Économie

Le Brésil impose des sanctions aux Etats-Unis

Temps de lecture : 2 min

Le gouvernement brésilien a annoncé lundi 8 mars qu'il allait prendre des sanctions économiques contre une liste de produits américains. La taxe à l'importation sur des produits allant du ketchup Heinz aux automobiles Ford en passant par des cosmétiques sera augmentée jusqu'à 50%, en représailles à la condamnation des Etats-Unis par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour ses subventions illégales à ses producteurs de coton.

L'OMC a autorisé l'année dernière le Brésil à imposer des sanctions annuelles allant jusqu'à 829 millions de dollars contre les Etats-Unis. Les sanctions annoncées pour cette année s'élèvent à 591 millions de dollars (432 millions d'euros), et le Brésil a fait savoir qu'elles resteraient en place tant que les Américains subventionneront leur production de coton.

Le Brésil affirme notamment que les Etats-Unis ont pu se maintenir au deuxième rang mondial des exportateurs de coton en aidant ses producteurs à hauteur de 3 milliards de dollars par an.

Selon la BBC, cette dispute, qui dure depuis 2002, est une des rares où l'OMC a permis des sanctions croisées, à savoir des représailles économiques contre des secteurs qui ne sont pas impliqués dans le conflit.

[Lire l'article complet sur lefigaro.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: bdunnette, Flickr CC licence Attribution

Slate.fr

Newsletters

Et si on appliquait les principes du yoga au travail?

Et si on appliquait les principes du yoga au travail?

Le monde s'en porterait peut-être mieux (ou pas).

Défiez la gravité en vous offrant un vol habité

Défiez la gravité en vous offrant un vol habité

Le tourisme spatial est balbutiant mais il devrait bientôt exister. Si vous êtes (très) riche, en bonne santé et que vous n'avez pas peur de vieillir, c'est le moment de vous envoyer en l'air.

De plus en plus de personnes refusent de prendre l'avion pour protéger la planète

De plus en plus de personnes refusent de prendre l'avion pour protéger la planète

Le mouvement, né en Suède, gagne petit à petit le reste des pays européens.

Newsletters