Médias / Société

Qualifier les femmes voilées de «mamans», un stade avancé du paternalisme

Temps de lecture : 3 min

La recrudescence du terme pour désigner les femmes portant le voile relève d'un esprit petit-bourgeois.

Une femme portant le hijab. | Artform Canada via Flickr
Une femme portant le hijab. | Artform Canada via Flickr

Après une semaine grave et lourde, prenons un peu de hauteur pour se livrer à une activité simple et reposante: râler.

Quel a été le point commun entre l'insupportable histoire de l'humiliation d'une femme portant le voile au conseil régional et la réforme des retraites?

Quelques indices:

Sur Libé:




Sur Le Point:




Les mamans. Alors j'aimerais mettre les choses au clair, le terme «maman» est tiré du vocabulaire enfantin et il devrait y rester. Quand j'ai accouché, à la maternité, certaines soignantes entraient dans ma chambre en me demandant: «Comment va la maman?», et le combo «la»+«maman»+verbe à la troisième personne me donnait une envie folle d'aller récupérer mon placenta dans la poubelle pour leur faire avaler cru. J'ai également, à titre totalement personnel, beaucoup de mal avec les adultes qui parlent de leur mère en disant «ma maman» ou «maman». Bien sûr, je dis aussi «maman», mais pour m'adresser à une seule et unique personne, qui se trouve être ma mère.

Régression collective

Cette vague de «mamans» dans les articles, à la radio, à la télé et sur les réseaux sociaux, ce n'est pas possible. Même le président de la République nous parle de «mamans».


Via Elysees.fr

Là, on a touché le fond avec l'expression «maman d'élève». On n'est même plus des parents d'élèves, on nous colle le terme affectif «maman» avec un mot neutre comme «élève». On nous a pété des durites sur l'écriture inclusive, et «maman d'élève», ça ne dérange personne? Ça passe tranquillement?

D'ailleurs, on peut noter qu'il y a deux écoles parmi les tenants du «maman» à tout prix, avec ou sans majuscule.



Mais foutredieu, pourquoi autant de «maman» partout? Serait-on victime d'une régression collective? Par écrit, on peut penser qu'il s'agit dans certains cas d'éviter des répétitions. Mais dans ce cas, pourquoi l'employer également à l'oral ou en titre?

Embourgeoisement

Libération notait déjà le phénomène de propagation du terme en 2004 et avait interviewé le linguiste Pierre Encrevé. D'après lui, c'était un signe d'embourgeoisement. Dans les milieux populaires, on parlait de «mère» et «père», tandis que la bourgeoisie prônait les mots «maman» et «papa». (Il suffit d'ailleurs de penser à Marcel Proust.) Le linguiste évoquait alors une forme d'hypercorrection petite-bourgeoise.

Personnellement, je pense qu'il s'agit également d'appuyer sur la fonction émotive du langage. Et ça, précisément, ça me dérange. Quand on parle de Pénélope Fillon, on n'écrit pas «la chérie de François Fillon soupçonnée d'emploi fictif». Le langage connoté affectivement n'a rien à faire là-dedans.

«Fatima n'est pas votre maman»

Et puis, il y a le mythe de la maman. Une maman, c'est gentil, c'est attendrissant. C'est à peine une femme. Or sur cette histoire de sortie scolaire, parler de «maman voilée», je trouve ça à la limite du paternalisme bon teint. D'ailleurs, j'ai l'impression que le terme générique de «maman» est davantage employé dans les médias pour désigner les mères dans les quartiers populaires et/ou perçues comme issues de l'immigration. Je ne veux pas trop m'avancer, mais je vois passer relativement peu d'articles sur les «mamans cadres supérieures» ou les «mamans CSP+».

Ce qui me dérange particulièrement dans cette formule de «maman voilée», c'est qu'elle ne donne pas l'image d'un individu à part entière qui fait ses propres choix, en l'occurrence celui de porter le voile, ce qui est son droit le plus strict. La «maman voilée», elle est du côté de l'enfance, et limite on lui pardonne de porter le voile parce qu'elle le fait sans doute par superstition, comme tous ces trucs de bonnes femmes un peu bizarres. Ça passerait presque pour une excuse: «Oui, elle porte le voile, mais c'est une maman vous savez.»

En fait, cette femme, qui s'appelle Fatima, n'est pas votre maman, alors arrêtez de l'appeler maman. On peut défendre ses droits sans l'appeler maman, et ce serait même mieux parce que la défense de droits fondamentaux ne devrait pas reposer sur l'attendrissement.

Leave the mamans alone.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq.

Newsletters

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Pour la deuxième fois en près de trois ans de mandat, le président a invité ce 15 janvier les journalistes à l'Élysée pour un échange informel mais néanmoins tendu.

Le jeu américain «Survivor» a malgré lui démontré la pertinence de #MeToo

Le jeu américain «Survivor» a malgré lui démontré la pertinence de #MeToo

La chaîne CBS, qui diffuse l'émission, a été vilipendée pour sa passivité face aux agissements de l'un des participants.

Même sur Fox News, l'assassinat de Soleimani ne fait pas l'unanimité

Même sur Fox News, l'assassinat de Soleimani ne fait pas l'unanimité

Plusieurs journalistes pro-Trump se sont montrés fermement opposés à ce genre d'intervention militaire.

Newsletters