Monde

Un employé licencié pour avoir répété l'insulte raciste dont il faisait l'objet

Temps de lecture : 2 min

Il a finalement été réintégré.

N-word, le mot nègre en anglais. Trending Topics, Flickr via CC. 
N-word, le mot nègre en anglais. Trending Topics, Flickr via CC. 

Après avoir été licencié dans des circonstances controversées, l'agent de sécurité Marlon Anderson va finalement être réembauché par le lycée du Winsconsin dans lequel il travaillait. Début octobre, un lycéen avait traité Anderson, de «nègre», et ce à plusieurs reprises. Il avait alors demandé à cet élève, également afro-américain, d'arrêter de l'insulter et dans sa réponse, il avait prononcé le mot «nègre» («nigger» en anglais, un terme considéré comme particulièrement violent aux États-Unis). En raison de la politique de tolérance zéro de ce lycée en ce qui concerne les insultes racistes, Anderson avait été licencié quelques jours plus tard. Il travaillait pour le district scolaire de la ville de Madison depuis onze ans.

«Je ne savais pas que je perdrais mon emploi parce que je n'avais pas compris que la tolérance zéro signifiait qu'on pouvait sortir le mot de tout contexte, a dit Anderson à la presse locale. Le district doit m'expliquer comment un homme noir peut perdre son emploi juste parce qu'il a demandé à un élève de ne pas l'appeler par le "n-word" [nègre]».

La proviseure de l'établissement a expliqué dans un e-mail que «quels que soient le contexte et les circonstances, les insultes raciales ne sont pas acceptables dans nos écoles.» Plusieurs autres employés avaient déjà été licenciés en raison de cette politique de zéro tolérance.

Suite à l'annonce du licenciement, des centaines d'élèves, enseignant.es et membres du personnel de West High School ont manifesté en solidarité avec l'agent de sécurité. Ce dernier a dit qu'il ferait appel de cette décision, et a rapidement obtenu le soutien de la chanteuse Cher, qui a déclaré sur Twitter qu'elle paierait les frais d'avocat si Marlon Anderson voulait porter plainte.

De son côté, la présidente du district scolaire a affirmé qu'ils allaient réévaluer leur approche, et Anderson a reçu de nombreux messages de soutien, ainsi qu'une offre d'emploi de la part d'un centre de loisirs pour jeunes.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Newsletters

En Afghanistan, certains vendent leur rein pour se nourrir

En Afghanistan, certains vendent leur rein pour se nourrir

Les Afghans affamés vendent leurs organes et leurs filles pour tenter de survivre.

Pécresse a-t-elle raison de qualifier Macron de «fédéraliste»?

Pécresse a-t-elle raison de qualifier Macron de «fédéraliste»?

Au-delà de la dimension insultante que revêt ce terme en France, la question se pose.

Poutine accentue sa guerre contre Google

Poutine accentue sa guerre contre Google

Le Kremlin reproche aux géants américains de la tech de faire de l'«ingérence électorale».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio