Sciences

Antarctique, la fin du miracle français?

Temps de lecture : 7 min

Alors que la course au pôle Sud bat son plein, la politique française appliquée dans la zone stagne dangereusement.

La base française Dumont-d'Urville dans le district de Terre Adélie, en Antarctique, le 1er janvier 2011. | AFP
La base française Dumont-d'Urville dans le district de Terre Adélie, en Antarctique, le 1er janvier 2011. | AFP

C'est un continent bien éloigné de la France, et pourtant. L'Antarctique revêt une importance stratégique pour l'Hexagone. Il faut dire que la dernière terra nullius de la planète est au cœur de nombreuses préoccupations: réchauffement climatique, biodiversité et adaptabilité des espèces polaires, biomédecine ou recherche spatiale, l'Antarctique est le lieu de grands défis scientifiques. L'enjeu attire les convoitises et, depuis quelques années, les grandes puissances réinvestissent le continent.

La Chine y installe notamment une cinquième base de recherche, les États-Unis rénovent leur station côtière McMurdo pour un budget de 315 millions d'euros et l'Australie, qui revendique 42% de l'Antarctique, va consacrer 275 millions à la modernisation de ses trois stations scientifiques côtières. Même la Pologne a voté un budget de 21 millions d'euros pour rénover son unique station sur le continent de glace.

Et la France? «La France fait beaucoup avec peu», répond Jérôme Chappellaz, directeur de l'Institut polaire Paul-Émile Victor (IPEV), qui met en œuvre la recherche scientifique française et organise la logistique des équipes de recherche de l'Hexagone dans les milieux polaires et subpolaires.

L'institut bénéficie d'un budget annuel de 18 millions d'euros pour l'étude des pôles. C'est peu, pour un pays qui revendique la Terre Adélie en Antarctique. À titre de comparaison, l'Italie y consacre un budget de 21 millions d'euros, quand la Corée du Sud et l'Australie y investissent 45 millions d'euros annuels et l'Allemagne 53 millions d'euros.

La passion sans les moyens

Face à cette situation, le directeur de l'IPEV tire la sonnette d'alarme. «On peut appeler ça un miracle français, mais le miracle a ses limites», a-t-il déclaré lors de son audition devant la commission des Affaires étrangères à l'Assemblée nationale, en septembre.

Il précise: «Ce que l'on demande d'accomplir à l'IPEV avec les moyens dont on dispose aujourd'hui devient intenable. Pour donner un ordre de grandeur, l'IPEV accompagne presque autant de scientifiques en régions polaires que la Corée du Sud, mais avec un budget de deux à trois fois et demi inférieur. Notre homologue italien dispose d'un budget supérieur au nôtre et envoie deux fois moins de chercheurs sur le terrain.»

Pourtant, les chercheurs et chercheuses françaises excellent dans le domaine de la recherche en Antarctique. «La France est un pays qui a un rôle très important», explique Anne Choquet, enseignante-chercheuse en droit à la Brest Business School. Selon elle, «l'Antarctique a une chance folle, c'est que c'est une région de passionnés. Toute personne est prête à faire des efforts, mais ces efforts ont des limites».

Ce manque de financement place la France dans une position unique: alors que ses scientifiques sont à la pointe des découvertes, l'Hexagone est le seul pays du G7 à ne pas disposer de navire scientifique océanographique capable d'opérer dans les pôles. Cette situation oblige, pour qui veut étudier les milieux marins polaires, à se tourner vers des partenaires comme l'Allemagne ou l'Australie.

Des stations vieillissantes

«Une question centrale aujourd'hui est: “Est-ce qu'on veut encore jouer un rôle en Antarctique?”», demande Jérôme Chappellaz. Car la situation devient urgente, selon l'IPEV, qui alerte sur les moyens humains très insuffisants et les stations de recherche vieillissantes.

Le plus inquiétant pour le moment est qu'aucune politique de rénovation n'a été mise en place, notamment pour la station Dumont-d'Urville, construite en 1955. Si des bâtiments ont été ajoutés dans les années 1960 et 1970, l'observatoire nécessite aujourd'hui une véritable remise à niveau pour répondre aux nouveaux besoins scientifiques.

La station Concordia, cogérée par la France et l'Italie, prévue pour durer trente ans, arrive quant à elle en milieu de vie. «Compte tenu des délais considérables dans l'acheminement de matériel et dans la construction au cœur du continent antarctique, la réflexion sur son futur doit être conduite dès maintenant», alerte le directeur de l'IPEV.

Un enjeu de souveraineté

«Si la France ne se met pas à niveau par une politique volontariste, alerte Jérôme Chappellaz, non seulement nous perdrons notre rang de nation située actuellement dans le peloton de tête de la production scientifique en Antarctique, mais le poids de la France dans le contexte diplomatique antarctique ainsi que sa revendication initiale de souveraineté en Terre Adélie pourraient être remis en question en fonction de l'évolution future des accords autour du traité sur l'Antarctique».

Le texte, voté en 1959, gèle en effet les revendications territoriales sur le continent. Si le traité «a une durée de vie illimitée», comme le rappelle Anne Choquet, le protocole de Madrid, signé en 1991 et relatif à la protection de l'environnement en Antarctique, pourrait être rediscuté après 2048 sur demande de l'un des pays signataires. Il s'agira alors, pour les États ayant des revendications territoriales ou des volontés d'exploitation du continent, d'utiliser leur influence et leur assise pour peser dans les discussions.

