Boire & manger / Société

Une fleur à l’origine de la rage guerrière des Vikings

Temps de lecture : 2 min

Un ethnobotaniste a une nouvelle théorie sur la plante que les «berserkers» ingéraient avant de combattre.

Détrônant le champignon rouge à pois blanc, la jusquiame noire est peut-être à l'origine de la rage folle des Vikings. | nkordo via Unsplash
Détrônant le champignon rouge à pois blanc, la jusquiame noire est peut-être à l'origine de la rage folle des Vikings. | nkordo via Unsplash

Les guerriers vikings continuent de fasciner plusieurs siècles après leurs légendaires combats. Dans l'imaginaire collectif, c'est souvent aux berserkers que l'on pense lorsque l'on parle des Vikings. Ces guerriers étaient réputés pour leur violence et leur rage aveugle (berserkergang), leurs hurlements sauvages et leur incapacité à distinguer leurs ennemis de leurs amis durant les affrontements.

Dès le XIIIe siècle, l'historien et poète islandais Snorri Sturluson décrivait les berserkers d'Odin comme aussi «fous que des chiens ou des loups» et aussi «forts que des ours ou des bœufs sauvages», capables de tuer leurs ennemis d'un seul coup. Une fois atteint le stade du berserkergang, les guerriers étaient saisis de tremblements et de claquements de dents incontrôlés, tandis que leur visage devenait de plus en plus rouge.

Après deux cuissons à l'étuvée, l'amanite tue-mouches perd de sa toxicité au profit de propriétés psychoactives réputées chez les peuples de Sibérie. | Jaanus Leoste via Pixabay

On attribue souvent l'origine de cette rage incontrôlée à la consommation d'un champignon aux propriétés psychoactives, l'amanite tue-mouches. Cette hypothèse, controversée, est remise en question par Karsten Fatur, un ethnobotaniste de l'université de Ljubljana, dans un article paru dans le Journal of Ethnopharmacology. Il soutient l'idée selon laquelle le champignon rouge à pois blancs explique certains des symptômes attribués au berserkergang, tels que les contractions et tremblements, les rougeurs au visage, le délire et les convulsions –mais pas le plus important: la fureur aveugle.

Les fleurs de la fureur

Selon l'ethnobotaniste, les raisons de cette rage seraient plutôt à trouver du côté de l'aconit, et plus particulièrement de la jusquiame noire. Cette fleur existe depuis la Grèce antique et a été utilisée comme narcotique, analgésique, anesthésique et somnifère. Elle est également connue pour provoquer des comportements colériques, qui peuvent «aller de l'agitation à la rage et la combativité, selon le dosage et l'état d'esprit de l'individu», indique le chercheur.

Le chercheur fait également état de la capacité de la jusquiame à atténuer la douleur, une propriété qui explique l'invulnérabilité prétendue des guerriers. La plante exerce aussi une influence sur la faculté de pouvoir reconnaître les visages. C'est encore à elle que l'on pourrait attribuer les effets secondaires pénibles dont souffraient les guerriers plusieurs jours après l'arrêt des combats: maux de tête, vision trouble et pupilles dilatées.

Côté culture, Karsten Fatur remarque que l'amanite tue-mouches ne pousse pas aussi facilement en Scandinavie et qu'elle était bien plus rare que la jusquiame noire, considérée comme une mauvaise herbe ayant prospéré à l'époque des berserkers. Toutefois, le chercheur ne parvient pas encore à expliquer pourquoi les guerriers claquaient des dents et mordaient leur bouclier. Avis aux historiens et ethnologues, la question reste en suspend.

Newsletters

La morue à la polenta ne s'en laisse Paolo Conte

La morue à la polenta ne s'en laisse Paolo Conte

Une vieille chanson de Paolo Conte, et c'est tout le parfum de la farine de maïs en train de cuire qui renvoie un Italien en enfance, à la manière des petites madeleines de Proust.

Des recettes vieilles de 4.000 ans ont été testées, et c'est très bon

Des recettes vieilles de 4.000 ans ont été testées, et c'est très bon

Ni frites ni burger à l'époque, les chef·fes étaient de fins palais.

Marcel Guigal et son fils Philippe sont-ils les meilleurs vignerons et négociants de France?

Marcel Guigal et son fils Philippe sont-ils les meilleurs vignerons et négociants de France?

Ils sont installés dans la Vallée du Rhône à Ampuis, au sud de Lyon.

Newsletters