Monde

La Turquie rappelle son ambassadeur aux Etats-Unis

Temps de lecture : 2 min

La Turquie a rappelé son ambassadeur aux Etats-Unis à la suite d'un vote de la commission des Affaires étrangères de la chambre des représentants américains reconnaissant le génocide arménien. La résolution, votée à 23 voix contre 22 malgré les efforts de dernière minute de l'administration Obama (qui s'y opposait), a encore du chemin à faire au Congrès, mais elle pourrait porter atteinte aux relations avec la Turquie, un allié stratégique important des Etats-Unis dans la région, rapporte le Wall Street Journal.

La Turquie avait pris la même mesure en réponse au vote d'une résolution similaire en 2007, rapporte le quotidien. Du côté américain, les grandes compagnies de défense et d'aéronautique craignent de perdre un client important: la Turquie est engagée dans plusieurs projets d'achat d'armes, d'hélicoptères ou encore d'avions de chasse américains.

Le démocrate de Californie Howard Berman, président de la commission, a déclaré dans son allocution d'ouverture: «Je crois que les Turcs, malgré leur consternation d'aujourd'hui, sont d'accord avec le fait que l'alliance américano-turque est trop importante pour être mise de côté par une résolution non-contraignante de la Chambre des représentants. [...] toute nation doit se réconcilier avec son passé. Et c'est ce que nous demandons à la Turquie.»

La reconnaissance du génocide arménien faisait partie du programme électoral d'Obama, rapporte la BBC, mais la secrétaire d'Etat Hillary Clinton a déclaré que les circonstances ont depuis «changé de manière significative» et que «le Congrès ne doit pas se conformer à cette résolution, et nous l'avons fait savoir à tous les protagonistes».

En octobre dernier, la Turquie et l'Arménie avaient profité d'un match de football pour signer deux protocoles permettant le rétablissement et la normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays, après un siècle d'hostilités. Ces accords avaient été mal accueillis par beaucoup d'Arméniens, qui ont vu un cadeau offert à la Turquie après des négociations secrètes.

À LIRE AUSSI SUR SLATE: «La Turquie minée par le nationalisme laïc autoritaire» ; «La diplomatie turque à la mode ottomane»

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Devant le mausolée d'Ataturk, en novembre 2009. Umit Bektas / Reuters

Newsletters

Un dirigeant russe a inventé un faux yéti pour attirer les touristes en Sibérie

Un dirigeant russe a inventé un faux yéti pour attirer les touristes en Sibérie

Aman Touleïev avoue avoir alimenté l'intérêt pour la créature pendant des années.

Les enfants du monstre de Ghazipur

Les enfants du monstre de Ghazipur

Sous l'épais brouillard de pollution de New Delhi, en Inde, se cache une colline difforme. Une montagne disgracieuse dans une région pourtant plate. Quand le vent souffle et que l'horizon s'éclaircit, sa silhouette menaçante apparaît petit à petit...

Réguler les armes à feu, le casse-tête de Joe Biden

Réguler les armes à feu, le casse-tête de Joe Biden

Les réponses formulées après les fusillades de ces derniers jours ne semblent pas à la hauteur des enjeux: les jurisprudences récentes ont en effet considérablement restreint les possibilités de réforme.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters