Monde

Eltsine buvait parce qu'il était stressé

Temps de lecture : 2 min

Boris Eltsine buvait, certes, mais c'est parce qu'il était terriblement stressé par son travail à la tête du Kremlin. C'est en tout cas ce qu'affirme sa fille, Tatyana Yumasheva. Sa cadette, qui a été la conseillère du président russe durant son second mandat, sort de son silence médiatique près de trois ans après la mort de Boris Elstine.

Le prédécesseur de Vladimir Poutine est devenu célèbre, notamment en Occident, avec ses fous rires, sa démarche hésitante ou ses pas de danse audacieux mis sur le compte d'un penchant très affirmé pour l'alcool. La vidéo de sa conférence de presse avec Bill Clinton avait fait le tour du monde :

Selon Tatyana Yumesha, son père avait bien un problème avec l'alcool, mais le portrait d'alcoolique dressé à l'ouest est «déloyal et biaisé».

«Il était très stressé par l'énormité des responsabilités qu'il portait sur ses épaules ainsi que par la situation politique tendue à laquelle il devait faire face à l'intérieur du pays avec l'opposition énorme aux réformes qu'il essayait de mettre en place. Je me demande souvent comment il arrivait à faire face physiquement à la pression. Il était responsable d'un immense pays doté d'armes nucléaires et sur le point de s'effondrer. C'était effrayant. Boire était probablement la seule façon de se débarrasser du stress, une soupape de sécurité.»

Dans ses mémoires, Bill Clinton décrit un Boris Eltsine errant dans les rues de Washington en caleçon à la recherche d'une pizza. «Ça n'est tout bêtement jamais arriver», assène Tatyana Yumesha.

[Lire l'article complet dans le TimesOnline]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: attribute www.kremlin.ru.

Newsletters

Chroniques trumpiennes: semaine du 6 au 12 juillet

Chroniques trumpiennes: semaine du 6 au 12 juillet

Aperçu hebdomadaire de la vie tweeto-mentale du président américain.

«D'un seul coup, nous sommes devenus la lie de la société»

«D'un seul coup, nous sommes devenus la lie de la société»

Comment les policiers et les policières américaines parlent de la mort de George Floyd et des manifestations qui balaient les États-Unis.

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La 13e division SS en Bosnie a généré nombre d'analyses. Le dépouillement des archives permet aux historien·nes de remettre en perspective les faits et la réalité.

Newsletters