Santé / Économie

Le télétravail génère du stress et un manque de confiance en soi

Temps de lecture : 2 min

On pense souvent aux côtés positifs du travail à distance, moins aux aspects négatifs.

Les employeurs doivent donner l'exemple et instaurer de bonnes structures grâce auxquelles les personnes ne travaillant pas au bureau se sentent valorisées. | Mimi Thian via Unsplash
Les employeurs doivent donner l'exemple et instaurer de bonnes structures grâce auxquelles les personnes ne travaillant pas au bureau se sentent valorisées. | Mimi Thian via Unsplash

À travers le monde, près de 70% de personnes sont en télétravail au moins un jour par semaine, et 53% au moins la moitié de la semaine, révèle une étude publiée par le bureau suisse de l'International Workplace Group. Selon une autre étude, 68% des millennials (né·es entre 1980 et 2000) choisiraient de travailler pour une entreprise qui propose du télétravail car les avantages sont importants. Les employé·es ont des horaires souples, évitent les longs trajets quotidiens et les distractions inutiles au bureau. Mais le bien-être et la santé mentale peuvent en pâtir.

Au Royaume-Uni, les entreprises perdent 100 millions de livres (115 millions d'euros) chaque année à cause du stress, de la dépression et de l'anxiété au travail. Les recherches montrent qu'être en télétravail et tout le temps joignable grâce à la technologie entame la limite entre la vie professionnelle et personnelle, en particulier pour quelqu'un travaillant depuis chez lui. Un rapport des Nations unies de 2017 a révélé que 41% des employé·es à distance ont signalé des niveaux de stress élevés, contre seulement 25% des employé·es de bureau. Dans un environnement de travail virtuel, la majorité des gens ont tendance à trop se concentrer sur les tâches et pas assez sur le relationnel.

Un sentiment d'exclusion

L'une des raisons de ce mal-être serait liée à l'adage «loin des yeux, loin du cœur», car les personnes qui travaillent à distance se sentent exclues du bureau. Elles ont l'impression de devoir être uniquement productives et d'être rejetées des relations de travail. Cela engendre un manque de confiance en soi, un sentiment d'être hors du groupe et une propension à penser que les collègues parlent de nous de façon négative. Dans une autre étude, 52% des 1.100 interrogé·es étaient plus susceptibles de se sentir exclu·es, délaissé·es et incapables de gérer les conflits avec leurs collègues.

Une bonne communication entre les employeurs, les employés qui font du télétravail et ceux qui n'en font pas est essentielle: les personnes qui passent environ quinze minutes à parler et à partager leurs sentiments de stress avec leurs collègues ont une performance en hausse de 20%.

Les employeurs doivent donner l'exemple et instaurer de bonnes pratiques: faire des retours sur le travail, passer des appels vidéo, organiser des réunions régulières de renforcement de l'esprit d'équipe. Instaurer un certain niveau de communication est primordial pour s'assurer que les personnes qui télétravaillent ne fassent pas de burn-out et se sentent partie intégrante de l'équipe.

Newsletters

Pour éviter le burn-out, les jeunes généralistes repensent leurs conditions de travail

Pour éviter le burn-out, les jeunes généralistes repensent leurs conditions de travail

Le corps médical n'est pas à l'abri du syndrome d'épuisement professionnel, bien au contraire. Sensibilisée au sujet, la nouvelle génération de médecins tente de se démarquer des précédentes.

La phobie des trous enfin expliquée

La phobie des trous enfin expliquée

La trypophobie serait due à une réaction de dégoût instinctive liée à des maladies.

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

L'hyperémèse gravidique, cette maladie qui provoque des vomissements incoercibles pendant la grossesse, peut se soigner. Mais pour ça, il faudrait écouter les femmes qui en souffrent.

Newsletters