Parents & enfants

Ce que ça fait d'être l'enfant le moins aimé de ses parents

Temps de lecture : 2 min

Beaucoup de parents admettent avoir un enfant préféré et selon les spécialistes, cela peut causer de graves problèmes.

D'après la professeure Helen Dent, «ces enfants s'en tireront probablement beaucoup moins bien, parce qu'ils intériorisent toutes les mauvaises choses qu'on leur dit et qu'on leur fait subir.» | Katherine Chase via Unsplash
D'après la professeure Helen Dent, «ces enfants s'en tireront probablement beaucoup moins bien, parce qu'ils intériorisent toutes les mauvaises choses qu'on leur dit et qu'on leur fait subir.» | Katherine Chase via Unsplash

Le favoritisme parental existe. Près de 85% des personnes interrogées pour une étude publiée en 2009 estimaient que leur mère avait une préférence parmi leurs frères et sœurs.

Ce résultat fait écho à d'autres travaux de recherche ayant révélé que de nombreux parents ont un enfant préféré, mais que cela ne change en rien l'amour qu'ils éprouvent pour chacun. Les parents assurent simplement que s'ils ont un enfant favori, c'est parce qu'ils se reconnaissent davantage dans sa personnalité.

Poids persistant

Diya, 27 ans et mère de trois enfants, a toujours su que sa mère préférait sa sœur: «Ça persiste encore aujourd'hui. Ma mère a dépensé 6.700 euros pour le mariage de ma sœur et a fait le travail d'organisation pour elle. Je me suis mariée récemment. Elle a payé la moitié de ma robe et m'a finalement offert un cadeau plusieurs semaines plus tard. Elle ne s'est pas impliquée dans les préparatifs du mariage. Elle n'a pas trouvé de temps pour moi du tout.»

La jeune femme est effrayée de voir le favoritisme se transmettre de génération en génération. «Ma mère a déjà laissé tomber mes enfants plusieurs fois, annulant à la dernière minute leur anniversaire, raconte-t-elle, mais maintenant, ma sœur est enceinte. J'attends juste de voir si son bébé reçoit plus d'attention que mes enfants. Si je vois des signes de favoritisme là aussi, la relation entre ma mère et moi sera terminée pour de bon. Je ne veux pas que mes enfants ressentent la douleur que j'ai ressentie.»

Diya n'est pas un cas isolé. Sara, 50 ans, a également grandi en étant la mal-aimée de sa fratrie et cela l'a affectée tout au long de sa vie. Elle a eu une enfance très différente de ses sœurs et a été défavorisée sur les plans affectifs et financiers. Sa mère a été abandonnée par son conjoint alors qu'elle était enceinte de Sara, et c'est après qu'elle a rencontré le père de ses sœurs: «Dans leur esprit, je n'étais pas une “fille de médecin” comme mes sœurs. J'étais juste la progéniture d'un homme au hasard.»

«C'est très dommageable pour un enfant lorsqu'il est le seul dont ses parents ne veulent pas s'occuper. Ces enfants s'en tireront probablement beaucoup moins bien, parce qu'ils intériorisent toutes les mauvaises choses qu'on leur dit et qu'on leur fait subir. Cela peut avoir des conséquences horribles sur leur estime de soi», alerte la professeure Helen Dent, qui a travaillé avec des familles au sein desquelles un enfant est devenu le bouc émissaire.

Sara est persuadée qu'il est pire d'être élevé·e dans une famille avec un enfant favori que dans un foyer sans amour. «Ce n'est pas seulement que l'enfant “défavorisé” se sent mal-aimé. Leurs frères et sœurs ressentent beaucoup de pression pour être irréprochables et la copie parfaite des parents. Ils grandissent avec cette peur profonde et sous-jacente que l'amour de leurs parents puisse leur être retiré, comme il l'a été pour leur frère ou leur sœur», souligne-t-elle.

La professeure Dent rejoint cette analyse: «Les frères et sœurs se sentiront heureux et soulagés d'obtenir l'approbation, mais ils se sentiront aussi, consciemment ou inconsciemment, coupables et sans sécurité parce que si l'amour de leurs parents n'est pas inconditionnel, qui sait ce qui peut leur arriver ensuite?»

Slate.fr

Newsletters

Halloween est un désastre écologique

Halloween est un désastre écologique

Les Américain·es dépenseront 8,8 milliards de dollars cette année en bonbons, costumes et décorations jetables.

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

En théorie, elles sont plus sexy que les leçons de grammaire. En pratique, parfois beaucoup moins.

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

Pour les «childfree» qui invoquent des raisons d'ordre psychologique, c'est la double peine: aux injonctions de procréer s'ajoute le tabou des troubles mentaux.

Newsletters