Santé

Utiliser votre smartphone au réveil n'a pas que des effets négatifs

Temps de lecture : 2 min

Mais il serait peut-être quand même plus sage de s'épargner un peu.

Photo: Andrew Guan via Unsplash
Photo: Andrew Guan via Unsplash

Naguère, le matin, on se ruait sur la cafetière, la radio, le grille-pain ou la douche. Mais les temps changent, et une grande partie d'entre nous démarre désormais sa journée avec un autre objet: son smartphone, qui sert très souvent de réveil. D'après Bustle, qui a compilé les études sur le sujet, entre 46% et 61% des propriétaires de smartphones consultent leur appareil avant d'avoir posé le pied par terre ou moins de cinq minutes après avoir quitté leur lit.

L'article explique que ce genre de comportement n'est pas sans conséquence, ce qui ne signifie pas que tous les effets puissent être négatifs. De nombreuses études ont permis de montrer quels étaient les résultats d'une exposition plus ou moins prolongée à la lumière bleue émise par nos appareils connectés. En 2007, une revue scientifique publiait les résultats d'une étude attestant des effets positifs de la lumière bleue sur nos capacités cognitives. En 2011, une autre revue affirmait que cette lumière réduisait notre taux de mélatonine, également appelée hormone du sommeil.

Le magazine Sleep, consacré au sommeil, a lui aussi publié plusieurs résultats de recherche: en 2014, un article expliquait que la lumière bleue permettait de combattre la fatigue, et en 2016, un autre montrait que, même avec un temps d'exposition faible, cette lumière avait des effets positifs sur notre mémoire.

En fait, c'est principalement le soir que la lumière bleue pose problème, puisse qu'elle a des effets non négligeables sur notre capacité à nous endormir correctement, comme certaines des études sus-citées aident à le démontrer. Cela ne signifie pas que l'utilisation du smartphone au réveil soit ultra recommandée, d'abord parce que nos yeux souffrent d'être surexposés à des lumières trop agressives pour eux.

Pieds joints dans le réel

Le problème vient moins de la lumière bleue que des activités pratiquées sur nos smartphones. Bustle explique que les utilisateurs et utilisatrices s'en servent dès le réveil pour répondre à des messages (SMS, e-mails) reçus la veille ou pendant la nuit, ce qui a pour effet de créer du stress dès le début de la journée. Le corps et le cerveau n'ont pas le temps de se réveiller progressivement: dès la première minute d'éveil, ils semblent condamnés à sauter à pieds joints dans le réel.

L'article se base notamment sur deux études: l'une démontre les effets négatifs sur la santé mentale de la consultation d'e-mails professionnels en dehors des heures officielles de travail, et l'autre explique qu'un accès moins fréquent à sa boîte mail permet de réduire son degré de stress.

Se servir de son téléphone au réveil, c'est aussi consulter les informations, volontairement ou non. Étant donné que 78% des 18-50 ans utilisent les réseaux sociaux comme sources d'informations, et qu'ouvrir Twitter ou Facebook est l'une des activités pratiquées machinalement par les propriétaires de smartphones, nous finissons par être exposé·es aux news sans l'avoir réellement demandé. Or, comme le rappelle Bustle en citant une autre étude, l'exposition aux informations est liée à une augmentation de l'anxiété et à une baisse vertigineuse de l'optimisme. Ou comment démarrer sa journée dans la morosité et l'angoisse.

L'article signé Lucia Peters invite chacun et chacune d'entre nous à interroger son rapport au smartphone, et à décider ce qui semble être le plus judicieux. Éloigner son appareil de la chambre quitte à racheter un réveil traditionnel? Ou assumer le fait de scrolle sur Twitter, Instagram et Facebook avant le lever, pour profiter des bienfaits de la lumière bleue tout en emmagasinant du stress pour la journée à venir? C'est à nous de voir.

Newsletters

Pour éviter le burn-out, les jeunes généralistes repensent leurs conditions de travail

Pour éviter le burn-out, les jeunes généralistes repensent leurs conditions de travail

Le corps médical n'est pas à l'abri du syndrome d'épuisement professionnel, bien au contraire. Sensibilisée au sujet, la nouvelle génération de médecins tente de se démarquer des précédentes.

La phobie des trous enfin expliquée

La phobie des trous enfin expliquée

La trypophobie serait due à une réaction de dégoût instinctive liée à des maladies.

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

L'hyperémèse gravidique, cette maladie qui provoque des vomissements incoercibles pendant la grossesse, peut se soigner. Mais pour ça, il faudrait écouter les femmes qui en souffrent.

Newsletters