Monde

L'influence politique des séismes

Temps de lecture : 2 min

Les dernières élections chiliennes se sont tenues en janvier dernier, et ont été remportées par le candidat de droite Sebastián Piñera. C'est donc à lui que l'actuelle présidente de gauche Michelle Bachelet doit céder le pouvoir. Selon le New York Times, qui analyse l'influence que le séisme pourrait avoir sur la vie politique du pays, Bachelet craint que son héritage ne soit terni par la catastrophe.

Puisque Piñera a remporté l'élection, c'est bien que le pays a viré à droite. Mais pour le commentateur chilien Raúl Sohr Biss, la crise a encore accentué ce virage. Bachelet a fait appel à l'armée pour restaurer l'ordre, dans le chaos provoqué par le séisme. Et les soldats ont été acclamés.

«Quand vous voyez un pays, qui vécut jadis sous une dictature militaire [celle de Pinochet, ndlr] applaudir à la vue de troupes dans la rue, vous vous rendez compte qu'il y a eu une transformation politique radicale» explique Sohr.

Le commentateur souligne que c'était un séisme en 1972, au Nicaragua, qui avait fait lâcher prise aux Somoza, dynastie de dictateurs. Le séisme de 1985 au Mexique est aussi considéré comme le début de la fin du règne du Parti institutionnel révolutionnaire.

Lire l'article complet sur le New York Times

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Pelluhue, Chili, après le séisme, REUTERS/Ivan Alvarado

Slate.fr

Newsletters

À Shanghai, on ne plaisante (vraiment) plus avec le tri des déchets

À Shanghai, on ne plaisante (vraiment) plus avec le tri des déchets

Des amendes pour les mauvais·es élèves et des heures à respecter, la métropole chinoise met les bouchées doubles en matière de recyclage.

Cent dollars pour aller manifester, merci Uber

Cent dollars pour aller manifester, merci Uber

En Californie, les personnes travaillant pour Uber et Lyft ont été payées pour aller protester contre une loi sur le salariat.

«Les mennonites vivent comme leurs ancêtres, sans voiture, sans téléphone et sans électricité»

«Les mennonites vivent comme leurs ancêtres, sans voiture, sans téléphone et sans électricité»

«J'ai commencé à travailler sur les mennonites boliviens, les membres d'un mouvement chrétien évangélique anabaptiste parallèle à la Réforme protestante, en 2010 parce que j'étais curieux de savoir comment vivait ce genre de...

Newsletters