Monde

Une ville d'Oklahoma recherche des charniers 98 ans après un massacre raciste

Temps de lecture : 2 min

Des anthropologues légistes essayent de retrouver où ont été enterrés des centaines d'Afro-Américains tués par des foules de blancs en 1921.

Le quartier de Greenwood à Tulsa, où ont eu lieu des massacres racistes en 1921. Marc Carlson via Flickr CC 
Le quartier de Greenwood à Tulsa, où ont eu lieu des massacres racistes en 1921. Marc Carlson via Flickr CC 

Le massacre de Tulsa en Oklahoma, un des pires incidents de violence raciste aux États-Unis, a commencé le 31 mai 1921 lorsqu'une horde de résidents blancs est venue brûler un quartier afro-américain de la ville. A l'époque, ce quartier de Greenwood était très prospère et connu sous le nom de Black Wall Street, le Wall Street noir. Après l'arrestation d'un jeune noir et des fausses rumeurs indiquant qu'il avait été lynché, des résidents noirs et blancs ont commencé à se tirer dessus. La violence a dégénéré et les blancs ont tué environ trois cent résidents noirs en deux jour. À Greenwood, des centaines de boutiques et de maisons ont été brûlées.

Pendant des décennies, presque personne à Tulsa n'a parlé de ce massacre, qui n'était pas enseigné à l'école, et personne n'a jamais été inculpé pour ces actions. Il a fallu attendre 2001 pour qu'une commission historique enquête sur ces incidents et 2010 pour la création d'un monument en l'honneur de ces morts. En 1999, les recherches d'un anthropologue légiste ont indiqué qu'il y avait probablement des charniers dans le cimetière de la ville, mais la mairie n'a pas procédé aux fouilles recommandées.

C'est le maire actuel qui a relancé ce chantier, à l'approche du centième anniversaire du massacre. Des scientifiques et des des anthropologues viennent de commencer à sonder le sol du cimetière (et de plusieurs autres sites) avec un radar spécialisé. Des témoins avaient en effet dit avoir vu des corps placés dans des charniers.

«Si vous êtes assassinés à Tulsa, nous vous devons de tout faire pour éclaircir ce qui s'est passé et rendre justice, a déclaré le maire G.T. Bynum. C'est pour cela que nous traitons cette affaire comme une enquête pour homicide».

L'équipe mise en place comprend des archéologues et des géophysiciens, et devrait avoir fini l'enquête en décembre ou janvier. Si des cadavres tués pendant ce massacre sont retrouvés, un comité réfléchira aux étapes suivantes, notamment des tests ADN mais aussi l'inhumation des dépouilles.

Slate.fr

Newsletters

En Croatie, des manifestations dénoncent la libération de cinq hommes suspectés de viol

En Croatie, des manifestations dénoncent la libération de cinq hommes suspectés de viol

Des marches de contestation sont prévues ce samedi dans plusieurs villes croates.

La Chine a interdit l'exportation de vêtements noirs vers Hong Kong

La Chine a interdit l'exportation de vêtements noirs vers Hong Kong

De nombreux manifestants de l'ancienne colonie britannique arborent cette couleur pour protester contre le régime de Pékin.

Un employé licencié pour avoir répété l'insulte raciste dont il faisait l'objet

Un employé licencié pour avoir répété l'insulte raciste dont il faisait l'objet

Un lycéen américain a traité un agent de sécurité de «nègre», et ce dernier lui a rétorqué de ne pas l'appeler ainsi. Il a été licencié pour avoir utilisé ce mot interdit par le lycée.

Newsletters