Monde

Un Néo-Zélandais amène un clown à son entretien de licenciement

Temps de lecture : 2 min

Un publicitaire a embauché un clown professionnel pour égayer son licenciement.

Peter Clark. Via Flickr CC. 
Peter Clark. Via Flickr CC. 

Lorsque Joshua Thompson, un employé d'une agence de publicité d'Auckland en Nouvelle Zélande, a reçu un mail de la direction lui annonçant une «mauvaise nouvelle» et l'organisation d'une «réunion pour discuter de son rôle», il a décidé de bien se préparer.

«Je me suis dit que le mieux serait de venir avec un professionnel, et j'ai donc payé 200 dollars pour embaucher un clown», a expliqué Thompson.

En Nouvelle Zélande, il est possible de venir à ce genre de réunion avec une «personne de soutien» qui peut être un représentant syndical, un avocat, un collègue ou un proche.

Le New Zealand Herald a obtenu une photo de la réunion en question, avec le clown aux côtés de trois personnes dans un bureau de l'agence FCB. Le directeur a dit qu'il n'avait jamais vu un clown dans cette situation, mais apparemment, l'équipe a apprécié la touche d'humour.

Thompson, qui a déjà trouvé un autre emploi de rédacteur publicitaire, a décrit l'entretien de licenciement comme une expérience positive grâce à Joe le Clown, qui a égayé l'atmosphère en faisant des ballons en forme d'animaux, notamment un caniche et une licorne. Pendant la réunion, le clown a aussi mimé des pleurs au moment où Thompson devait signer ses papiers de licenciement.

En plus de travailler dans la pub, Thompson est humoriste amateur (connu sur les réseaux sociaux sous le nom de Joshua Jack) et cette mise en scène était surtout une façon de mieux faire connaître son travail.

Newsletters

Avec le «Senate Bill 1», le Texas essaie-t-il vraiment d'empêcher les minorités de voter?

Avec le «Senate Bill 1», le Texas essaie-t-il vraiment d'empêcher les minorités de voter?

Ses soutiens y voient une réponse à la fraude électorale. L'opposition dénonce quant à elle une entrave au droit de vote.

Au Liberia, l'impossible devoir de mémoire

Au Liberia, l'impossible devoir de mémoire

Meurtri par une guerre civile sanglante qui a fait 200.000 morts et 2 millions de déplacés entre 1989 et 2003, le Liberia tente toujours, tant bien que mal, de composer avec son passé douloureux. Comment une nation se reconstruit-elle sans mémoire...

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

Pour Canberra, le dilemme était simple: se conduire en nation souveraine et respecter le contrat passé avec la France, ou privilégier sa sécurité et son lien de longue date avec Washington.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio