Santé / Sciences

Le placenta ne protège pas le fœtus de la pollution

Temps de lecture : 2 min

L'organe n'est pas la barrière infranchissable que l'on croyait.

Les taux de particules observés dans les placentas sont plus élevés chez les femmes exposées à de hauts niveaux de pollution. | Freestocks.org  via Unsplash
Les taux de particules observés dans les placentas sont plus élevés chez les femmes exposées à de hauts niveaux de pollution. | Freestocks.org  via Unsplash

Des particules de carbone suie, un polluant de l'air émis par la combustion de combustibles fossiles (comme dans les pots d'échappements ou les centrales thermiques à base de charbon), ont été retrouvées dans des placentas de femmes après leur accouchement, révèle une étude belge publiée dans la revue Nature Communications.

Si on a pendant longtemps considéré que le placenta était une barrière infranchissable, il est désormais établi que les particules absorbées par les poumons peuvent l'atteindre et le traverser.

En 2018 déjà, des scientifiques avaient annoncé avoir détecté la présence de polluants dans les placentas de cinq femmes enceintes au Royaume-Uni.

Pour cette nouvelle étude, des scientifiques de l'université de Hasselt ont examiné les placentas de vingt-cinq femmes non fumeuses grâce à une technique d'imagerie laser. Leurs résultats montrent que les taux de particules sont plus élevés chez les femmes exposées à de hauts niveaux de pollution.

Rien ne prouve pour l'instant que la présence de ces élements constituent un risque pour le fœtus. L'équipe de recherche estime qu'il serait nécessaire de compléter leurs travaux pour montrer si, une fois dans le placenta, les particules peuvent directement l'atteindre.

Un article de CNN note néanmoins que de précédentes études ont associé l'exposition des femmes enceintes à la pollution à l'augmentation des fausses couches, des accouchements prématurés et des naissances de nourrissons au poids anormalement bas.

Newsletters

Le sexe écoresponsable, ça ressemble à quoi?

Le sexe écoresponsable, ça ressemble à quoi?

Les produits durables tels que les préservatifs végétaliens et les contraceptifs sans déchets sont très recherchés sur la Toile depuis quelques années.

Bientôt les antipils

Bientôt les antipils

«Je mens à mon psy, c'est un peu idiot, non?»

«Je mens à mon psy, c'est un peu idiot, non?»

Honte, refus de l'échec, mythomanie, mégalomanie, oublis, souvenirs revisités à notre avantage: c'est la liste non exhaustive des motifs qui poussent à ne pas dire la vérité à son thérapeute.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio