Santé / Société

Certains hommes ne partagent leurs secrets qu'en thérapie

Temps de lecture : 2 min

Mais ils feraient bien de se confier aussi à d'autres personnes.

Si les hommes n'osent pas parler de leurs problèmes, c'est qu'ils s'estiment isolés et qu'ils ont peur de paraître faibles. | Zulmaury Saavedra via Unsplash 
Si les hommes n'osent pas parler de leurs problèmes, c'est qu'ils s'estiment isolés et qu'ils ont peur de paraître faibles. | Zulmaury Saavedra via Unsplash 

«Je n'en ai encore jamais parlé à personne» est une phrase que la thérapeute Lori Gottlieb entend souvent, aussi bien de la part de ses patientes que de ses patients. Mais elle a remarqué que les femmes et les hommes veulent dire deux choses différentes lorsqu'ils la prononcent. Pour les femmes, cela signifie qu'elles en ont parlé «à leur mère, leur sœur et leur meilleure amie», en tout cas à au moins une personne, si ce n'est trois. Quant aux hommes, ils n'ont jamais confié leur secret à qui que ce soit.

Pourtant, lorsqu'ils s'expriment sur ce qui les préoccupe, Gottlieb constate que ce n'est guère différent des problèmes rencontrés par les femmes: famille, succès, estime de soi et amour. «Je pense que cela en dit long sur la façon dont les hommes peuvent être isolés, dont ils sont isolés avec leurs problèmes», explique Gottlieb à The Atlantic, également autrice de Maybe You Should Should Talk to Someone («Peut-être devriez-vous parler à quelqu'un», non paru en France) et responsable de la rubrique de conseils «Chère thérapeute» sur The Atlantic.

La masculinité stéréotypée impose le silence aux hommes

En 1992 déjà, une recherche publiée dans le Bulletin psychologique de l'Association américaine de psychologie analysait les résultats de 205 études et montrait que les femmes avaient plus tendance à s'ouvrir que les hommes. Une autre étude parue en 1980 dans le Journal of Counseling Psychology révélait par ailleurs que les hommes étaient plus susceptibles de se confier à des étrangers et des connaissances tandis que les femmes se livraient plutôt à leurs ami·es proches. Le texte précisait: «Les résultats suggèrent que les hommes ont tendance à éviter l'intimité émotionnelle lorsqu'ils sont entre eux.»

Gottlieb estime que cette méfiance des hommes est due à la peur de paraître faible aux yeux des autres. «Cela montre à quel point il est honteux pour les hommes de parler de ce qui les rend vulnérables», indique-t-elle. Michael Slepian, professeur à l'école de commerce de l'Université Columbia, a étudié les secrets et la confidentialité. Il en a déduit que les hommes ont des difficultés à parler de leurs soucis car cela va à l'encontre des valeurs masculines stéréotypées. «Confier un secret à une autre personne, c'est aussi un acte d'intimité... Ce genre de chaleur, de sociabilité et d'intimité est aussi stéréotypé de façon plus féminine.» Tout le contraire des hommes, chez qui on attend de l'action, de l'indépendance et de l'autonomie.

Ces stéréotypes de genre empêchent les hommes de parler lorsqu'ils en ressentent le besoin. Pourtant, les bienfaits psychologiques à se confier existent, selon les recherches menées par Michael Slepian. «Partager un secret avec quelqu'un fait que vous le ruminez moins. Cela diminue le nombre de fois où vous retournez à vos pensées secrètes, et c'est un facteur d'amélioration du bien-être.» Alors n'hésitez plus à dire tout haut ce qui vous pèse sur le cœur.

Newsletters

Une épidémie de vomis incontrôlables touche les fumeurs de cannabis aux États-Unis

Une épidémie de vomis incontrôlables touche les fumeurs de cannabis aux États-Unis

La légalisation de la marijuana pourrait avoir accentué le phénomène.

La population la plus grande du monde semble rapetisser, et on sait pourquoi

La population la plus grande du monde semble rapetisser, et on sait pourquoi

La nouvelle génération de Néerlandais n'est pas aussi grande que les précédentes.

Les personnes non vaccinées contre le Covid se comportent-elles comme des enfants gâtés?

Les personnes non vaccinées contre le Covid se comportent-elles comme des enfants gâtés?

N'est-ce pas céder à une certaine facilité que de comparer les réfractaires à la vaccination à des gamins qui refuseraient leur assiette de brocolis alors que des enfants de leur âge meurent de faim dans d'autres pays ou d'autres familles?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio