Égalités / Monde

Aux États-Unis, le taux d'avortement est au plus bas depuis 1973

Temps de lecture : 2 min

Les lois limitant l'accès à l'avortement adoptées dans divers États américains ne seraient pas le facteur principal de son déclin.

Entre 2011 et 2017, 394 lois anti-avortement ont été promulguées dans trente-deux États. | Maria Oswaly via Unsplash
Entre 2011 et 2017, 394 lois anti-avortement ont été promulguées dans trente-deux États. | Maria Oswaly via Unsplash

Avec 13,5 IVG pour 1.000 femmes âgées de 15 à 44 ans en 2017, le taux d'avortement aux États-Unis est à son plus faible niveau depuis que la procédure y est devenue légale, en 1973.

Selon une récente étude de l'Institut Guttmacher, ce recul serait davantage lié à un meilleur accès à la contraception et à une diminution des taux de naissance qu'à la prolifération des lois limitant l'avortement dans certains États.

L'institut, spécialisé dans les statistiques sur le contrôle des naissances et l'avortement aux États-Unis, estime qu'environ 862.000 avortements ont été réalisés dans le pays en 2017, soit près de 200.000 de moins qu'en 2011. Jusqu'alors, le nombre d'avortements augmentait régulièrement depuis 1973, atteignant 1,6 million en 1990.

Accès facilité à la contraception

L'étude suggère que l'une des raisons de cette diminution pourrait être l'utilisation croissante de méthodes contraceptives à long terme, telles que les stérilets et les implants, couvertes par les assurances depuis la loi sur les soins abordables de 2010.

«Si les lois limitant l'interruption volontaire de grossesse étaient le principal facteur du déclin de l'avortement, on s'attendrait à ce que les taux de natalité augmentent», note Elizabeth Nash, responsable des politiques publiques à l'Institut Guttmacher.

La spécialiste fait remarquer qu'entre 2011 et 2017, les taux d'avortement ont augmenté dans quatre des États ayant adopté de nouvelles restrictions (la Caroline du Nord, le Mississippi, le Wyoming et la Géorgie). Plus de la moitié de la baisse du nombre d'avortements au cours de cette période s'est produite dans des États qui n'ont pas voté de lois restrictives sur l'avortement, ajoute-t-elle.

L'Institut Guttmacher relève qu'un total de 394 lois limitant l'accès à l'avortement ont été promulguées dans trente-deux États entre 2011 et 2017. Durant cette période, le nombre de cliniques proposant des avortements aux États-Unis est passé de 839 à 808, avec d'importantes disparités régionales.

Le bilan statistique ne couvre pas l'année 2018, lors de laquelle de nombreux États conservateurs ont adopté des lois visant à interdire la plupart des avortements.

Slate.fr

Newsletters

#EnaZeda, le #MeToo tunisien qui dénonce le harcèlement des femmes

#EnaZeda, le #MeToo tunisien qui dénonce le harcèlement des femmes

Dans l'un des pays les plus progressistes du monde arabe, des femmes appellent à briser l'omerta sur les violences sexuelles.

Laurence Rossignol dénonce la «présomption de mensonge qui pèse sur la parole des femmes»

Laurence Rossignol dénonce la «présomption de mensonge qui pèse sur la parole des femmes»

Laurence Rossignol, sénatrice de l'Oise (PS), s'exprime sur les défaillances du système pour protéger les femmes victimes de violences conjugales.

Pour un partage des tâches égalitaire, la bonne volonté des hommes ne suffit pas

Pour un partage des tâches égalitaire, la bonne volonté des hommes ne suffit pas

Si les couples hétéros sont de plus en plus favorables à une répartition moins genrée des corvées, la révolution domestique est encore bien difficile à mener.

Newsletters