Culture

«Alice et le maire», thriller politique efficace et passéiste

Temps de lecture : 4 min

Le film de Nicolas Pariser met en scène avec précision et enthousiasme une fiction située dans les lieux de pouvoir d'une grande ville, qui dénote une vision nostalgique de l'action publique.

Paul Theraneau (Fabrice Luchini), maire à court d'idées, et Alice Heimann (Anaïs Demoustier), jeune philosophe censée lui en donner. | Bac Films
Paul Theraneau (Fabrice Luchini), maire à court d'idées, et Alice Heimann (Anaïs Demoustier), jeune philosophe censée lui en donner. | Bac Films

Paul Theraneau, maire de Lyon, homme politique habile mais ressentant le poids de trop d'années de pouvoir, embauche une jeune universitaire, Alice Heimann. Elle doit l'aider à «avoir de nouvelles idées» au lieu de continuer à gérer –plutôt bien semble-t-il– sa métropole et à occuper sans davantage d'horizon de hautes fonctions dans son parti.

Construit sur ce point de départ, le film de Nicolas Pariser bénéficie de deux atouts, qui ne cesseront de se confirmer. Le premier est, tout simplement, de s'en tenir à la situation créée au lieu d'en profiter pour bricoler les âneries trop fréquentes des scénaristes.

Parmi celles-ci, les plus évidentes seraient la découverte de cadavres dans le placard de Theraneau, ou une idylle entre Alice et l'édile, ou un dégagement sur qu'est-ce que c'est que cet homme d'âge mûr et en position de pouvoir recevant à toute heure du jour et de la nuit une fraîche jeune femme. Pour le dernier point, c'est là, évidemment, mais ce n'est pas le sujet.

Un sujet sérieux traité sérieusement

Le sujet traité sérieusement par le film, c'est la politique –un certain aspect de la politique, à l'échelle d'une grande ville, et un peu de l'action dans les instances dirigeantes d'un grand parti. Nicolas Pariser croit qu'il y a la matière à une fiction passionnante, et plan après plan, séquence après séquence, il prouve qu'il a raison.

Le second atout tient aux interprètes principaux. Anaïs Demoustier est un bonheur de comédienne, on ne se lassera pas de le répéter à chaque occasion. Quant à Fabrice Luchini, il est parfois, au cinéma, un très grand acteur, lorsque comme ici il s'abstient de faire du Luchini et d'en rajouter sur les démonstrations d'une virtuosité dont nul ne doute.

Paul Theraneau (Fabrice Luchini), un maire de Lyon plus Delanoë que Collomb. | Bac Films

Jouant mezza voce, il est d'une finesse et d'une précision que masque trop souvent le penchant à l'histrionisme qui abîme beaucoup de ses interprétations à l'écran.

Le choix de Luchini est d'autant plus bénéfique que, homme de droite qui n'en fait pas mystère, il incarne ici un dirigeant de gauche, avec une finesse sans second degré (ouf!) mais beaucoup de nuances.

D'un autre temps, pas si lointain

Ce maire de Lyon ressemble en fait bien davantage à Bertrand Delanoë qu'à Gérard Colomb, et sans que cela soit précisé, on perçoit que le film se passe plutôt dans la première décennie du XXIe siècle que dans la deuxième.

Soit, notamment, du temps où le Parti socialiste, dont Paul Theraneau est un ténor et un possible candidat à la présidence de la République, n'était pas un fantôme. Et où l'hypothèse que des hommes politiques d'appareil mettent en conformité leurs idéaux affichés et leurs pratiques ne faisait pas systématiquement l'objet d'un discrédit.

Un conseil municipal sous la houlette ferme et expérimentée de Theraneau-Luchini, éducation à la politique d'une Alice décidément pas au pays des merveilles. | Bac Films

Alice et le maire associe de manière dynamique et très crédible situations publiques, dont une mémorable séance du conseil municipal, rivalités de couloir dans l'institution et conflits de cultures plutôt que d'idées ou de générations (les politicien·nes pur·es, les communicant·es, etc.).

S'y faufilent moments de réflexions sur ce qui se passe et comment ça marche, et introspection –séparément– d'Alice et de Paul. Le film trouve ainsi une forme narrative d'une incontestable efficacité, inspirée des procédés des fictions politiques à l'américaine.

Nouvelles idées ou penser différemment?

Ce que le maire appelle «avoir de nouvelles idées» est en fait, plus exactement, penser différemment. Paul Theraneau a conscience, ou au moins l'intuition, que la manière de faire de la politique qu'il incarne avec professionnalisme et probité est devenue obsolète. Mais si Alice et lui auront en effet des esquisses d'idées, du moins le désir d'en avoir (ce qui est beaucoup), ce sera dans un cadre de réflexion qui date de la Troisième République.

Apparaît alors peu à peu l'impression que cela vaut aussi pour le film lui-même, qui lui ne demande à personne de penser différemment. Belle machine romanesque à évoquer une idée de la politique venue des cercles des pouvoirs (médiatique, économique, académique) du XXe siècle, Alice et le maire est un film nostalgique et, au fond, réactionnaire.

Alice Heimann (Anaïs Demoustier) a des idées et du bon sens, mais peut-elle aider le maire à penser différemment? | Bac Films

Rien, absolument rien n'aide à réfléchir les enjeux et les pratiques politiques contemporaines, tout y est reconfiguré par une conception à la fois très verticale des rapports de pouvoir et très fermée quant à ce qui relèverait du champ du politique, et aux façons de le considérer.

Une ou deux séquences apparemment mineures font symptôme de ce passéisme confortable. Elles concernent un personnage secondaire, la nouvelle compagne de l'ex d'Alice, une artiste, une foldingue.

La preuve, elle cite à tout bout de champ Donna Haraway (une des philosophes ayant le plus profondément renouvelé les approches politiques actuelles grâce en particulier aux renforts du féminisme, de l'inquiétude radicale sur les enjeux d'environnement et des rapports entre les espèces), et s'emballe dans des délires esthético-activistes qui mettent d'accord, contre elle, tous les autres protagonistes et le public rationnel que nous sommes.

Alice et le maire revendique non sans un certain panache sa détermination à parler de politiqu». Mais c'est pour tenir un discours d'un autre siècle. Nulle contradiction, en fait, entre la rigueur très contrôlée du scénario et de la mise en scène et cette approche des enjeux de compréhension et d'action dans et avec la société. Nicolas Pariser fait, et fait bien, du vieux cinéma rangé, à l'honneur d'une idée tout aussi vieille et consensuelle.

Plébiscité par les médias, qui ne se reconnaissent que trop bien dans ces approches, le film est promis à un imparable succès public. Et celui-ci sera encore augmenté de la grosse vague de nostalgie qui accompagne, juste avant la sortie en salles, la mort de Jacques Chirac, à bien des égards dernier archétype de ce rapport au monde.

Quant à avoir apporté quoi que ce soit au cinéma ou à la réflexion politique, il faudra chercher ailleurs –au cas où on s'en soucierait.

Alice et le maire

de Nicolas Pariser, avec Anaïs Demoustier, Fabrice Luchini, Nora Hamzawi, Léonie Simaga, Antoine Reinartz, Maud Wyler

Séances

Durée: 1h43

Sortie le 2 octobre 2019

Jean-Michel Frodon Critique de cinéma

Newsletters

«Hors normes», «Sorry We Missed You», «L'Âcre parfum des immortelles»: 3 films, 4 combats

«Hors normes», «Sorry We Missed You», «L'Âcre parfum des immortelles»: 3 films, 4 combats

Aussi différents que possible, les films de Nakache et Toledano, de Ken Loach et de Jean-Pierre Thorn sont pourtant chacun habité par l'urgence face à des situations d'injustice et d'exclusion.

En 1999, face à la révolution numérique, l'industrie musicale peine à changer de disque

En 1999, face à la révolution numérique, l'industrie musicale peine à changer de disque

En refusant d'anticiper la transition numérique, les majors qui n'avaient jamais été aussi puissantes vont payer le prix fort.

Qui invente vraiment les tours de magie?

Qui invente vraiment les tours de magie?

Tout le monde a déjà croisé un magicien. Mais savez-vous qui crée les tours de magie? Qui est le plus grand magicien du monde? Pourquoi si peu de femmes font de la magie? Dans Magicos, Guillaume Natas reçoit magiciens et magiciennes pour...

Newsletters