Culture

«Unbelievable», série palpitante et indispensable

Temps de lecture : 6 min

La nouvelle série Netflix n'est pas que le portrait d'une femme victime d'un prédateur puis d'un système sexiste et défaillant.

Deux enquêtrices (Toni Collette et Merritt Wever) acharnées qui respectent les victimes et les écoutent. | Capture d'écran via YouTube
Deux enquêtrices (Toni Collette et Merritt Wever) acharnées qui respectent les victimes et les écoutent. | Capture d'écran via YouTube

Cette newsletter bimensuelle vous est servie par Anaïs Bordages et Marie Telling, deux amies unies par leur amour des séries et du cassoulet. Des séries, il y en a beaucoup, et peut-être même trop (ce qui n'est jamais le cas du cassoulet). Avec des dizaines de nouvelles productions tous les mois, sans parler de tous les classiques à rattraper, la liste des programmes à suivre ne cesse de s'allonger.

À Peak TV, un mercredi sur deux, on vous aiguillera vers les meilleures séries du moment, on analysera des épisodes cultes, on parlera crushes, héroïnes et bandes-son. Bref, cette newsletter vous aidera à faire le tri, mais aussi et surtout, elle nous permettra de partager notre obsession pour le petit écran avec vous.

Abonnez-vous ici pour recevoir notre newsletter toutes les deux semaines.

On a une surprise pour vous. Même si vous nous avez moins lues, on a bossé d'arrache-pied cet été. Et on est fières de vous annoncer qu'on lancera dès la semaine prochaine un podcast Peak TV, en partenariat avec Slate! Quoi? Eh oui! Une semaine sur deux, en alternance avec la newsletter, vous nous retrouverez pour décrypter les dernières tendances du monde des séries, et parler de la manière dont elles reflètent les questions sociétales actuelles.

Quelle influence a le féminisme sur la façon dont les séries sont écrites? Comment sont abordées les questions de santé mentale dans des programmes comme Fleabag ou BoJack Horseman? Comment l'élection de Trump a-t-elle changé le monde de la télé? Pour avoir les réponses, il suffit de vous abonner sur iTunes, Spotify, Deezer ou votre application de podcasts préférée.

Quant à la newsletter, vous avez sans doute vu un petit indice dans le titre: elle est aussi désormais publiée en partenariat avec Slate, où vous pourrez la retrouver une semaine sur deux. Mais sachez qu'éditorialement, rien ne change: on bavera toujours autant sur nos crushes et on vous gonflera toujours avec Buffy.

Le gros plan: «Unbelievable» (Netflix)

Unbelievable s'ouvre sur Marie (Kaitlyn Dever, bouleversante), prostrée, sous le choc, face à un policier qui lui demande de raconter le viol qu'elle vient de subir. Marie est une ancienne enfant du système qui s'adapte tout juste à la vie autonome, une «jeune femme compliquée» selon son ancienne mère d'accueil. Certains détails de son agression changent au fil des nombreux témoignages qu'on exige d'elle. Bref, Marie n'est pas la victime parfaite et face à elle, les policiers (tous des hommes) doutent vite de son témoignage.

Le premier épisode ne nous épargne pas. On est avec Marie à chaque étape de son calvaire: les nombreux interrogatoires, l'examen médical (nécessaire mais particulièrement éprouvant et déshumanisant), les remises en question incessantes, le jugement de son entourage… Brillamment écrit, ce premier chapitre nous laisse plus éreintées et en colère que n'importe quelle autre heure de télé cette année (à part peut-être Dans leur regard).

Mais Unbelievable n'est pas que le portrait d'une femme victime d'un prédateur puis d'un système sexiste et défaillant. Adaptation très fidèle d'une enquête de ProPublica sur une série de viols perpétrés aux États-Unis entre 2008 et 2011, la série offre une autre histoire en parallèle de celle de Marie: celle de deux enquêtrices (Toni Collette et Merritt Wever, parfaites) acharnées qui respectent les victimes et les écoutent. La série se transforme alors en un polar haletant sans jamais perdre de sa subtilité ni de son commentaire social. C'est rare de trouver une série qu'on peut à la fois qualifier de palpitante et indispensable, mais c'est le cas ici.

On regarde aussi...

This Way Up (Hulu) – Fleabag et Catastrophe vous manquent? Sautez sur cette excellente comédie british (y a même Sharon Horgan dedans).

The Deuce (OCS) – Un chef-d'œuvre télévisuel par le créateur de The Wire, dont on vous parlait déjà l'année dernière. Ne passez surtout pas à côté.

On Becoming a God in Central Florida (Hulu) – Très foufou, complètement unique, et mené par une Kirsten Dunst magnétique.

Marianne (Netflix) – Pire grand-mère depuis Constance Langdon. À part ça, ça vaut pas The Haunting of Hill House.

The Spy (OCS) – L'histoire vraie dont c'est inspiré est passionnante, la série beaucoup moins.

Elite (Amazon) – ¡Joder! Tanto rebondissements y tanto clichés éculés también. Pero, des clichés muy sexy et dramáticos. ¡Muy fun!

Bauhaus (Arte) – Comme on n'a pas fait allemand LV2, on va vous la faire en français: c'est pas mal si la période vous passionne mais vite oublié autrement.

L'épisode culte: «The Constant» («Lost», saison 4, épisode 5)

Lost a changé l'histoire de la télé, pour le meilleur (l'interactivité des fans, l'ambition de la narration) comme pour le pire (l'interactivité des fans, l'ambition de la narration). Quand la série ratait quelque chose, c'était un ratage épique. Mais ses réussites sont tellement immenses qu'elles représentent ce que la télé peut faire de mieux –ce n'est pas pour rien que The Constant a été nommé meilleur épisode de série du XXIe siècle.

L'intrigue est centrée sur un personnage secondaire, Desmond, qui se retrouve soudainement trimballé entre le passé et le présent: un coup en plein milieu de l'océan avec les autres survivants en 2004, un coup à Oxford en 1996. De plus en plus désorienté, il découvre que le seul moyen de s'extirper de ce paradoxe temporel est de réussir à trouver une «constante»; un point d'ancrage si fort qu'il puisse le reconnaître à la fois dans le passé et le présent. Et sa constante, c'est la voix de Penny, l'amour de sa vie, dont il s'est séparé il y a huit ans.

L'épisode devient alors une course contre la montre qui entremêle brillamment les genres (science-fiction, action et romantisme), alors que Desmond, dans le passé, tente de convaincre Penny que lorsqu'il l'appellera huit ans plus tard, il faut absolument qu'elle décroche. On ne va pas faire durer le suspense plus longtemps: le moment où la voix de Penny retentit à l'autre bout du fil est l'un des plus poignants de toute la série. En six saisons, Lost a abordé plein de choses, y compris le combat entre le bien et le mal, les ours polaires et le pouvoir des puits d'énergie dorée. Mais avec The Constant, la série met toutes ses idiosyncrasies de côté et fait appel aux meilleurs ressorts du divertissement pour nous servir une histoire aussi simple qu'essentielle: celle du pouvoir de la connexion humaine.

Le crush: Jeremy Strong (Kendall dans «Succession»)

Il peut se faire humilier par toute sa famille, détruire l'industrie des médias, porter des doudounes sans manches, commettre des homicides involontaires et même faire caca au lit, on l'aime quand même.

Peak de chaleur: À chaque fois qu'il retrouve un semblant de dignité (mais ça ne dure jamais longtemps).

Le courrier des séries

«Est-ce que regarder seul·e un épisode d'une série qu'on mate avec son mec ou sa meuf c'est tromper? Et est-ce que faire semblant de ne pas avoir vu l'épisode en le rematant avec son partenaire c'est doublement tromper?»
– Illana

Les relations de couple à l'heure de la Peak TV, c'est pas toujours facile. Il faut trouver des séries qui plaisent à chacun·e pour les regarder ensemble, trouver le temps et l'espace de regarder tout·e seul·e celles qui ne plaisent pas à l'autre, et puis, faire attention de ne pas trop en regarder quand même pour préserver un peu de temps pour son couple. Mais la question la plus épineuse, c'est clairement de savoir si on attend sa ou son partenaire pour regarder un épisode de série qu'on regarde normalement à deux.

En fait, ça dépend: il faut savoir de quelle série on parle. Les réseaux sociaux vont-ils être pollués par les spoilers dans les minutes qui suivent la diffusion de l'épisode? Ou a-t-on affaire à un programme plus discret? Parce que devoir attendre pour regarder un épisode de la saison 7 de Game of Thrones, c'est quand même pas la même chose que devoir garder au chaud le dernier Chernobyl. Si très peu de gens parlent de la série, prenez sur vous et sacrifiez-vous pour votre couple.

En revanche, si l'attente exige une ostracisation forcée pour éviter les spoilers, alors l'exiger de sa ou de son partenaire est franchement cruel et égoïste. Si la situation se présente, ne regardez pas l'épisode en douce, soyez honnête et expliquez calmement que l'amour a ses limites –et savoir qui finit sur le trône de fer, c'est une limite parfaitement raisonnable.

Anaïs Bordages Journaliste

Marie Telling Journaliste

Newsletters

«Let's party like it's 1999» (en attendant le bug de l'an 2000)

«Let's party like it's 1999» (en attendant le bug de l'an 2000)

Cette année-là, nombre de chansons véhiculaient la peur du bug qui nous aurait fait passer sans transition de 1999 à 1900.

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

En théorie, elles sont plus sexy que les leçons de grammaire. En pratique, parfois beaucoup moins.

«La chute du Monstre», le livre qui fait trembler Marseille

«La chute du Monstre», le livre qui fait trembler Marseille

Philippe Pujol, prix Albert Londres en 2014, signe un réquisitoire implacable contre le système politique marseillais, à l'heure où Jean-Claude Gaudin s'apprête à céder son fauteuil de maire.

Newsletters