous les repreniez, sinon je les laisse partir tout droit sur vos foutues frontières

Le public, une assemblée de moralistes, a ri. L'indifférence de Trump n'était pourtant pas une plaisanterie. Face à des journalistes qui s'alarmaient du risque terroriste posé par les fugitifs de Deach, il a maintenu que ce n'était pas son problème. «Ils vont s'évader en Europe, a-t-il répondu. C'est là qu'ils veulent aller.»

Trump n'est pas le premier président américain à retirer des troupes face à une menace. Il n'est pas le premier non plus à justifier des morts de civils, à tolérer des épurations ethniques ou à rester les bras croisés pendant qu'un pays en passe un autre à tabac. Mais c'est le seul président de l'histoire moderne à affirmer que les tourments et les souffrances de la guerre sont une bonne chose.

À ses yeux, le vol, le meurtre, le terrorisme et l'épuration ethnique ne sont pas seulement des conséquences tragiques, mais aussi des instruments de politique étrangère. Le danger, pour l'Amérique de Trump, ce n'est pas que les méchants n'aient plus peur d'elle: c'est qu'elle devienne la méchante.

Retrouvez l'actualité de la campagne présidentielle américaine chaque mercredi soir dans Trump 2020, le podcast d'analyse et de décryptage de Slate.fr en collaboration avec l'Ifri et TTSO.

Newsletters

Grève du 5 décembre: tous contre Macron?

Grève du 5 décembre: tous contre Macron?

La réforme des retraites est un agrégateur phénoménal.

«La seule chose qui n'est pas acceptable, c'est la violence», estime Cédric Villani

«La seule chose qui n'est pas acceptable, c'est la violence», estime Cédric Villani

Le député LREM et candidat à la mairie de Paris revient sur les manifestations des «gilets jaunes» du 17 novembre à Paris.

Michael Bloomberg, peut-il sauver les Démocrates?

Michael Bloomberg, peut-il sauver les Démocrates?

À moins de trois mois des primaires démocrates américaines, les candidats et candidates en lice continuent à faire campagne dans le pays pour espérer être désigné·es comme candidat·e à l'élection présidentielle de 2020. Une tâche qui se...

Newsletters