Culture

«Ne croyez surtout pas que je hurle», la colère d'un ermite parmi les images

Temps de lecture : 3 min

Pour son premier long-métrage, Franck Beauvais invente un dispositif singulier où toute l'histoire du cinéma l'accompagne dans un voyage intérieur, à la fois solitaire et très peuplé.

Entre l'image et le son, l'ouverture. | Via Capricci
Entre l'image et le son, l'ouverture. | Via Capricci

Un jour, il est sorti de là. Là, c'était une maison où il avait vécu seul, très seul. Pas seulement sans compagne ou compagnon, mais dans un environnement –un village des Vosges– qui ne voulait pas plus de lui que lui n'en voulait, dans un monde –la France actuelle– où il ne se sentait nulle part à sa place.

Seul et pas seul: avec lui, chaque jour pendant des mois, quatre ou cinq films. Quand il est sorti, il a raconté cela. Avec un film de plus, qui est fait de son récit, en voix off, et d'images des milliers de films regardés durant cette retraite.

Les assassins avaient frappé au Bataclan. Nuit debout s'était levée et couchée. Emmanuel Macron avait été élu. L'homme qu'il aimait l'avait quitté douloureusement. Les voisins étaient parfois hostiles, sinon d'une abyssale indifférence. Dans le monde, il y avait la guerre, la peur, la misère. Dans cette maison triste, les films.

Flotille de signes de reconnaissance

Du plus intime d'un homme que l'on ne connaissait pas, celui qui fait le film et raconte son aventure intérieure, qui est aussi très physique, commence à se déployer une flottille de signes de reconnaissance, un nuage de possibles partages, de connexions avec les existences des uns et des unes et des autres, les imaginaires toujours en partie singuliers et en partie partagés, qu'alimente ce maelstrom de fragments piochés dans mille et mille fictions.

C'est que ce film, qui aurait toutes les raisons d'être étouffant (soliloque dépressif, fureur contre les injustices et les laideurs contemporaines, déluge d'extraits), cachait en lui-même une ouverture.

Cette ouverture, le cinéma la propose toujours, mais bien peu savent en faire bel usage: elle se trouve entre l'image et le son. Entre le récit d'une époque de l'existence de l'un de nos contemporains nommé Franck Beauvais et le déploiement des images, un espace se dégage, pour chacun·e.

Via Capricci

On songe à ce film magnifique d'Abbas Kiarostami, Shirin, où une légende épique et tragique se jouait sur la bande-son et sur les visages des spectatrices. Un film naissait des circulations infinies entre ce que l'on voyait, tous ces visages de femmes, d'actrices dans le noir, et celui que l'on entendait.

Toutes les fictions du monde pour un homme seul

Ici, c'est en quelque sorte l'inverse. Toutes les fictions, les films d'horreur, les étreintes amoureuses, les lieux vides, les objets du quotidien dès lors qu'ils furent un jour filmés, des visages et des corps et des gestes s'enchaînent à l'écran, jouant de mille façons –drôles souvent, poétiques toujours, angoissantes parfois– avec ce qu'énonce la bande-son.

On assiste à une déferlante de bouts de récits, du monde entier, dans tous les formats, en couleur ou en noir et blanc, de tous genres, en contrepoint d'un récit à la première personne.

Le texte de Ne croyez surtout pas que je hurle est en lui-même un très beau récit d'expérience intérieure. Les objets et les durées y sont autant de personnages, comme les souvenirs ou les colères. Les éditions Capricci ont bien raison de le publier en même temps que sort le film.

Via Capricci

Il existe aujourd'hui une forme de cinéma qui se fait uniquement à partir de morceaux de films déjà existants, le mash-up, transposition à l'audiovisuel du sampling musical.

Le mash-up est l'occasion de multiples exercices de virtuosité visuelle, de blagues potaches ou de propositions reprenant les diverses ressources du collage. La proposition de Franck Beauvais, déjà praticien du genre avec certains de ses courts-métrages, relève de ce domaine, mais de manière originale.

La mobilisation et l'assemblage de fragments de ces centaines de films, dont la liste défilera avec le générique de fin sur «I See a Darkness» de Bonnie “Prince” Billy, s'inscrit en effet dans une construction particulière. Elle répond d'une expérience vécue par quelqu'un. Cette expérience a engendré un texte, et de ce texte aussi répondent les 1.001 images venues de toute l'histoire du cinéma.

Ne croyez surtout pas que je hurle, comme son titre l'indique, s'énonce à la première personne d'un singulier qui entend apostropher la cantonade. Mais il advient que ces images racontent, évoquent, suggèrent mille milliards de souvenirs, d'histoires, d'associations subconscientes à chacun·e –jamais les mêmes.

Grâce aux «films thaumaturges, oasis, sémaphores», comme le dira la voix off, le plus solipsiste d'entre eux tous se retourne comme un gant pour devenir le plus accueillant, le plus partageux des films.

Ne croyez surtout pas que je hurle

de Franck Beauvais

Séances

Durée: 1h15. Sortie: 25 septembre 2019.

Newsletters

«Les Envoûtés» au risque des fantômes de l'amour

«Les Envoûtés» au risque des fantômes de l'amour

À la fois élégiaque et violent, le nouveau film de Pascal Bonitzer flirte avec le fantastique pour mieux raconter les vertiges et les angoisses de l'attraction entre deux êtres.

Quelles histoires trans le cinéma peut-il raconter?

Quelles histoires trans le cinéma peut-il raconter?

Avec la sortie en salle, le 11 décembre, de «Lola vers la mer» de Laurent Micheli, la question de la représentation des personnes trans à l'écran se pose à nouveau.

Quand les gays devaient draguer dans les toilettes publiques

Quand les gays devaient draguer dans les toilettes publiques

Les pouvoirs publics ont longtemps tenté d'endiguer l'homosexualité masculine, ouvrant une longue tradition de rencontres en extérieur, dans les vespasiennes en particulier.

Newsletters