Égalités / Monde

Le taux de viol est en hausse aux États-Unis

Temps de lecture : 2 min

Les agressions enregistrées par le FBI ont commencé à augmenter en 2013, après que l’agence a modifié sa définition du crime.

D’après Kristen Houser, porte-parole du National Sexual Violence Resource Center, la société américaine traite depuis longtemps les victimes de viol avec scepticisme. | Eric Ward via Unsplash
D’après Kristen Houser, porte-parole du National Sexual Violence Resource Center, la société américaine traite depuis longtemps les victimes de viol avec scepticisme. | Eric Ward via Unsplash

Le nombre de violences criminelles telles que les meurtres, les homicides involontaires, les vols et les agressions a diminué l'an dernier aux États-Unis. Mais, selon les données récemment publiées par le FBI, le taux de viol a augmenté pour la sixième année consécutive, passant de 41,7 pour 100.000 personnes en 2017 à 42,6 en 2018.

Les viols enregistrés par le FBI ont commencé à augmenter en 2013, après que l'agence a modifié sa définition de l'acte pour y inclure toute pénétration vaginale, anale ou orale non désirée comme du viol. Le Bureau faisait état d'environ 85.141 viols en 2012.

Un nombre étayé sur la base de leurs anciens critères pour caractériser ce type d'agression: pendant plus de quatre-vingts ans, le viol était définit comme la «connaissance charnelle d'une femme par la force et contre sa volonté». En 2013, après révision de sa définition, l'agence a constaté que ce nombre s'élevait à plus de 113.000.

Les données de 2018 ont révélé que les forces de l'ordre avaient reçu des rapports faisant état d'environ 139.380 viols, incluant les tentatives et les agressions avec l'intention de commettre un viol, mais ne prenant pas en compte le viol sur personne mineure ou les cas d'inceste.

Sous-déclaration

D'après Kristen Houser, porte-parole du National Sexual Violence Resource Center, la société américaine traite depuis longtemps les victimes de viol avec scepticisme. «En fin de compte, les victimes ne signalent rien parce qu'elles n'ont pas croient que l'on fera quoi que ce soit à ce sujet et pensent qu'on ne leur répondra pas de façon appropriée», a-t-elle déclaré auprès de Vice News avant d'ajouter: «Nous devons garder à l'esprit que le système de justice pénale est le reflet des communautés dans lesquelles il fonctionne. Il est très facile de dire que la police ou les procureurs doivent mieux faire. Mais, en fin de compte, ils ne le peuvent pas et ne le feront pas si nous ne faisons pas tous mieux.»

Aux États-Unis, le viol est très certainement sous-déclaré. Le Bureau de la statistique juridique a récemment publié une enquête nationale sur les agressions, qui a révélé qu'environ 734.630 personnes avaient été violées ou agressées sexuellement en 2018, avec une hausse énorme à partir de 2012, d'environ 284.350 personnes. L'enquête a révélé qu'il y avait en fait eu cinq fois plus de victimes de viols en 2018 que ce qui est indiqué dans le rapport du FBI.

Slate.fr

Newsletters

#EnaZeda, le #MeToo tunisien qui dénonce le harcèlement des femmes

#EnaZeda, le #MeToo tunisien qui dénonce le harcèlement des femmes

Dans l'un des pays les plus progressistes du monde arabe, des femmes appellent à briser l'omerta sur les violences sexuelles.

Laurence Rossignol dénonce la «présomption de mensonge qui pèse sur la parole des femmes»

Laurence Rossignol dénonce la «présomption de mensonge qui pèse sur la parole des femmes»

Laurence Rossignol, sénatrice de l'Oise (PS), s'exprime sur les défaillances du système pour protéger les femmes victimes de violences conjugales.

Pour un partage des tâches égalitaire, la bonne volonté des hommes ne suffit pas

Pour un partage des tâches égalitaire, la bonne volonté des hommes ne suffit pas

Si les couples hétéros sont de plus en plus favorables à une répartition moins genrée des corvées, la révolution domestique est encore bien difficile à mener.

Newsletters