Société / Monde

Hommes interdits: en Espagne, un hôtel réservé aux femmes

Temps de lecture : 2 min

A Majorque, le premier hôtel d’Espagne à refuser la clientèle masculine a ouvert ses portes. Il s'appelle le Som Dona Hotel.

Petit déjeuner au lit | Toa Heftiba Unsplash
Petit déjeuner au lit | Toa Heftiba Unsplash

L'hôtel accueille des femmes agées de 14 ans ou plus: en couple, femmes seules, mères et filles, groupes. En revanche, même les visiteurs nocturnes de sexe masculin en sont exclus.

Le Som Dona Hotel, établissement quatre étoiles, se veut être un lieu de détente pour «les femmes qui cherchent à se déconnecter du stress de la vie quotidienne». Au confort des trente-neuf chambres s'ajoute une offre de massages, jacuzzi, spa, cuisine saine. La décoration et le mobilier sont genrés: touche de rose, sèche-cheveux et lisseur, espace de rangement pour les bijoux, nécessaire démaquillant...

On peut y apercevoir quelques hommes, l'hôtel en emploie pour respecter la loi espagnole sur les discriminations à l'embauche, tout en priorisant les candidatures féminines, peut-on lire dans The Independent.

Un marché à prendre

Les hôtels réservés aux femmes fleurissent un peu partout dans le monde. Ils correspondent à une demande de plus en plus fréquente des femmes de se retrouver en non-mixité de genre dans les espaces militants, de loisir, et parfois même de travail. En Finlande, c'est tout une île appelée SuperShe qui est interdite aux hommes, au Royaume-Uni, tout un festival.

L'industrie du tourisme a tout intérêt de s'adapter pour proposer aux voyageuses ce type d'hébergement women only. Aujourd'hui, plus de la moitié des voyages en solitaire sont effectués par des femmes. Dans une étude de la British Airways parue en 2018, 50% des femmes interrogées expliquaient avoir déjà voyagé seule et les trois quarts prévoyaient de partir en solo dans les prochaines années.

Newsletters

Les enjeux éthiques du pass sanitaire

Les enjeux éthiques du pass sanitaire

Si la vaccination massive de la population est nécessaire à la sortie de crise, la contraindre par l'extension du passeport vaccinal pose un certain nombre de questions fondamentales.

Pour les plus de 60 ans, le contact virtuel est parfois pire que l'absence de contact

Pour les plus de 60 ans, le contact virtuel est parfois pire que l'absence de contact

Paradoxalement, les appels vidéo pendant les confinements ont pu faire augmenter le sentiment de solitude.

Pas tous anti-covid

Pas tous anti-covid

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio