Culture

Mark Linkous s'est suicidé

Temps de lecture : 2 min

Mark Linkous est mort samedi 6 mars. C'est la famille du leader du groupe Sparklehorse, chanteur, songwriter et musicien, qui l'a annoncé: «C'est avec une grande peine que nous partageons cette nouvelle: Mark Linkous s'est donné la mort aujourd'hui.» Selon les Inrocks, «le chanteur s'est donné un coup de pistolet dans la tête qui ne l'a pas tué sur le coup. Retrouvé encore vivant par sa famille, il a été transporté à l'hôpital avant de succomber à ses blessures trois heures après le coup qu'il s'était donné».

«Mark Linkous rejoint les fantômes, cette fois pour de bon», titre Télérama. En effet, en 1996, déjà, le chanteur avait été déclaré mort pendant deux minutes à la suite d'une overdose de Valium et d'antidépresseurs. Il avait ensuite passé six mois sur un fauteuil roulant, l'attaque cardiaque ayant endommagé ses jambes.

Le 25 décembre, c'était Vic Chesnutt, lui aussi sur fauteuil roulant, et avec qui Mark Linkous avait collaboré, qui avait mis fin à ses jours par overdose médicamenteuse.

En 1995, Sparklehorse avait publié son premier album, vivadixiesubmarinetransmissionplot. Suivront ensuite Good Morning Spider (1999), It's A Wonderful Life (2001) et Dreamt for Light Years in the Belly of a Mountain (2006).

Dernièrement, Linkous s'était associé avec Danger Mouse et David Lynch pour un projet multimédia Dark Night of the Soul. Projet bloqué pour des raisons juridiques par EMI. Selon Rolling Stone, la semaine dernière, Danger Mouse et EMI seraient tombés d'accord pour que l'album paraisse tel qu'il était initialement prévu.

[Lire l'article complet sur Rolling Stone]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

17 octobre 1961: quelles traces reste-t-il du massacre des Algériens à Paris?

17 octobre 1961: quelles traces reste-t-il du massacre des Algériens à Paris?

Dans un documentaire sonore produit par Binge Audio, Tristan Thil exhume des archives poignantes.

Avec «8 Rue de l'Humanité», Dany Boon fait rimer Covid et vide

Avec «8 Rue de l'Humanité», Dany Boon fait rimer Covid et vide

Directement sorti sur Netflix, le nouveau film du réalisateur de «Bienvenue chez les Ch'tis» se distingue avant tout par son sens de la blague éculée. Tout ça pour ça.

«Pleasure», la pornographie comme modèle et comme défi

«Pleasure», la pornographie comme modèle et comme défi

Le film de Ninja Thyberg accompagne une jeune fille dans les méandres de l'industrie du hard californienne.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio