Égalités / Parents & enfants

Le «parcours 1.000 jours» inclura-t-il un allongement du congé paternité?

Temps de lecture : 3 min

Cette semaine, j'ai eu l'agréable surprise de découvrir que la mission de réflexion autour des congés parentaux n'était pas tombée aux oubliettes.

En Finlande, les pères peuvent prendre un mois de congé paternité pendant que leur compagne retourne au travail. | Picsea via Unsplash
En Finlande, les pères peuvent prendre un mois de congé paternité pendant que leur compagne retourne au travail. | Picsea via Unsplash

L'année dernière, une discussion avait été lancée autour du congé paternité. Je vais parler du «congé paternité» pour faire vite mais son titre complet est «congé paternité et d'accueil de l'enfant». Il est ouvert également aux couples de femmes, mais je m'intéresse ici davantage aux inégalités de prise en charge des enfants dans les couples hétérosexuels.

On se disait qu'en 2018, il était peut-être temps que les pères aient davantage que 11 jours de congés. Des pétitions avaient même été lancées. Et le gouvernement avait promis que toutes les options seraient envisagées au cours d'une mission sur le sujet (je ne garantis pas le mot à mot à 100% mais c'était à peu près ça). J'avais déjà signalé mon désaccord avec Marlène Schiappa qui disait que les hommes n'avaient pas besoin d'autant de congé que les femmes puisqu'ils n'avaient pas à se reposer après l'accouchement. Le congé mat', ce ne sont pas des vacances, comme la dessinatrice Emma l'a très bien raconté. Il s'agit rarement de se reposer dans la mesure où l'on se retrouve seule à s'occuper d'un nouveau-né toute la journée.

Comme en Finlande (mais pas trop non plus)

J'avoue que je pensais que cette mission de réflexion autour des congés parentaux était tombée dans les oubliettes. Mais cette semaine, j'ai eu l'agréable surprise de découvrir que pas du tout. C'est une partie du «parcours 1.000 jours» (attention, contrairement à ce que pourrait laisser penser son nom, les 1.000 jours ne désignent pas une nouvelle ZAD temporaire, mais les mille premiers jours de la vie des bébés). La mission est présidée par Boris Cyrulnik que j'ai donc soigneusement écouté à la radio. Interrogé sur un éventuel prolongement du congé paternité, qu'a répondu Cyrulnik? «Prenez le congé paternité allongé et obligatoire, pliez-le en quatre, placez-le sur une chaise et asseyez-vous dessus.»

En vrai, il a précisément dit: «Ce qu'on va très probablement proposer, c'est d'allonger le congé parental. Et le couple s'entendra.» Ah. Donc ça n'a rien à voir avec le congé paternité qui resterait à 11 jours. J'avoue que je n'ai pas très bien compris ce qu'il entendait par congé parental. Il dit vouloir l'allonger jusqu'à un an. Mais le congé parental est déjà d'un an. À la limite, l'enjeu, c'est plutôt de le revaloriser. À l'heure actuelle, il est indemnisé à hauteur de 397 euros par mois (sous condition de ressources). Ce qui implique bien sûr que c'est le parent avec le salaire le plus faible qui va le prendre, et donc en règle générale la mère. Le couple s'entendra effectivement mais avant tout avec ses finances.

Par ailleurs, je regrette qu'on transforme en choix personnel quelque chose qui devrait relever d'une volonté politique. Même avec des individus pleins de bonnes intentions, parfois il faut que le politique s'en mêle pour accélérer l'évolution de la société.

Il semblerait que Boris Cyrulnik souhaite s'inspirer du modèle finlandais. Mais justement en Finlande, la loi est organisée pour éviter les «et le couple s'entendra». Les pères bénéficient de 54 jours de congé paternité (indemnisés à hauteur de leur salaire) et ces jours ne sont pas transférables à la mère. En gros, les Finlandais peuvent prendre 18 jours de congé paternité à la naissance, et ensuite, il leur reste 36 jours à prendre quand ils veulent avec une seule obligation: les deux parents ne peuvent pas être en congé parental en même temps. Ils peuvent donc prendre un mois pendant que leur compagne retourne au travail (l'idée étant que les pères passent véritablement leur journée à s'occuper de l'enfant). Ensuite, il y a effectivement possibilité de prendre un congé parental de 158 jours que le couple se répartit comme il le souhaite. Mais enfin, ce congé parental est un complément au congé paternité. Si on nous dit «on va faire comme les Finlandais, mais sans allonger le congé paternité», ça n'a tout simplement pas de sens.

Une demi-fesse sur un congé paternité allongé

Évidemment, pour le moment, rien n'est décidé. Même si Boris Cyrulnik parle de «très probablement», la vice-présidente de la mission qui n'est autre qu'Isabelle Filliozat (j'ai beaucoup d'amour pour les cahiers Filliozat) a été nettement moins tranchée sur le sujet, et elle a, à juste titre, évoqué les blocages dans le monde du travail face au congé des pères.

Donc pour l'instant, on peut ne poser qu'une demi-fesse sur un congé paternité allongé (mais pour l'aspect obligatoire, je pense qu'on peut véritablement s'asseoir dessus). La mission remettra ses recommandations mi-janvier, et il faudra regarder attentivement ce qu'elles seront et deviendront. L'un des pièges de l'allongement du congé parental serait par exemple de mettre moins de moyens dans les structures d'accueil de la petite enfance (alors que précisément, il faut les multiplier et revaloriser ces emplois).

Sur France Inter, Boris Cyrulnik a beaucoup insisté sur les théories de l'attachement pour aider au bon développement des bébés. Le problème, c'est que ces théories ont souvent été détournées pour faire reposer uniquement sur les mères la charge de l'enfant (notamment aux États-Unis dans les années 1960). Or, redisons-le une énième fois: le bien-être d'un enfant ne peut être atteint au détriment de celui de sa mère. Une mère épuisée, ça n'a jamais donné un enfant épanoui. Les parents ont besoin d'être davantage aidés, entourés, soutenus.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq.

Newsletters

Quelles histoires trans le cinéma peut-il raconter?

Quelles histoires trans le cinéma peut-il raconter?

Avec la sortie en salle, le 11 décembre, de «Lola vers la mer» de Laurent Micheli, la question de la représentation des personnes trans à l'écran se pose à nouveau.

Quand les gays devaient draguer dans les toilettes publiques

Quand les gays devaient draguer dans les toilettes publiques

Les pouvoirs publics ont longtemps tenté d'endiguer l'homosexualité masculine, ouvrant une longue tradition de rencontres en extérieur, dans les vespasiennes en particulier.

En Arabie saoudite, les restaurants ne sont plus obligés d'avoir une entrée séparée entre les hommes et les femmes

En Arabie saoudite, les restaurants ne sont plus obligés d'avoir une entrée séparée entre les hommes et les femmes

Une réforme, parmi d'autres, qui masque une répression accrue du pouvoir saoudien.

Newsletters