Boire & manger / Monde

Contre la peste porcine, la Chine élève des cochons géants

Temps de lecture : 2 min

Depuis l'été dernier, une épidémie de peste porcine a décimé le cheptel du pays. Les éleveur·euses tâchent donc d'augmenter la taille de leurs bêtes.

Un sacré cochon, en Chine, 2018 | AFP / Johannes Eisele
Un sacré cochon, en Chine, 2018 | AFP / Johannes Eisele

En un an, la peste porcine africaine a décimé les élevages chinois. Selon les estimations, c'est presque la moitié du cheptel porcin du pays qui a été perdu, menant à une augmentation du prix au kilo de 46,7%. De son côté, le gouvernement exhorte les agriculteur·ices à augmenter leur production, pour modérer l'inflation tant bien que mal.

Face à la pénurie, certain·es agriculteur·ices présentent pourtant des bêtes à faire pâlir Okja. Dans une ferme de la province du Guangxi, au sud du pays, on trouve par exemple un cochon aussi lourd qu'un ours polaire: 500 kilogrammes bien pesés.

Pang Cong, le propriétaire de la ferme, possède un troupeau dont les bêtes sont destinées à devenir des porcs géants. À l'abattage, certaines peuvent atteindre jusqu'à 10.000 yuans le kilo, soit près de 1.300 euros. C'est trois fois plus que le salaire mensuel moyen à Nanning, la capitale de la province, où vit Pang.

Si son troupeau atteint des proportions monstrueuses, il ne fait pourtant pas figure d'exception dans le paysage agricole chinois. La hausse des prix a poussé plusieurs éleveur·euses à engraisser leurs porcs autant que possible pour gagner en rentabilité. Dans la province de Jilin, au nord-est, le poids moyen se situe désormais entre 175 et 200 kilogrammes, quand le poids attendu d'un porc était auparavant de 125 kilos.

Un désastre sanitaire et écologique

Les principaux producteurs chinois ne sont pas en reste. Wens Foodstuffs Group Co, le plus grand éleveur de porcs du pays, a déclaré, à l'unisson avec Cofco Meat Holdings Ltd. et Beijing Dabeinong Technology Group Co, vouloir augmenter le poids moyen de ses porcs. D'après certains analystes, les firmes viseraient un objectif d'au moins 14% de poids supplémentaire, qui pourrait engendrer une hausse des profits de 30%.

D'ici 2020, c'est près de 10 millions de tonnes de viande de porc qui devraient manquer à la Chine par rapport à sa production habituelle: une pénurie d'une telle ampleur qu'elle reste impossible à éponger par l'exportation.

Hu Chunhua, l'un des vice-Premiers ministres de la république populaire de Chine, avait déclaré que cette crise était une «priorité nationale». Pour y remédier, le gouvernement a notamment supprimé plusieurs contraintes environnementales qui interdisaient l'élevage de porcs dans certaines zones.

Si la viande de porc contaminée n'est pas nocive pour l'humain, elle continue d'être écoulée par de nombreux·ses producteur·ices, en dépit de son interdiction, faute de contrôles suffisants.

Newsletters

Alain Chapel, le legs culinaire d'un grand cuisinier

Alain Chapel, le legs culinaire d'un grand cuisinier

L'ouvrage de recettes «L'esprit Chapel» restitue l'essentiel de ses beaux plats.

Faire vieillir un vin ne le rend pas forcément meilleur

Faire vieillir un vin ne le rend pas forcément meilleur

Quatre-vingt-dix-neuf pour cent de la production mondiale de cette boisson est destinée à être consommée dans les cinq années qui suivent sa production.

Le livre de recettes de Jean-François Piège, un indispensable pour les cuisiniers pros ou amateurs

Le livre de recettes de Jean-François Piège, un indispensable pour les cuisiniers pros ou amateurs

Cette encyclopédie culinaire regroupe l'essentiel de la gastronomie française.

Newsletters