Sciences / Culture

Près de 92 % de la population étudiante est plus concentrée en lisant sur papier

Temps de lecture : 2 min

Ce support est propice aux annotations.

Parmi la population étudiante, 68,85% préfèrent imprimer les textes en format numérique avant de les lire. | Eliott Reyna via Unsplash
Parmi la population étudiante, 68,85% préfèrent imprimer les textes en format numérique avant de les lire. | Eliott Reyna via Unsplash

Assister aux cours et relire régulièrement ses notes est essentiel pour réussir à l'université. S'il est un travail que la population étudiante ne doit pas négliger, c'est bien la consultation des références bibliographiques recommandées par les enseignant·es. Internet facilite grandement l'accès à ces ouvrages. De là à consulter livres et articles scientifiques directement sur écran, il n'y a qu'un pas.

S'il a été démontré que la lecture sur papier s'accompagne d'une meilleure compréhension et d'une mémorisation accrue des informations contenues dans ces textes, reste à savoir quelles sont les préférences personnelles concernant les supports de lecture d'une génération plongée dans le tourbillon des technologies.

Des écrans trop distrayants

Si smartphones et tablettes font partie du quotidien des jeunes, deux études récentes montrent clairement que cette tranche d'âge continuent à accorder la priorité au papier lorsqu'il s'agit de lire des textes. À partir de données collectées auprès de 429 étudiant·es originaires des États-Unis, du Japon, d'Allemagne, de Slovaquie et d'Inde, Baron, Calixte et Havewala ont montré en 2017 que ce public met en avant les avantages du papier.

Près de 92% de la population étudiante dit se concentrer mieux en lisant sur papier et plus de 80% indiquent qu'à prix équivalent, leur préférence va au papier, aussi bien pour leurs cours qu'en ce qui concerne leurs loisirs. Une appétence qui croît avec la longueur des textes. Ces jeunes ont d'ailleurs tendance (environ 60%) à préférer relire un texte sur papier plutôt que sur écran. Ce dernier favorise la dispersion en plusieurs tâches simultanée, ce qui étaye les enjeux de concentration.

L'écran l'emporte par certaines fonctionnalités, mais il provoque fatigue oculaire et distraction.

D'un point de vue qualitatif, les jeunes qui étudient considèrent que le papier facilite plus particulièrement les annotations. Ses propriétés physiques (le tenir, sentir sa texture, tourner ses pages) sont aussi appréciées. Cependant, les mêmes reconnaissent son côté parfois moins pratique, du fait notamment de son poids, et pointent ses coûts environnementaux et financiers potentiellement plus importants.

L'écran l'emporte par certaines propriétés physiques ou fonctionnalités, comme l'éclairage, la facilité de recherche de la définition des mots ou l'accès à des informations complémentaires, sa portabilité, doublée du stockage de plusieurs livres. Ses principaux défauts sont la fatigue oculaire et la distraction qu'il pouvait provoquer.

Des usages numériques raisonnés

Publiée en 2018 à partir de données collectées auprès de 10.293 étudiant·es originaires de vingt-et-un pays répartis sur tous les continents, l'étude de Mizrachi et de ses collègues va dans le même sens. Parmi les jeunes interrogé·es, 78,44% préfèrent parcourir des textes académiques ou documentaires sur papier. Une majorité indique aussi mieux se focaliser sur les informations contenues dans les textes (82,02%) et mieux les retenir (72,37%) lorsqu'elles sont imprimées.

Quand les textes dépassent ou sont équivalents à 7 pages, 72,83% de la population privilégie le papier. Une large majorité préfère aussi annoter les textes sur papier (83,6%) alors que seule une minorité les annote sur écran (24,11%). De plus, 68,85% préfèrent imprimer les textes en format numérique avant de les lire même si cela demande davantage d'effort, de temps et d'argent que de choisir l'option écran.

Ces résultats récents montrent que les personnes qui étudient à travers le monde privilégient le support papier lorsqu'il s'agit de lire, de comprendre et d'intégrer un texte universitaire alors que cette population est dorénavant rompue à l'usage des écrans –ce qui suggère un usage raisonné de ces derniers. Le temps n'est pas encore venu où l'on cessera de recommander le support papier pour la lecture de manuels scolaires ou universitaires.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The Conversation

Frédéric Bernard 

Newsletters

Un séjour dans l'espace affecte différemment les femmes et les hommes

Un séjour dans l'espace affecte différemment les femmes et les hommes

Pression artérielle, maladies, vision trouble: les effets ressentis loin de la Terre varient selon le sexe.

Le monde est petit et ce n'est pas qu'une impression

Le monde est petit et ce n'est pas qu'une impression

Une scientifique revient sur les théories du réseau adaptées à l'heure d'internet.

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Le scientifique pakistanais a contribué à la découverte majeure du boson de Higgs. Mais dans son pays d'origine, rares sont les personnes qui lui rendent hommage.

Newsletters