Santé / Sciences

Le syndrome d'auto-brasserie, ou comment être ivre sans boire d'alcool

Temps de lecture : 2 min

Sans avoir rien bu, les victimes de cette maladie peuvent pourtant présenter une alcoolémie alarmante.

Photo: Joey Huang via Unsplash
Photo: Joey Huang via Unsplash

Un conducteur américain vient d'être arrêté par la police en raison d'un taux d'alcool deux fois plus important que le maximum autorisé, raconte The Independent. Si l'homme, comme tant d'autres avant lui, a juré sur ce qu'il avait de plus cher qu'il n'avait pas bu une goutte d'alcool, il fait partie des rares personnes à dire la vérité.

Conduit jusqu'à un hôpital pour des analyses plus approfondies, l'homme s'est finalement avéré être victime d'une maladie rare, le syndrome d'auto-brasserie. Perturbé par la présence d'un champignon, son système digestif transformait les glucides en alcool. Des bactéries peuvent également être à l'origine du développement de ce syndrome, qui touche plus fréquemment les personnes obèses, diabétiques, ou souffrant de la maladie de Crohn.

Également touchée par cette maladie, Barbara Cordell a écrit My Gut Makes Alcohol! («Mon intestin produit de l'alcool!»), dans lequel elle revient sur les causes et les conséquences du syndrome. Elle demande notamment au corps médical de faire preuve de plus de vigilance, cette maladie trop rarement diagnostiquée pouvant provoquer des malentendus et des drames.

En 2014, un chauffeur routier atteint par le syndrome perdait le contrôle de son camion, répandant 11.000 saumons sur l'autoroute. Plus récemment, un Américain souffrant de dépression, de problèmes de mémoire et de pics d'agressivité a dû faire des pieds et des mains pour prouver qu'il ne buvait pas en cachette, et que l'ingestion d'une quantité élevée de glucides était responsable de ses problèmes.

Les symptômes de l'alcoolisme, sans l'alcool

L'un des problèmes des personnes atteintes par le syndrome d'auto-brasserie est qu'elles ont énormément de difficultés à prouver qu'elles ne sont pas alcooliques. Certaines sentent l'alcool comme si elles venaient d'en boire, et d'autres sont victimes de nausées et de maux de têtes chroniques, comme si elles vivaient une cuite infinie ou une gueule de bois permanente.

Il est toutefois possible de vivre avec la maladie, à condition de se soigner contre la bactérie ou le champignon responsable, de prendre des probiotiques ou d'adapter son régime alimentaire afin de consommer le moins de glucides possible.

Barbara Cordell dirige actuellement un groupe de parole et de soutien pour plus de 200 personnes touchées. Depuis l'écriture de son livre, elle affirme avoir été contactée par un demi-millier d'hommes et de femmes disant souffrir du même type de maladie. S'il est actuellement impossible de donner des chiffres plus précis, elle semble persuadée que le nombre de victimes du syndrome d'auto-brasserie est bien plus élevé qu'on ne voudrait le croire.

Newsletters

Pour éviter le burn-out, les jeunes généralistes repensent leurs conditions de travail

Pour éviter le burn-out, les jeunes généralistes repensent leurs conditions de travail

Le corps médical n'est pas à l'abri du syndrome d'épuisement professionnel, bien au contraire. Sensibilisée au sujet, la nouvelle génération de médecins tente de se démarquer des précédentes.

La phobie des trous enfin expliquée

La phobie des trous enfin expliquée

La trypophobie serait due à une réaction de dégoût instinctive liée à des maladies.

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

L'hyperémèse gravidique, cette maladie qui provoque des vomissements incoercibles pendant la grossesse, peut se soigner. Mais pour ça, il faudrait écouter les femmes qui en souffrent.

Newsletters