Culture

Le créateur de Rambo est «embarrassé» de voir son nom associé au dernier film de la franchise

Temps de lecture : 2 min

«Je me sens comme un moins-que-rien après l’avoir vu», a-t-il déclaré.

Sylvester Stallone dans la peau de John Rambo, via Wikimedia Commons. 
Sylvester Stallone dans la peau de John Rambo, via Wikimedia Commons. 

Il résiste aux balles, mais John Rambo résiste moins aux critiques. Depuis sa sortie, le dernier film de la franchise Rambo: Last Blood se fait mitrailler par les observateurs. Dans ce nouvel opus, l’ex-soldat américain est face à des narcotrafiquants mexicains. Mais les différentes morts concoctées par le commando face à ces ennemis latinos ne sont pas du goût de la presse américaine, qui en critique le sadisme et le manque de propos politiques contestataires. «Une démonstration laide et violente de carnage xénophobe, configuré pour l'exportation», attaque par exemple Variety. Le film est à 35% sur RottenTomatoes, le fameux site qui cumule les critiques.

Et le coup de grâce vient du créateur de Rambo, David Morrell, qui avait écrit le roman Rambo: First Blood. «Je suis d’accord avec ces critiques de Rambo: Last Blood. Le film est un gâchis. Je suis embarrassé d’avoir mon nom associé à ça», a-t-il écrit sur Twitter, et cité par The Independent.

Il a ensuite complété sa pensée à Newsweek, indiquant qu’il se sentait «dégradé et déshumanisé» après avoir vu le film. «Au lieu d’être éloquent, ce nouveau film manque d’une âme. Je me sens comme un moins-que-rien après l’avoir vu», a-t-il précisé. Ce dernier a jugé le film «typique» de ceux «ultra-violents» des années 70 de type grindhouse. «Les décors ont l’air d’être bon marché. La direction est gênante». Il n’épargne pas les personnages qui seraient aussi minces que des post-it.

Le créateur avait pourtant longuement discuté avec Sylvester Stallone en 2015 sur l’histoire de ce cinquième opus. «Il voulait que cela soit un voyage spirituel, et c’est ce que c’était. C’était vraiment une histoire puissante, émotionnelle, mais je ne peux pas en dire plus», avait-il indiqué l’année dernière dans un podcast. Finalement, David Morrell n’a pas participé au casting. Avec le résultat qu’on connaît désormais.

Newsletters

Une «exception sanitaire» devrait s'inspirer de l'exception culturelle, mais en mieux

Une «exception sanitaire» devrait s'inspirer de l'exception culturelle, mais en mieux

Les manœuvres des dirigeants autour d'une dérogation aux lois du marché dans la mise à disposition du vaccin en pleine crise du Covid-19 auraient intérêt à se modeler sur celles du GATT.

La science-fiction du futur sera queer ou ne sera pas

La science-fiction du futur sera queer ou ne sera pas

Au-delà des thèmes LGBT+ se sont développées dans la SF des représentations qui tendent à déconstruire et réinventer tout l'appareil de normes dans lequel nous baignons.

La retraduction de «1984» est une idée fabuleuse

La retraduction de «1984» est une idée fabuleuse

La nouvelle version francophone du chef-d'œuvre d'Orwell par Josée Kamoun est sortie jeudi 28 mai en édition de poche. Cela rend-il le travail d'Amélie Audiberti caduc?

Newsletters