Médias / Monde

Pourquoi le prince Harry attaque un tabloïd en justice

Temps de lecture : 4 min

Le duc de Sussex ne laissera pas la presse britannique traiter sa femme comme elle a traité sa mère.

Le prince Harry et Meghan Markle à Johannesbourg, le 2 octobre 2019. | Michele Spatari / AFP
Le prince Harry et Meghan Markle à Johannesbourg, le 2 octobre 2019. | Michele Spatari / AFP

Bien qu'elle ait notoirement joué au milieu d'avocats dans la série Suits avant son incursion dans l'univers de la monarchie anglaise, Meghan Markle, duchesse de Sussex, n'est pas particulièrement réputée pour ses manières procédurières. En général, elle se contente de faire ses trucs royaux –plutôt ambiance robe de princesse que robe de prétoire, donc.

Mais le 1er octobre, elle et le prince Harry ont annoncé qu'ils poursuivaient un tabloïd anglais en justice. Comment en est-on arrivé là? Harry est-il en train de d'emboîter le pas à Donald Trump et va-t-il déchaîner son courroux contre la presse? Quel rapport avec la princesse Diana? Voici les réponses à ces questions et à bien d'autres encore.

Qui Meghan et Harry poursuivent-ils en justice, et pourquoi?

Mardi dernier, alors que le couple arrivait au terme d'un voyage de dix jours en Afrique (quel timing!), Harry a déclaré qu'il attaquait la maison mère du Mail on Sunday, un tabloïd britannique. Le point de litige porte sur une lettre privée écrite par Meghan à son père, que le journal a fait paraître il y a quelques mois.

Le prince a également publié une déclaration furibarde de 500 mots («écrite lui-même et que les conseillers de la reine n'ont pas vue», selon le Daily Beast), où il dénonce «la propagande incessante» et «l'impitoyable campagne» menée contre Meghan. «Je n'ai pas les mots pour décrire la douleur que cela a provoqué», dit Harry dans le document.

Des membres de la famille royale ont-ils déjà attaqué la presse en justice?

Oui, et même à de nombreuses reprises. Ce n'est donc pas une première.

La couverture médiatique de Meghan est-elle vraiment négative à ce point?

En 2019, les personnes qui suivent la famille royale ont observé que la couverture des Sussex par les tabloïds était particulièrement agressive. Les attaques se sont intensifiées pendant la grossesse et le congé maternité de Meghan, dans le cadre d'articles parlant de son père (avec qui elle est fâchée) et de ses demi-frère et sœur.

La duchesse s'est récemment fait étriller lorsqu'elle a été rédactrice en chef d'un exemplaire de British Vogue, ainsi que pour avoir utilisé le jet privé d'Elton John –entre autres.

Quel est le problème avec la lettre qui fait l'objet de la plainte du duc et de la duchesse?

Le couple n'a pas précisé quelle lettre était au cœur de la procédure engagée, mais tout porte à croire qu'il s'agit de celle écrite à la main par Meghan, fournie par son père Thomas Markle et publiée en février dernier.

Qu'est-ce qui justifie que la publication de cette lettre excède le couple au point d'aller devant les tribunaux? Meghan l'aurait écrite en 2018, après son mariage. Lorsqu'elle a épousé Harry, elle était en froid avec son père à cause de sa décision à lui de parler à la presse, et il n'est pas venu à la cérémonie.

Des proches de Meghan ont expliqué que cette lettre avait pour objectif de remettre leur relation sur les rails de façon privée, mais Thomas a confié au tabloïd que la lettre l'avait «dévasté». «Ce que tu as fait a brisé mon cœur en un million d'éclats», peut-on y lire.

Quelle loi la publication de cette lettre a-t-elle enfreinte aux yeux du couple?

Le couple princier prétend que la lettre a été manipulée pour induire le public en erreur (par l'omission de certains mots) et qu'elle viole la loi britannique de 2018 sur la protection des données, qui requiert qu'une lettre ne soit pas publiée sans l'autorisation de son auteur ou autrice. Le Mail on Sunday a annoncé qu'il entendait «défendre énergiquement sa cause».

Est-ce que Harry n'a pas déjà écrit une lettre où il reprochait avec véhémence à la presse son comportement vis-à-vis de Meghan?

Oui, il l'a déjà fait: en 2016, le prince a condamné des tabloïds britanniques pour la couverture raciste de celle qui était alors sa petite amie.

Est-ce que cela signifie que Harry imite la tactique de Trump, qui attaque sans relâche les «fake news»?

Même si cette démarche marque le point de départ d'une guerre ouverte contre la presse, elle sera très différente de celle que Trump mène contre les médias. Les tabloïds britanniques ont … des standards et des pratiques journalistiques très différentes.

Des journaux plus austères tel que le Guardian ne seraient sans doute pas visés, contrairement au dédain que manifeste Trump à l'égard du New York Times et du Washington Post, qui respectent le code déontologique.

Que vient faire Lady Di dans cette histoire?

La partie la plus marquante de la déclaration de Harry compare la situation de son épouse à celle de feu sa mère Diana, morte dans un accident de voiture alors qu'elle était poursuivie par des paparazzi. Dans ce passage, le prince avertit notamment qu'il refuse que «l'histoire se répète».

«Le moment est venu où la seule chose à faire est de s'opposer à ce comportement, parce qu'il détruit les gens et qu'il détruit des vies, peut-on lire. Pour le dire simplement, c'est du harcèlement, qui terrorise et réduit au silence. Nous savons tous que cela n'est pas acceptable, à aucun niveau. Nous ne voulons ni ne pouvons croire en un monde où personne n'a à rendre de compte pour cela.»

Harry poursuit: «Cette démarche n'est peut-être pas la plus prudente, mais c'est la plus juste. Parce que ma plus grande peur est que l'histoire se répète. J'ai vu ce qui se produit lorsqu'une personne que j'aime est réduite au statut de produit de consommation, au point qu'elle n'est plus ni considérée, ni traitée comme une vraie personne. J'ai perdu ma mère et aujourd'hui, je vois ma femme devenir la victime des mêmes puissantes forces.»

Comment cette déclaration et l'attaque en justice sont-elles perçues?

Un correspondant royal pour la BBC a qualifié la déclaration de Harry de «remarquablement fervente» et «d'attaque cinglante contre les tabloïds britanniques». Selon un autre journaliste spécialiste de la monarchie, «la presse –et tout particulièrement les tabloïds– est bien moins puissante qu'elle ne l'était à l'époque de sa mère».

Autre facteur qui joue en faveur de Harry: il n'a jamais été aussi apprécié du public. NBC News cite un récent sondage sur la popularité des membres de la famille royale qui le place en deuxième position, derrière sa grand-mère.

Cette tempête médiatique est un bon moyen pour Harry de garder cette vérité présente à l'esprit: quelle que soit l'issue du combat, rien ne pourra jamais détrôner Granny.

Heather Schwedel Journaliste

Newsletters

Infos

Infos

Qualifier les femmes voilées de «mamans», un stade avancé du paternalisme

Qualifier les femmes voilées de «mamans», un stade avancé du paternalisme

La recrudescence du terme pour désigner les femmes portant le voile relève d'un esprit petit-bourgeois.

La seule légitimité d'Éric Zemmour est médiatique

La seule légitimité d'Éric Zemmour est médiatique

Laisser les idées s'exprimer est au fondement de la démocratie, mais se faire l'écho de celles qui cherchent à en saper les fondations, est-ce toujours la préserver?

Newsletters