Politique

«Le vrai sujet aujourd’hui, c’est la lutte contre les communautarismes», estime Barbara Pompili

Temps de lecture : 2 min

Barbara Pompili, députée LREM de la Somme et présidente de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire à l’Assemblée nationale, était l’invitée de «L’instant politique».

Barbara Pompili était l'invitée de «L'instant politique» le 16 octobre. | Capture d'écran via France Info 
Barbara Pompili était l'invitée de «L'instant politique» le 16 octobre. | Capture d'écran via France Info 

La discussion porte tout d’abord sur la polémique actuelle sur le port du voile dans les lieux publics et lors des sorties scolaires. Contrairement au ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer qui considère «que le voile n’est pas souhaitable», Barbara Pompili «ne peut pas dire ça comme ça». Elle pense que le rôle des dirigeant·es politiques est de mettre en oeuvre les conditions favorisant le libre arbitre des citoyen·nes. Selon la députée, «le vrai sujet aujourd’hui, c’est la lutte contre les communautarismes».

Concernant l’incendie à Lubrizol, la députée LREM recommande «un suivi à long terme sur la pollution des sols et de l’eau et surtout d'indemniser le plus vite possible les agriculteurs» ainsi que les entreprises d’agroalimentaire concernées.

À la question de Slate sur les décrocheurs du portrait d’Emmanuel Macron condamnés à une amende de 500€, Barbara Pompili ne souhaite pas se prononcer sur le travail de la justice et affirme que «les personnes qui font ça savent qu’elles encourent des peines parce qu’elles violent la loi et elles prennent leurs responsabilités».

Slate est partenaire de «L'Instant politique», sur la chaîne France Info, du lundi au vendredi à 11h20.

Newsletters

Gare aux programmes

Gare aux programmes

Les municipales 2020 ou la fin du régime qu'Emmanuel Macron devait sauver

Les municipales 2020 ou la fin du régime qu'Emmanuel Macron devait sauver

Le quinquennat Macron est un syndic de faillite de la Ve République, il croit en valoriser les actifs mais organise la vente à l'encan.

Réformes des retraites: l'opinion publique a-t-elle plus de sympathie pour la radicalité?

Réformes des retraites: l'opinion publique a-t-elle plus de sympathie pour la radicalité?

Le soutien aux grévistes demeure élevé.

Newsletters