Monde

Une plaque à la mémoire d'un garçon noir lynché construite en acier pare-balle

Temps de lecture : 2 min

Après avoir été vandalisé à plusieurs reprises, le panneau commémorant la mémoire d'Emmett Till dans le Mississippi a été remplacé par une plaque pare-balles.

La tombe d'Emmett Till dans l'Illinois. | Scott Olson / Getty images / AFP
La tombe d'Emmett Till dans l'Illinois. | Scott Olson / Getty images / AFP

En 1955, le lynchage d'Emmett Till, un garçon noir de 14 ans torturé et tué après avoir été accusé, à tort, d'avoir fait des avances à une femme blanche dans le Mississippi, avait galvanisé le mouvement des droits civiques aux États-Unis.

Son corps avait été retrouvé sur les rives de la rivière Tallahatchie et pour commémorer ce meurtre raciste, une plaque avait été placée à cet endroit en 2008. Mais à plusieurs reprises, ce monument a été vandalisé: d'abord jeté dans la rivière, il a ensuite été remplacé, mais la nouvelle plaque a été elle aussi criblée de balles, puis remplacée, avant d'être de nouveau criblée de balles un mois après, par plus d'une centaine de balles en tout.

Pour éviter le vandalisme, l'association qui préserve la mémoire d'Emmett Till a fini par faire ériger une plaque en acier et vitre pare-balles qui pèse environ 230 kilos et est entourée par un système de vidéosurveillance.

Des membres de la famille d'Emmett Till, dont une cousine qui était présente le soir où le jeune garçon a été tué, ont assisté à la cérémonie. À l'époque, les deux hommes blancs arrêtés pour le meurtre avaient été innocentés par un jury blanc. En 2017, la femme qui avait accusé Till de l'avoir accostée a admis avoir menti.

«Vous voulez tirer dessus? Eh bien nous remettrons le panneau, a dit la cousine d'Emmett Till au New York Times. L'État du Mississippi n'a jamais rendu justice à notre famille pour le meurtre d'Emmett... donc notre message est que jusqu'à ce que vous rendiez justice, nous ne vous laisserons pas oublier.»

En juillet dernier, trois étudiants du Mississippi avaient été suspendus de leur fraternité après avoir posé en souriant avec des fusils devant le monument. Ils avaient posté la photo sur Instagram.

En 2014, trois étudiants de cette même université (Ole Miss) avaient placé une corde de pendu autour du cou d'une statue de James Meredith, le premier Afro-Américain à avoir été étudiant dans cette université.

Newsletters

Les midterms de 1918 sont instructives sur le vote en pleine épidémie

Les midterms de 1918 sont instructives sur le vote en pleine épidémie

Malgré la propagation de la grippe espagnole, le président Woodrow Wilson avait insisté pour maintenir les élections.

Le monde d'avant

Le monde d'avant

Le racisme étouffe l'Amérique

Le racisme étouffe l'Amérique

Depuis le meurtre de George Floyd, les États-Unis ont pris feu. Récit, jour après jour, d'un incendie qui ne s'éteindra pas jusqu'à ce que le pays apprenne à se regarder en face.

Newsletters