Sports

Faut-il interdire la «Paradinha»?

Temps de lecture : 2 min

Les progrès spectaculaires de l'équipe américaine de football (dernière à avoir battu l'Espagne) ont-ils définitivement converti les médias américains au soccer? Il y a quelques années encore, on aurait mal imaginé un grand quotidien économique consacrer un article entier à un point de règlement très précis du football en vue de la Coupe du monde.

C'est ce que vient de faire le Wall Street Journal, qui s'est penché sur la technique de la «Paradinha» (petit arrêt en portugais), cette manière d'arrêter sa course avant de tirer un penalty et de feinter la frappe devenue courante chez les attaquants brésiliens. La technique permet d'attendre que le gardien de but plonge (ou trahisse son intention de plonger) d'un côté avant de tranquillement mettre le ballon de l'autre.

La technique n'est pas interdite par la FIFA, note le quotidien, et ne le sera pas avant la Coupe du monde, où chaque arbitre devra décider s'il s'agit d'un comportement antisportif. Mais des voix se sont déjà élevées contre la paradinha: le président de la FIFA Jospeh Blatter a qualifié la technique de «tricherie», tandis que Kaka a récemment critiqué par Twitter interposé le jeune phénomène brésilien Neymar pour avoir effectué le geste.

[Lire l'article complet dans le Wall Street Journal]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Capture d'écran de Youtube

Newsletters

«Cheer», la série Netflix qui montre les cheerleaders sous un nouveau jour

«Cheer», la série Netflix qui montre les cheerleaders sous un nouveau jour

Loin des clichés sur les pom pom girls, cette série documentaire offre un portrait inédit de ces athlètes dévoué·es.

L'affaire Carlos Ghosn nuit-elle à l'image de Renault F1?

L'affaire Carlos Ghosn nuit-elle à l'image de Renault F1?

La marque doit composer avec une mauvaise pub, une alliance Renault-Nissan en berne et l'échec d'une fusion avec Fiat-Chrysler, alors que la F1 reprend en Australie le 15 mars prochain.

Le changement climatique précipite la chute de l'industrie du ski

Le changement climatique précipite la chute de l'industrie du ski

Même si ce sont surtout les petites structures qui sont touchées par la raréfaction de la neige, le nombre de stations en activité diminue et les jeunes skient moins que dans les années 1990.

Newsletters