Égalités / Monde

En Australie, une prof pro-mariage pour tous forcée de démissionner

Temps de lecture : 2 min

L'enseignante affirme avoir été poussée à la démission par la direction de son établissement à cause de ses convictions.

Le règlement du Barrat Christian College indique qu'«un mariage ne peut être qu'entre un homme et une femme». | Jeremy Bishop via Unsplash
Le règlement du Barrat Christian College indique qu'«un mariage ne peut être qu'entre un homme et une femme». | Jeremy Bishop via Unsplash

Le Ballarat Christian College, une école privée de l'État du Victoria, aurait fait pression sur l'une de ses enseignantes, Rachel Colvin, pour qu'elle démissionne. Celle-ci désapprouvait la position anti-mariage pour tous de l'établissement, et la direction craignait que les parents n'en retirent leurs enfants en découvrant ses véritables convictions.

Chrétienne engagée et mère de trois enfants, Rachel Colvin a été prof d'anglais au Ballarat Christian College de 2008 à février 2019. C'est au mois d'août 2018 que ses responsables lui ont annoncé qu'elle ne pourrait plus travailler au sein de l'école, bien qu'elle ait proposé de taire son opinion.

Rachel Colvin a saisi le tribunal civil et administratif pour discrimination, en vertu de la loi de 2010 sur l'égalité des chances en vigueur dans l'État. «J'ai adoré mon job. Je suis extrêmement travailleuse. Que ça se termine ainsi est professionnellement humiliant, a-t-elle déclaré dans un communiqué. Je vois cela comme une opportunité donnée par Dieu de défendre ce qui est juste, de représenter ce en quoi Dieu consiste vraiment: aimer les autres.»

L'enseignante a expliqué qu'elle attaquait son ancien employeur pour manifester son soutien aux élèves LGBT+: «Ils ont été créés tels qu'ils sont, à l'image de Dieu. Ils sont pleinement aimés de Dieu et partagent une dignité égale avec tous les êtres humains.»

Mail aux parents d'élèves

Le Ballarat Christian College avait mis à jour son règlement l'année dernière, après la légalisation en 2017 du mariage entre personnes de même sexe en Australie. «Dieu a conçu les deux sexes, homme et femme, dans un but de joie et de procréation dans le seul cadre du mariage. Ainsi, un mariage ne peut être qu'entre un homme et une femme, et c'est seulement sur cette base que les enfants doivent être conçus et les familles formées», y est-il indiqué.

Interrogée, l'école a refusé tout commentaire et a renvoyé les demandes des médias vers le porte-parole des écoles chrétiennes australiennes, Mark Spencer.

Quand on lui a demandé quel message cet évènement envoyait aux élèves LGBT+, celui-ci a répondu: «Il n'envoie aucun message. L'école [...] se soucie de tous ses élèves. Vous pouvez toujours prendre soin des gens et les aimer, même si vous avez des croyances différentes.»

En 2015, le Ballarat Christian College avait été vandalisé et fermé durant une journée, après que son directeur a exhorté la communauté scolaire à s'opposer au mariage pour tous dans un mail adressé aux parents d'élèves.

Slate.fr

Newsletters

Instagram, nouveau terrain favorable à l'antiracisme

Instagram, nouveau terrain favorable à l'antiracisme

En 2018, le réseau social a vu éclore plusieurs comptes à vocation militante. Au féminisme et aux sexualités s'ajoute dorénavant la lutte contre le racisme.

Derrière le syndrome de l'imposteur se cache un problème de classe

Derrière le syndrome de l'imposteur se cache un problème de classe

Ce terme en apparence médical pousse les gens à se blâmer eux-mêmes alors que l'injustice est structurelle.

Trop de femmes ont honte des pertes blanches au fond de leur culotte

Trop de femmes ont honte des pertes blanches au fond de leur culotte

Nombreuses sont celles qui, dans un contexte sexuel, vont tout faire pour cacher les sécrétions qui tapissent leurs sous-vêtements. Ce geste n'est pas sans conséquence.

Newsletters