Plusieurs garde-fous ont été instaurés, avec notamment la nécessité d'un vote à l'unanimité des vingt-six pays signataires du protocole de Madrid pour toute modification du texte, mais une telle éventualité n'est pas à écarter. La France a toujours misé sur la diplomatie polaire et la force de sa recherche scientifique pour faire valoir sa légitimité dans la zone.

«L'enjeu est que notre gouvernement s'empare du challenge. L'Antarctique peut paraître lointain et déconnecté des préoccupations gouvernementales principales, mais il nous concerne au premier chef sur des questions scientifiques majeures, comme le futur niveau des mers, ainsi que sur des aspects de poids diplomatique et de souveraineté de la France», rappelle Jérôme Chappellaz.

Étudier le passé pour prévoir le futur

La France est pourtant capable de contribuer à des projets d'ampleur. Elle est la leader, avec l'Italie, de la logistique de l'un des plus grands projets européens de forage menés sur les glaces antarctiques. Avec Beyond EPICA, des scientifiques vont forer jusqu'à 2,7 kilomètres de profondeur pour étudier des échantillons de glace vieux de 1,5 million d'années.

L'étude doit permettre de lever l'un des mystères du climat de notre planète: à cette époque, le rythme des alternances entre périodes froides et chaudes a changé, passant de cycles de 40.000 ans à des cycles de 100.000 ans, sans que l'on puisse pour le moment l'expliquer.

«On va pouvoir analyser des signaux permettant de reconstituer la température à cette époque et les gaz à effet de serre dans l'atmosphère, détaille Jérôme Chappellaz. On suspecte que cette bascule dans la périodicité des périodes froides et chaudes est due à une évolution du gaz carbonique atmosphérique.»

Le projet, qui a débuté en juin 2019, coûte environ 40 millions d'euros, dont 11 millions financés par l'Union européenne. Les premiers résultats devraient arriver en 2025. «Avec ces nouvelles données, nous pourrons améliorer les simulations du climat futur en fonction des scénarios d'émissions par les activités humaines», avance le directeur de l'IPEV.

L'ombre de l'Arctique

Capable de projets scientifiques innovants et potentiellement intéressants pour l'industrie des nouvelles technologies, la France peine cependant à établir une stratégie nationale pour l'Antarctique, «probablement en raison de la distance, et de l'absence d'électeurs français résidant là où nous travaillons», ironise Jérôme Chappellaz.

Difficile dès lors pour les élu·es de se rendre compte «de ce qu'on réalise là-bas, avec quels moyens et sur quelle échelle comparative avec les autres nations».

L'Antarctique souffre également d'un déficit d'image, notamment face à l'Arctique, plus proche de l'Europe et dont les symboles, comme les ours polaires affamés ou la fonte de la banquise, parviennent plus facilement à attirer l'attention du grand public.

Un véritable paradoxe, quand on sait que la France n'a pas de possession en Arctique, mise à part la petite station Corbel opérée au Svalbard, alors qu'elle possède les îles subantarctiques de Crozet, Kerguelen, Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam, administrées par les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), et qu'elle revendique la souveraineté de la Terre Adélie en Antarctique.

La France est l'un des rares pays n'ayant aucune revendication territoriale à siéger, depuis 2000, comme observateur au conseil de l'Arctique. C'est notamment son rôle de nation polaire majeure en Antarctique qui lui confère cette légitimité au pôle Nord.

La piste européenne

La recherche française sur le continent est-elle condamnée à opérer avec des moyens réduits, quitte à perdre peu à peu son prestige? L'une des portes de sortie pourrait résider dans une meilleure coopération européenne sur le continent.

Cette stratégie pourrait permettre à la France d'avoir un poids financier plus important par rapport aux superpuissances présentes dans la région, comme les États-Unis, la Chine ou la Russie.

Si des projets existent déjà, Anne Choquet reste prudente: «L'Union européenne est effectivement une solution intéressante, mais il va falloir réussir à convaincre. Une coopération se fait déjà. Après, il faut étudier la compétence de l'Union européenne sur l'Antarctique. Il faut également se poser la question de l'ambition des autres pays dans la région. On est déjà plusieurs États européens en Antarctique, on pourrait explorer des coopérations bilatérales ou trilatérales», estime la juriste.

Pour la spécialiste, au-delà du financement des recherches en Antarctique, c'est le problème du financement de la recherche en France en général qui se pose: «La recherche manque de moyens quels que soient les secteurs. On a de plus en plus de mal à trouver des budgets pour nos études. Ce problème est d'autant plus flagrant pour l'Antarctique.»

Si «on peut exister pour pas trop cher», comme l'a expliqué Jérôme Chappellaz, «le système atteint ses limites». La France est-elle prête à remettre en question son influence historique sur une terre hautement stratégique par manque de financement?

Un projet de visite institutionnelle pourrait apporter une réponse à cette question à l'hiver 2019. En attendant, les scientifiques continuent d'alerter sur la nécessiter de mieux doter les projets sur un continent très convoité.

Newsletters

Une découverte alarmante dans le sang d'un astronaute

Une découverte alarmante dans le sang d'un astronaute

Les astronautes de la station spatiale internationale ont découvert un risque supplémentaire aux séjours passés dans l’espace.

La rénovation thermique de votre logement réduira à peine votre facture​​​​​​​

La rénovation thermique de votre logement réduira à peine votre facture​​​​​​​

Une étude montre que la facture énergétique des ménages est bien moins sensible à la rénovation que prévu, ce qui interroge l'action publique en la matière.

«Il a un besoin énorme de tout contrôler»

«Il a un besoin énorme de tout contrôler»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Marie, dont le conjoint aimerait pouvoir tout régenter au sein de leur couple, quitte à ne pas tenir compte de ce qu'elle désire.

Newsletters