Monde

Un homme embauche un tueur à gages, qui embauche un tueur à gages... et ainsi de suite (cinq fois)

Temps de lecture : 2 min

Les six hommes (le commanditaire du meurtre initial et les cinq tueurs engagés successivement) viennent d'être jugés par la justice chinoise.

Les six accusés lors de leur procès | capture d'écran Youtube
Les six accusés lors de leur procès | capture d'écran Youtube

C'est le genre d'histoire qu'on ne trouverait absolument pas crédible si elle nous était servie au cinéma. Pourtant, raconte USA Today, la justice chinoise vient bel et bien de condamner six hommes (dont cinq tueurs à gages) après que chacun a délégué au suivant l'exécution de la cible initiale.

Ce jeudi, les cinq tueurs professionnels ont écopé de peines de prison comprises entre deux et quatre ans, tandis que le commanditaire initial du meurtre a été condamné à cinq ans de réclusion. Ce promoteur immobilier souhaitait faire éliminer définitivement l'un de ses principaux rivaux, qui l'avait trainé en justice suite à des désaccords sur des projets concurrents.

C'est en octobre 2013 que Tan Youhi a embauché le tueur à gages numéro 1, Xi Guangan, pour un montant de 282.800 dollars. Désirant prendre aussi peu de risques que possible, ce dernier a alors engagé Mo Tianxiang, tueur à gages numéro 2, pour environ 141.000 dollars, soit la moitié de sa prime.

En avril 2014, le tueur numéro 1 a demandé une rallonge de 141.000 dollars au commanditaire initial. Dans le même temps, le tueur numéro 2 s'est octroyé les services du tueur à gages numéro 3, Yang Kangsheng, lui donnant une avance de 38.000 dollars et lui promettant une somme supplémentaire de 71.000 dollars une fois le contrat exécuté.

Marabout, bout de ficelle

Ce dernier a alors décidé de déléguer à son tour la mission en la confiant à Yang Guangsheng, le tueur numéro 4, en lui proposant 28.000 dollars d'avance plus les 71.000 dollars qu'il récupérerait une fois le promoteur assassiné.

Au cours du même mois, le tueur numéro 4 a décidé de proposer à son tour la mission à quelqu'un d'autre: il a alors offert 14.000 dollars à Ling Xiansi, tueur à gages numéro 5, en échange de la vie du promoteur rival. C'est là que s'arrête cette longue chaîne de contrats, puisque le tueur numéro 5 a alors choisi d'aller alerter sa cible qu'un contrat (ou plutôt une succession de contrats) existait sur sa tête.

Les choses ne s'arrêtent pas là: le tueur n°5 et le promoteur visé ont tenté de produire les images d'un faux meurtre afin que l'un récupère la somme promise et que l'autre puisse s'enfuir sain et sauf. Les images ont alors remonté, étape par étape, jusqu'au commanditaire de l'exécution. Finalement, la cible a décidé d'alerter la police, et c'est finalement tout le réseau qui a été démantelé, notamment grâce à la façon dont les photos sont remontées jusqu'à la source. Pour l'adaptation cinématographique, on suggère les frères Coen, Noah Hawley (créateur de la série Fargo) ou éventuellement le Guy Ritchie des débuts, si personne d'autres n'est libre.

Newsletters

Ces chercheurs étudiaient les léopards en Iran, ils ont été condamnés pour espionnage

Ces chercheurs étudiaient les léopards en Iran, ils ont été condamnés pour espionnage

Ils utilisaient des caméras et des pièges photographiques pour observer plusieurs espèces en voie de disparition.

Le nouveau Lula fera-t-il du Lula?

Le nouveau Lula fera-t-il du Lula?

Il semble clair que l'ancien président brésilien, à peine sorti de prison, est déjà en campagne.

De Bagdad à Beyrouth, l'axe iranien chancelle

De Bagdad à Beyrouth, l'axe iranien chancelle

Conspué dans les manifestations en Irak, l'Iran voit également le Hezbollah fragilisé par la contestation au Liban. La République islamique pourrait être la grande perdante de ce vent de révolte.

Newsletters